Enfants Kidnappés


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 23 Mar - 1:38

Si tu veux bien, Jo. Wink
Je suis coupable aussi d'avoir été sur le mauvais fil... Tu n'es pas la seule. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 23 Mar - 11:01

Si elles sont en Russie, Elise et sa mère ne seront pas interpellées
Mis à jour le 22.03.09 à 22h49 |



Photographie d'archive de la petite Elise/ AFP/Archives
A lire aussi
Enquête : Fausse piste à Moscou
Les faits : La petite Elise a bien été enlevée par sa mère
Témoignage : Le père d'Elise demande à son ex-femme de se rendre à la police
Dernière nouvelle : La piste suisse
Article : Interpol recherche la petite Elise
RAPT - C'est contraire à la loi russe...

Les autorités russes sont prêtes à coopérer avec la police française après l'enlèvement d'une fillette franco-russe en France. Mais elles n'interpelleront pas la mère si Elise est retrouvée en Russie, a indiqué dimanche le ministère de l'Intérieur.

«Nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour rechercher la fillette si nous recevons une demande officielle en ce sens de nos collègues français», a déclaré le chef du service de presse du ministère, Oleg Elnikov, cité par l'agence Interfax.

Si la petite Elise est retrouvée chez sa mère en Russie, le ministère de l'Intérieur en informera la police française «mais il ne peut être question d'interpeller la mère de l'enfant», a-t-il ajouté. «Dans le droit russe, l'enlèvement d'un enfant n'est pas considéré comme tel s'il a été perpétré par l'un des parents sans violence et sans l'aide de tierces personnes», a-t-il souligné.

Pas d'avis de recherche en Russie

Le ministère russe de l'Intérieur n'a encore reçu aucune demande officielle des autorités françaises par le canal d'Interpol, a également noté Oleg Elnikov, cité par l'agence russe Itar-Tass. La mère de l'enfant n'est pas recherchée pour l'heure par la police russe des transports. «La mère d'Elise ne figure pas dans la base des avis de recherches de la police des transports», a indiqué une source au ministre russe de l'Intérieur citée par Interfax.

Le père d'Elise, Jean-Michel André, qui a obtenu la garde d'Elise auprès de la justice française, avait également enlevé l'enfant près du domicile de la mère à Moscou en septembre 2008 pour la ramener en France.

Selon la Première chaîne de télévision russe, Irina Belenkaya ne vit plus depuis à cette adresse. «Prévoyant de récupérer sa fille, elle a peut-être déménagé par précaution», relève la chaîne sur son site internet.
Avec agence

http://www.20minutes.fr/article/313457/France-Si-elles-sont-en-Russie-Elise-et-sa-mere-ne-seront-pas-interpellees.php
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 23 Mar - 13:39

From Times Online
March 22, 2009
Kidnapping of three-year-old girl Elise André 'masterminded by her mother'

(HO/AFP/Getty Images)
Elise André was on her way home from school when she was snatched. It is the third time she has been kidnapped
IMAGE :1 of 2
Adam Sage, Paris
A three-year-old girl was violently snatched from her father's arms by a woman he claims is his estranged Russian wife.

Police in Europe are on high alert over the kidnapping of Elise André in Arles, southern France, and have mounted an exceptional operation to find her before she is flown to Moscow. It is the third time that she has been abducted.

Jean-Michel André, 51, was attacked by two men dressed as security guards after he picked up Elise from school on Friday.

The oceanography researcher was punched and hit with an electric truncheon near his home while a woman disguised in a wig grabbed Elise. Mr André said that he recognised the woman as Irina Belenkaya, his former wife.

The kidnappers drove off in a hire car and were followed by a police helicopter after the car was photographed by motorway speed cameras. However, they managed to lose the helicopter, with their car later found abandoned in Montpellier.

A woman fitting Ms Belenkaya's description later tried to hire a car but gave up when her credit card was refused.

Detectives said someone had reported seeing Elise on a train to Geneva and they believe that she could still be in Switzerland.

Swiss authorities said that they were on "high alert". French authorities have discounted reports that Elise has already been flown to Moscow.

Mr André said that he was certain his estranged wife had been behind the kidnapping. "I recognised her as the two men were hitting me. We exchanged a furtive look."

He said that he would drop his lawsuit for assault if Elise was returned to him. "If she does this, she will behave like Elise's mother, not like a madwoman."

If not, he would go to Russia to get Elise back, although not immediately, he said. "If I enter Russia now, it would be suicide. I have to enter under a false name with a false passport."

It would not be the first time he had done so. In 2008, he hired private detectives to find Elise in Moscow, where the girl was living after being taken out of France by her mother a year earlier.

He kept watch over the flat and acted when Ms Belenkaya was away on a business trip. After ringing on the doorbell he introduced himself "to the baby-minder, thrust a bunch of flowers into her arms and left with Elise".

Mrs Belenkaya has campaigned for her daughter's return, appearing on television talk shows in Russia to highlight her ordeal.

In one programme, she said that Mr André had a "manic attachment" to Elise.

The case illustrates the absence of legal cooperation over custody issues with Russian courts, according to French commentators.

French courts awarded custody of Elise to Mr André and issued an international arrest warrant for Mrs Belenkaya when she left France with her daughter in 2007.

Russian judges upheld Mrs Belenkaya's custody claim and have issued an arrest warrant for Mr André for abducting the girl in 2008.

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/world/europe/article5955414.ece
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 23 Mar - 17:19

Édition du dimanche 22 mars 2009

DR
Laurent Dubois, père de Sophie enlevée au Touquet en 2006
Il y a trois ans, la mère russe de Sophie, votre fille, avait organisé un kidnapping avec un procédé semblable à l'enlèvement d'Élise. Vous avez appelé hier Jean-Michel André, que lui avez-vous dit ?
Malheureusement, dans ce genre de situation, il ne faut pas être naïf. A part lui dire qu'on pense à lui... Mais Jean-Michel, que je connais bien, a eu de la chance que le plan alerte enlèvement soit déclenché immédiatement. C'est un sujet dont on avait discuté... Pour moi, ça n'avait pas été le cas et peut-être mon expérience a-t-elle servi à d'autres. Maintenant, il y a deux options : ça marche et il retrouve sa fille, ou alors il devra attendre, peut-être un an, ou dix ans... Moi, j'ai dû attendre deux ans pour revoir ma fille. Les choses ont bougé parce que mon ex-femme avait un mandat d'arrêt aux fesses et que c'était incompatible avec sa profession de styliste.

Vous, vous avez ensuite fait le choix de ne voir votre fille que pendant les vacances ?
J'ai été dans une position où je ne pouvais pas envisager grand-chose. J'ai été obligé de négocier. J'espère que Jean-Michel s'en sortira mieux que moi. Ce que j'aurais souhaité, c'est que la mère d'Élise se fasse arrêter et qu'elle morfle. A un moment, il faut que ça s'arrête, qu'il y ait des exemples.

Vous allez créer une association d'aide aux pères et aux mères victimes d'enlèvement de ce genre ?
C'est en cours. Ce n'est pas la guerre des papas contre les mamans, des Français contre les Russes. Des cas extrêmes comme les nôtres sont médiatisés, mais des dizaines de personnes se trouvent dans des situations dramatiques, sont isolées, se suicident.


Recueilli par S. G.

http://www.midilibre.com/articles/2009/03/22/20090322-Alerte-enlevement-Laurent-Dubois-pere-de-Sophie-enlevee-au-Touquet-en-2006.php5
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 24 Mar - 10:48

«Le papa d'Elise a peu de chances de revoir sa fille»
Propos recueillis par Constance Jamet (lefigaro.fr)
23/03/2009 | Mise à jour : 22:16

Pascale Limarola. (DR)
INTERVIEW - Après l'enlèvement d'Elise, Pascale Limarola, présidente de l'association SOS enlèvements internationaux d'enfants, fait le point sur les recours dont disposent les couples binationaux en cas de séparation conflictuelle ou de rapt.

LEFIGARO.FR - Combien d'enfants sont kidnappés par leurs parents en France ?

PASCALE LIMAROLA - Il y a quelques années, on dénombrait 700 enlèvements par an, aussi bien le fait de parents français que de parents binationaux. Dans ce dernier cas, la logique voudrait que le nombre de rapts soit en augmentation. L'espace Schengen encourage les gens à étudier et à travailler à l'étranger, ce qui entraîne des mariages, des divorces et parfois des enlèvements.

Quelle procédure doit suivre un couple mixte en cas de divorce ?

Le tribunal compétent est celui du pays où la famille réside. La procédure reste la même que celle suivie par les couples français, à un détail prêt. Le conjoint français doit obtenir l'exequatur du jugement, c'est-à-dire sa la reconnaissance et l'exécution du jugement français sur le sol de la nationalité de son ancien conjoint. Il faut un jugement dans chaque pays, autant faire se peut que le verdict dise la même chose, cela passe par l'exequatur. De même, si le jugement de divorce est prononcé à l'étranger, il faudra demander son exequatur en France. Dans le cas d'Elise, il y a eu deux jugements mais pas au même moment. Celui qui prime correspond à la procédure initiée en premier. En l'occurrence, dans cette affaire, la procédure française. Le papa a obtenu la garde de l'enfant avant que sa mère ne reçoive l'équivalent russe. La maman d'Elise est hors-la-loi. En cas de procédures concurrentes, le jugement n'est valide que dans le pays où il a été prononcé. La maman d'Elise ne peut demander l'exequatur de la procédure russe dans l'Hexagone.

Quels recours ont les parents d'enfants enlevés ?

Quand une convention existe, le retour de l'enfant est possible. Le parent requiert l'application de la convention de la Haye, qui prévoit le rétablissement de l'enfant dans sa situation antérieure à l'enlèvement. En l'absence de convention, on peut demander le rapatriement de l'enfant en vertu de la loi nationale du pays refuge mais le juge fait ce qu'il veut. Aucun texte ne le contraint à suivre une procédure. Il existe aussi un service de médiation, la Mamif -la mission d'aide à la médiation internationale pour les familles- qui a obtenu des résultats quand le parent kidnappeur avait intérêt à négocier. Néanmoins, il est rare qu'il ait envie d'entre reprendre une telle démarche.

Si Elise est ramenée en Russie, de quelles solutions dispose Jean-Michel André pour la rapatrier en France ?

A partir du moment où il n'y a pas d'accord entre la Russie et la France et où les autorités russes ont affiché la couleur on n'arrêtera pas la mère-, ce papa a peu de chances de revoir sa fille. Le rapt parental n'est pas un délit en Russie : le magistrat russe statuera qu'il n'y a pas eu enlèvement et qu'Elise peut rester avec sa mère. Si le père obtient un droit de visite, restera le problème de son application. Jean-Michel André pourra revoir sa fille plus facilement si sa mère a intérêt à négocier la levée du mandat d'arrêt international qui pèse sur elle. Pour des raisons par exemple professionnelles.

Des pays sont-ils plus propices que d'autres à des séparations conflictuelles ?

Le conflit est toujours personnel mais la culture ou la religion peuvent être instrumentalisées par le parent comme «abris» contre l'autre. Un père musulman aura toutes les chances de se voir confier l'enfant par la justice de son pays si la mère ne l'est pas. Autre exemple, au Japon le droit du divorce est traditionnellement très défavorable au père. Dans le cas des couples franco-russes, la distance, les problèmes de langue, les différences juridiques constituent un écueil supplémentaire pour le parent français, transformant les démarches juridiques à accomplir en un parcours du combattant qui nécessite les moyens financiers appropriés.

Quelles réformes faudrait-il entreprendre pour éviter ces rapts parentaux ?

Idéalement, il faudrait que les pays qui ne reconnaissent pas le kidnapping parental, comme la Russie, changent leur législation et adhèrent aux conventions. Cependant, le risque zéro n'existe pas. Le seul garde-fou juridique qui existe, l'interdiction de sortie du territoire, ne sert pas à grand-chose. La police de l'air et des frontières ne vérifie pas les fichiers. Il faudrait appliquer les moyens existants. Un gros travail sur les mentalités est aussi à faire. Il faudrait confier une mission de témoignages aux enfants enlevés devenus adultes. Ils raconteraient leurs souffrances, leurs difficultés à construire leur vie pour faire comprendre aux parents la catastrophe que constitue un enlèvement.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/03/23/01016-20090323ARTFIG00550-le-papa-d-elise-a-peu-de-chance-de-revoir-sa-fille-.php
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 24 Mar - 10:56

Publié le 23/03/2009 à 16:31 - Modifié le 23/03/2009 à 20:16 Le Point.fr
Disparition d'Élise : l'imbroglio russe
Par Cyriel Martin (source AFP)

Élise est au coeur d'un conflit qui oppose son père, français, et sa mère, russe © DR

Dans quel pays se trouve aujourd'hui Élise ? Les informations contradictoires se multiplient en provenance de Moscou, autour du sort de la fillette franco-russe de trois ans et demi enlevée vendredi à Arles. Lundi en début d'après-midi, après un week-end riche en rebondissements, l'agence de presse Ria Novosti, citant "une source" au ministère russe de l'Intérieur, a affirmé qu'Élise était bien arrivée en Russie avec de faux papiers. "Nous connaissons le numéro de vol. Il est établi que ces personnes sont arrivées en Russie. Nos agents établissent maintenant si ce sont bien les ravisseurs", a ajouté cette source, sous couvert d'anonymat, précisant : "En analysant les informations reçues de nos collègues étrangers et les données dont dispose le ministère de l'Intérieur, on peut dire à 99 % qu'il s'agit d'Élise."

Une information déjà évoquée dans la matinée par l'agence russe de presse Interfax, mais aussitôt démentie par l'ambassade de France à Moscou. "Nous ne savons absolument pas où est localisée la petite fille. A priori elle n'est pas en Russie", avait alors déclaré la porte-parole de l'ambassade, Tiphaine Ricordel. Peu après, les autorités russes avaient également contesté les affirmations d'Interfax. "Nous démentons cette information. Elle n'est pas juste. Nous n'avons aucune information sur le lieu où elle se trouve actuellement", avait assuré Tatiana Bondareva, porte-parole de l'antenne moscovite du ministère russe de l'Intérieur chargée du transport aérien et maritime.

Bataille juridique

La "piste russe" était apparue une première fois samedi soir. Une "source policière" avait alors indiqué le signalement de deux hommes et une femme, accompagnés d'un enfant, correspondant au signalement des ravisseurs présumés de la petite Élise, dans un avion à destination de la capitale russe, où réside sa mère. Une information vite démentie par le procureur de la République de Tarascon, Antoine Paganelli, qui avait indiqué que "le père ne reconnai[ssait] pas l'enfant sur les passeports" concernés. Plus tard dans la soirée, la police russe avait elle-même confirmé que les quatre personnes contrôlées ne correspond[aient] pas aux personnes recherchées dans le cadre de l'enlèvement. Et dimanche matin, nouvelle confirmation d'un diplomate à l'ambassade de France de Moscou : "Aux dernières nouvelles, ils ne sont pas sur le territoire russe." Pendant ce temps-là, côté français, le seul élément tangible de l'enquête reste la voiture des ravisseurs présumés, une Renault Modus de location de couleur beige foncé métallisé, retrouvée samedi à 3 heures du matin garée à Montpellier. Vide.

La petite fille - qui fait l'objet d'un avis de recherche international via Interpol depuis dimanche soir - est prise dans un imbroglio familial et judiciaire. Le père français de la fillette accuse la mère russe de l'enlèvement, tous deux étant en instance de divorce. Élise a déjà été emmenée en Russie par sa mère, Irina Belenkaya, en 2007, puis ramenée en France à l'automne 2008 par son père, à Arles, où il habite. Une bataille juridique est engagée sur la garde de l'enfant entre la France et la Russie. La justice française l'a confiée au père et a lancé, début 2008, un mandat d'arrêt international contre la mère. Selon le procureur français en charge de l'enquête, la piste avancée par le père de l'enfant est "sérieuse", mais ne constitue qu'une des hypothèses de travail. Une enquête de flagrance a été ouverte pour séquestration et enlèvement de mineur en bande organisée. Quant à la justice russe, elle a confié la garde à la mère et a aussi lancé un mandat d'arrêt contre l'ancien mari.

Prêtes à coopérer avec la police française, les autorités russes ont toutefois fait savoir qu'elles n'interpelleraient pas la mère si l'enfant était découverte en Russie. Les experts s'accordent également pour estimer qu'Élise et sa mère russe ne seraient pas extradées si elles étaient localisées en Russie parce qu'elles ont toutes les deux la citoyenneté russe. "La Russie n'extradera jamais une fillette qui a la citoyenneté russe", a ainsi déclaré le général Vladimir Ovtchinski, chef du bureau russe d'Interpol entre 1997 et 1999. "Et même s'il est prouvé que c'est sa mère qui a organisé l'enlèvement, celle-ci restera également en Russie pour y être jugée, parce qu'elle aussi a la citoyenneté russe", a-t-il dit à la radio Echo de Moscou.

Regardez le message de l'Alerte enlèvement du ministère de la Justice, diffusé depuis vendredi sur tous les médias audiovisuels français :

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/disparition-d-elise-l-imbroglio-russe/920/0/328214
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 24 Mar - 11:06

lundi 23 mars 2009
L’enlèvement d’Elise vu par la presse en Russie REVUE DE PRESSE

Plusieurs sites font, cet après-midi, état de la présence de la petite Elise sur le territoire russe. Bien que Paris ait officiellement démenti cette information, les médias russes n’ont pas tardé à réagir sur le sujet.

Le média russe Vzglyad.ru donne ainsi une version des faits différente de celle donnée par le père de la fillette. Selon ce journal, Irina, la mère d’Elise, aurait obtenu le droit de garde après le divorce du couple, auprès des instances judiciaires russes. C’est donc le père qui, selon ce média, se serait rendu coupable d’avoir amené sa fille en France, contre l’avis de la loi.

En France, la situation est interprétée d’une toute autre manière. Le père d’Elise a obtenu la garde de l’enfant et un mandat d’arrêt international a été lancé contre son ancienne femme.

Interfax, l’agence de presse russe, cite le chef du centre de presse des Affaires intérieures, Oleg Yelnikov : « S’il y a une demande de la part de nos collègues français, nous ferons tout notre possible pour la retrouver ». Toujours selon Yelnikov, cette situation est toutefois très compliquée à cause des différentes interprétations de la législation, en France et en Russie. « En conformité avec la législation russe, le rapt d’enfant n’est pas considéré comme tel, si c’est fait par un des parents, sans violence », explique-t-il, cité par Interfax (ndlr, en l’occurrence, il y a eu violence à l’encontre du père lors de l’enlèvement).

Vladimir Ovtchinskyi, qui a été pendant plusieurs années le chef du bureau russe d’Interpol, a déclaré dans l’émission du radio L’echo de Moscou que si la fillette est une citoyenne russe, la cour de Russie ne la laissera « jamais » repartir en France.

Toujours selon Ovtchinskyi, s’il est avéré que c’est la mère d’Elise qui a organisé l’enlèvement, des poursuites seront engagées contre elle. En cas d’emprisonnement, elle purgerait sa peine en Russie.

L’avocat Anatoly Koutcherena, cité par l'agence Itar-Tass, confirme cette information. « Si l'information selon laquelle l'enfant se trouve sur le territoire russe se confirme, elle restera ici, comme le veut la Constitution ».

Revue de presse effectuée par Anastasya VALEEVA.
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 24 Mar - 11:10

Enlèvement Elise: l'Alerte Enlèvement était justifiée, estime la Chancellerie
Il y a 21 heures
PARIS (AFP) — Le plan Alerte Enlèvement, déclenché vendredi après le rapt de la petite Elise, était justifié en raison de "la violence inouïe" du commando qui s'est emparé de la fillette dont l'intégrité physique "était en danger", a estimé lundi le porte-parole du ministère de la Justice Guillaume Didier.
"Si c'était à refaire, on le referait", a expliqué M. Didier à l'AFP.
Cette décision était justifiée par "la violence inouïe de l'enlèvement accompagné du passage à tabac du père par des hommes armés de matraques électriques, confirmé par des témoins, qui prouve bien que l'intégrité physique de cette enfant de trois ans était en danger", a-t-il dit. Le plan Alerte Enlèvement a en outre permis que "des éléments déterminants soient portés à la connaissance des enquêteurs", selon lui.
"Ce plan Alerte Enlèvement a été utile. Qu'aurions-nous aujourd'hui comme information s'il n'avait pas été déclenché?", a estimé le procureur de la République de Tarascon (Bouches-du-Rhône), Antoine Paganelli, qui a lancé le plan après avis du ministère de la Justice.
"Il s'est révélé utile puisque nous avons repéré la voiture grâce au radar qui l'a flashée mais aussi grâce à des témoignages de gens alertés par le plan. Il en est de même pour la ressortissante suisse qui nous a contactés après une diffusion télévisée de l'alerte", a ajouté le magistrat.
Plusieurs critères doivent être remplis pour déclencher le plan: l'enlèvement doit être avéré, la victime doit être mineure, sa vie ou son intégrité physique doivent être menacées, des éléments doivent également permettre de localiser ou d'identifier le ou les ravisseurs.
La Chancellerie a émis un avis favorable dans le cas d'Elise, a indiqué M. Didier.
"Au moment où le plan Alerte Enlèvement est déclenché, il n'existe aucune preuve qu'il s'agit d'un enlèvement parental", a-t-il précisé. Ce n'est que dans un second temps que le père a dit avoir reconnu la mère de la fillette, selon la même source.
"On ne peut pas affirmer qu'un enlèvement familial n'est jamais sujet à danger pour l'enfant", a ajouté le procureur Paganelli.
Certaines sources policières redoutaient que le déclenchement du plan Alerte Enlèvement, dans un cas d'enlèvement parental, ne risque de multiplier inutilement cette procédure.
Sur 250 nouveaux dossiers de déplacements illicites d'enfants entre la France et l'étranger chaque année, "il n'y a quasiment jamais d'enlèvement au sens pénal", a souligné M. Didier.
Elise André-Belenkaya, trois ans et demi, a été enlevée vendredi à Arles par deux hommes et une femme, alors qu'elle revenait de l'école avec son père qui accuse la mère russe d'être l'auteur du rapt.
Selon le département du ministère russe de l'Intérieur chargé du Transport aérien et maritime, la fillette se trouvait lundi matin en Russie. Une porte-parole de l'ambassade de France à Moscou a cependant déclaré à l'AFP qu'Elise n'était "a priori pas en Russie".
Copyright © 2009 AFP.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iyGyvaJZ3uJaFh_M0kXA111iRXcg
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 24 Mar - 23:51

ENLEVEMENT

Elise et sa mère se trouveraient bien en Russie

NOUVELOBS.COM | 24.03.2009 | 19:03



L'information est confirmée par une source du ministère de l'Intérieur russe. La localisation de la femme et de la fillette risque toutefois de prendre du temps, prévient-elle.



La petite Elise, avec son père Jean-Michel André (AFP)

La fillette franco-russe enlevée vendredi en France, Elise, et sa mère se trouvent en Russie, mais leur localisation exacte risque de prendre du temps, a affirmé, mardi 24 mars, une source au ministère russe de l'Intérieur citée par l'agence Interfax.
"L'enfant de trois ans se trouve, selon des informations officieuses, en Russie, mais en l'absence d'un corps du délit concernant sa mère et du fait de la surcharge de travail des organes de police (russes), leur recherche peut prendre du temps", a déclaré cette source non identifiée.



Lundi, une source au ministère russe de l'Intérieur citée par l'agence Ria Novosti avait déjà déclaré pouvoir "dire à 99%" que la fillette se trouvait en Russie.
Les autorités russes ont officiellement démenti pour leur part disposer d'informations confirmant la présence de la petite Elise en Russie.


"Difficile de les trouver"




La mère, de nationalité russe, peut très bien avoir changé de nom et de domicile, ou résider chez des proches, ce qui complique d'autant les recherches, souligne la source citée par Interfax.
"Si la mère et sa fille louent un appartement ou vivent chez des connaissances, il sera très difficile de les trouver", note-t-elle.
"Dans leurs informations sur la disparition d'Elise, les médias appellent tantôt l'enfant Issaeva, tantôt André-Belenkaya", relève-t-elle également. Issaeva est apparemment le nom d'épouse de la mère et Belenkaya son nom de jeune de femme.
L'avis de recherche posté sur le site d'Interpol présente l'enfant comme Elise André (nom du père), avec la mention Belenkaya pour la mère. Dimanche, une source au ministère russe de l'Intérieur avait indiqué que "la mère d'Elise, Mme Issaeva, ne figurait pas dans la base des avis de recherches de la police des transports".
"Il est peut probable en revanche que Mme Belenkaya soit entrée en Russie avec de faux papiers parce qu'elle risquerait alors des poursuites judiciaires", croit savoir cette source.


Pas d'arrestation de la mère en Russie



La mère, dont les autorités françaises réclament l'arrestation, ne sera pas interpellée en Russie si elle y est localisée parce qu'elle est russe, a d'ores et déjà averti mardi le bureau d'Interpol en Russie.
"Etant donné qu'Irina Belenkaya est citoyenne de la Fédération de Russie, elle ne peut être arrêtée sur le territoire russe à la demande de la partie française", a-t-il déclaré dans un communiqué.
Elise a été enlevée à Arles, dans le sud-est de la France, par deux hommes et une femme, alors qu'elle revenait de l'école avec son père français. Ce dernier accuse la mère russe d'être l'auteur du rapt, le couple se déchirant pour la garde de l'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mer 25 Mar - 0:11

Merci, Jo.
Hmmm. J'ai l'impression que quelque chose sniffe...
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Jeu 26 Mar - 12:37

La mère d'Elise aurait envoyé un email à son ex-mari
Créé le 26.03.09 à 09h21 | Mis à jour le 26.03.09 à 09h25 |
3
Agrandir la taille du texte

Réduire la taille du texte
|
Imprimer

Envoyer par e-mail

Photo fournie le 21 mars 2009 par Jean-Michel André montrant sa fille Elise et sa mère Irina Belenkaya/ AFP
A lire aussi
Justice : Ouverture d'une information judiciaire contre X et contre la mère d'Elise
Elise : Elle est bien en Russie pour les médias nationaux
Récit : La petite Elise aurait été enlevée par sa mère
Kidnapping : Si elles sont en Russie, Elise et sa mère ne seront pas interpellées
Alerte Enlèvement : La Chancellerie défend la mise en place du plan
Imbroglio : Elise empêtrée entre la France et la Russie
ENLEVEMENT - Irina Belenkaya lui apprendrait qu'elle est bien rentrée en Russie...

Le père d'Elise aurait reçu un email de son ex-femme. Selon «Le Parisien» de ce jeudi, Irina Belenkaya lui aurait envoyé un message pour l'informer qu'elle est rentrée en Russie. Un texte daté de lundi 23 mars, accompagné d'un autre, du samedi 21 mars, dans lequel la jeune femme insulte copieusement son ancien compagnon.

Jean-Michel André n'aurait pris connaissance de ces deux emails que mercredi soir, ceux-ci ayant été envoyés à une adresse de messagerie qu'il n'utilise que rarement. Dans le mail qui assure qu'elle est rentrée au pays, Irina a joint un message qu'elle avait elle-même reçu, en septembre 2008, et dans lequel Jean-Michel André lui donnait des nouvelles d'Elise qu'il venait lui-même d'enlever à Moscou.

Pour un proche de la jeune femme, le fait qu'Irina renvoie ce courrier qu'elle avait à l'époque vécu comme une provocation et qui l'avait bouleversée, prouve qu'elle est bien rentrée à Moscou. Un avis que ne partagent pas les enquêteurs, qui estiment que «n'importe quel proche» de la mère d'Elise peut en être l'auteur, «pour brouiller les pistes».
J.M.
http://www.20minutes.fr/article/314923/France-La-mere-d-Elise-aurait-envoye-un-email-a-son-ex-mari.php
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Jeu 26 Mar - 12:40

Ouverture d'une information judiciaire contre X et contre la mère d'Elise
Créé le 25.03.09 à 08h08 | Mis à jour le 25.03.09 à 08h36 |
11
Agrandir la taille du texte

Réduire la taille du texte
|
Imprimer

Envoyer par e-mail

Photo fournie le 21 mars 2009 par Jean-Michel André montrant sa fille Elise et sa mère Irina Belenkaya/ AFP
A lire aussi
Actu : Elise est bien en Russie pour les médias nationaux
Récit : La petite Elise aurait été enlevée par sa mère
Kidnapping : Si elles sont en Russie, Elise et sa mère ne seront pas interpellées
Enquête : Interpol Russie recherche la petite Elise
Alerte Enlèvement : La Chancellerie défend la mise en place du plan
Justice : Elise empêtrée dans un imbroglio entre la France et la Russie
Article : La mère d'Elise aurait envoyé un email à son ex-mari
ENLEVEMENT - Irina Belenkaya est visée pour «soustraction de mineur par ascendant» et «complicité de violences volontaires»...

Le parquet d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), désormais en charge désormais de l'affaire, a ouvert mardi soir une information judiciaire contre X et contre la mère d'Elise, Irina Belenkaya. Cette dernière est visée pour «soustraction de mineur par ascendant» et «complicité de violences volontaires ayant entraîné une interruption temporaire de travail (ITT) de plus de huit jours aggravée par trois circonstances: la préméditation, la réunion et l'usage d'une arme», a indiqué Olivier Rothé, procureur de la République d'Aix-en-Provence.

>>> Retrouvez tous nos articles sur l'enlèvement d'Elise en cliquant ici.

L'information judiciaire a également été ouverte contre X pour «complicité de soustraction de mineur par ascendant» et «violences aggravées», a-t-il ajouté. La fillette a été enlevée par deux hommes et une femme alors qu'elle revenait de l'école avec son père qui a été violemment frappé. Ce dernier accuse la mère russe d'être l'auteur du rapt. Le couple se déchire pour la garde de la fillette.

Où est Elise?

Un mandat d'arrêt a été requis contre la mère de l'enfant, selon Olivier Rothé, alors que le plus grand flou demeure au sujet de la localisation d'Elise. «Devant la gravité et la complexité de l'affaire», le parquet de Tarascon s'est dessaisi mardi de la procédure au profit du pôle de l'instruction du tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence.

L'affaire a été confiée à deux juges d'instructions dans une procédure de co-saisine. Selon une source au ministère russe de l'Intérieur citée mardi par l'agence Interfax, l'enfant et sa mère se trouvent en Russie, mais leur localisation pourrait être longue.
J.M. avec agence
http://www.20minutes.fr/article/314497/France-Ouverture-d-une-information-judiciaire-contre-X-et-contre-la-mere-d-Elise.php
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Sam 28 Mar - 10:25

Le père d’Elise appelle à l’aide en RussieCréé le 27/03/09 - Dernière mise à jour à 17h15


Jean-Michel André, le père de la petite Elise enlevée il y a une semaine en France, a sollicité vendredi l'aide de la Russie pour tenter de retrouver la fillette de trois ans et demi. Lors d’une vidéo-conférence, il a affirmé ignorer où l'enfant pouvait se trouver et s’est dit prêt à un accord amiable à la mère d’Elise, soupçonnée d’être à l’origine de son enlèvement. © DR Le père d'Elise aurait reçu des mails de son ex-femme
Elise|enlèvement|Russie
Nouveau !
Toute l'actu en temps réel !
Téléchargez MyNewsBar




"On va se voir bientôt", lance Jean-Michel André, brandissant un mouton en peluche. Vendredi, via une vidéo-conférence, le père de la petite Elise enlevée il y a une semaine à Arles, s’est adressé directement à sa fillette de trois ans et demi dont on est toujours sans nouvelles. Mais derrière elle, c’est surtout son ex-femme russe, la mère d’Elise soupçonnée d'être à l'origine de son enlèvement, que Jean-Michel André visait, le regard désormais tourné vers la Russie.
L'intervention du père d'Elise lors d'une vidéo-conférence. Ses propos sont en russe et en français, traduits en russe.

Les autorités russes "doivent savoir où se trouvent ma fille. S'il vous plaît, si vous la voyez, prévenez", a-t-il dit dans un message transmis par les médias russes. "Il n'est pas question que je ne revois pas Elise. La justice ne peut pas refuser à Elise de voir son père, ce n'est pas possible, j'appelle à l'aide à tous les niveaux", a poursuivi Jean-Michel André.

Jean-Michel André s'est aussi dit prêt vendredi à régler à l'amiable le divorce très conflictuel avec son ex-épouse pourvu que le juge le laisse voir son enfant, selon l’agence de presse russe Ria Novosti. "Ce qu'il faut, c'est trouver une solution pour Elise. Elle a le droit de recevoir l'amour de son père", a souligné Jean-Michel André, affirmant que la mère de l'enfant lui aurait dit à plusieurs reprises : "oublie-là !".

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Faits-divers/Le-pere-d-Elise-appelle-a-l-aide-en-Russie/(gid)/212804
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Dim 29 Mar - 13:46

Alerte enlèvement: le Conseil fédéral au pied du mur
DEBAT | 18:10 Attendre, attendre, toujours attendre. Les Romands sont exaspérés. Près de 95% des votants de notre sondage souhaitent que le Conseil fédéral se montre plus ferme pour que la Suisse se dote d’un système alerte enlèvement.





MARIE-CLAUDE MARTIN | 27-03-2009 | 18:10

La Suisse romande a décidé d’accélérer les choses. Après le Conseil des Etats le 12 mars, c’est la Conférence latine des chefs des départements de justice et police (Cldjp) qui a demandé, mardi dernier, que la Confédération prenne des mesures pour mettre en place un système d’alerte enlèvement d’ici la fin 2009.

Alors qu’elle s’était réfugiée jusqu’ici derrière le fédéralisme pour justifier la lenteur bernoise, la Conseillère fédérale Eveline Widmer Schlumpf a accueilli cette décision avec enthousiasme. «Je suis ravie de constater que les cantons veulent confier la conduite du projet à la Confédération.»


Attendre le 2 avril
Le principe avancé par la Cldjp est simple: n’importe quel canton aurait la compétence de lancer l’Alerte, laquelle serait relayée à l’échelle nationale. A la Confédération de régler les problèmes de transmission et de diffusion de l’information, via les opérateurs de radio et télévision soumis à sa concession, pour que la population puisse être mise à contribution dans la recherche d’indices. Le suivi serait assuré par les polices cantonales.


Ce projet qui respecte la primauté des cantons, tout en faisant appel aux compétences de la Confédération, sera débattu le 2 avril lors de la Conférence nationale des chefs de Justice et police. Les Alémaniques suivront-ils les Latins? Sur le principe, probablement, mais pas sur le modèle à adopter.


Ouvrir le système à d'autres disparitions
Contrairement aux Romands, les Alémaniques estiment que le système français est trop restrictif. C’est aussi l’avis d’Eveline Widmer Schlumpf qui veut aller plus loin que la seule recherche de mineurs. Dans «L’Illustré», elle s’est néanmoins engagée, si le groupe de travail sous l’égide des cantons n’avançait pas au rythme souhaité, de proposer que son Département prenne le relais.

Les failles du système
Il faut dire que le système français, mis en place en 2006 et enclenché huit fois avec succès, est en train de montrer ses limites dans l’affaire de la petite Elise, enlevée par sa mère et dont la vie n’est apparemment pas en danger. Or, c’est une des cinq conditions pour que soit lancé le plan. Les quatre autres étant: l’accord des parents, un enlèvement avéré, une victime mineure et l’existence d’informations susceptibles de localiser l’enfant.


Le même système n’aurait probablement pas non plus permis de sauver Lucie, assassinée à 16 ans le 4 mars dernier, puisque personne n’a été témoin de son enlèvement qui d’ailleurs n’en était pas un, la jeune fille ayant suivi de son plein gré celui qui allait devenir son assassin.

Effets secondaires
Si l’alerte enlèvement convainc une large majorité de la population, le système n’est pas sans effets secondaires: multiplication des fausses alertes liées à l’hypermédiatisation - c’est l’argument avancé par l’Allemagne l’année dernière lors de la Conférence européenne – encouragement possible à la délation, pressions sur le ravisseur qui risque de péter les plombs et intrusion dans les vies privées, notamment s’agissant de disparitions volontaires, si le système était élargi.

Mais pour Didier Burkhalter, Conseiller aux Etats neuchâtelois qui déposé deux motions sur le sujet, et Diane Burgy, directrice de la Fondation FREDI consacrée à la recherche d’enfants disparus, «s’il faut attendre que le système soit parfait pour se lancer, on risque encore d’attendre des années.»


http://www.lesquotidiennes.com/moeurs-justice/alerte-enlèvement-le-conseil-fédéral-au-pied-du-mur.html
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 30 Mar - 12:19

French father ready to go to Russia to return kidnapped daughter

29 March, 2009, 09:39

The father of Elise Andre, the 3-year-old girl abducted from France a week ago, says he’s ready to go to Russia to find his daughter. Jean-Michel Andre believes the kidnapping was organized by her Russian mother.

A week after three-year-old Liza was taken away from him, Jean-Michel Andre issued a desperate plea.

“Why cut her away from her father? Why punish both of us? She has the right to know and receive the love of both her parents. We have to find a solution. But for now, I just want to know that she’s ok and where she is,” he said.

Known as ‘Liza’ in Russia and ‘Elise’ in France, the girl was snatched from her father in the southern French city of Arles by two men and a woman. Jean-Michel Andre was badly beaten during the abduction. He claims the girl’s Russian mother, Irina Belenkaya, was involved.

French detectives have alerted police forces across Europe to track down mother and daughter.

Jean-Michel Andre says he’s received messages from his former wife’s e-mail address saying she's in Russia.

But even if Irina Belenkaya is there, the chances of arresting her or returning Liza to France are slim. Liza's mother was granted parental custody through a Russian court, and under Russian law, a close relative cannot be a kidnapper.

“Russia will fully co-operate with the investigation, but it will never send the girl back to France. The same applies to the mother – even if she is proved to have organized the kidnapping, according to the Russian constitution she will never be extradited,” said Vladimir Ovchinsky, Head of the Russian Interpol Bureau from 1997-1999.

The estranged couple have been fighting over the custody of Liza for the past two years, with courts in Russia and France having made contradictory rulings.

“When she’s in France with her father, French law applies, but if she’s in Russia with her mother, French laws will have no effect on our rulings,” said Oleg Elnikov, Russia’s Interior Ministry spokesperson.

Jean-Michel Andre says he’s ready to go to Russia to find his daughter. And it wouldn’t be the first time. In 2008, he snatched the girl from her nanny in Moscow, where Liza had been taken by her mother from France a year earlier. Irina Belenkaya campaigned for her daughter's return, going on Russian talk shows to plead her case.

A Russian court issued a warrant for Jean-Michel Andre’s arrest back then. So if he does decide to go to Moscow this time, instead of getting nearer to custody of his daughter he might end up in custody himself. But until Liza’s parents come to some kind of agreement, she'll remain the ultimate victim of their bitter dispute.

http://www.russiatoday.com/Top_News/2009-03-29/French_father_ready_to_go_to_Russia_to_return_kidnapped_daughter.html
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 31 Mar - 8:18

World
Father says wife's partner knows location of abducted daughter
21:50 | 30/ 03/ 2009

PARIS, March 30 (RIA Novosti) - The French father of a 3-year-old girl kidnapped in France March 20 said Monday that the location of his daughter is known to his ex-wife's common-law husband.

"Vladislav Sergeyevich Isayev knows exactly where my daughter Elise Andre is, as he knows exactly where Irina Belenkaya is," Jean-Michel Andre said in a statement sent to RIA Novosti.

Elise, who has Russian and French citizenship, was snatched from her father in Arles, in southern France, on March 20 by three attackers, one of whom Andre said was his former wife, Irina Belenkaya. He was severely beaten in the attack.

French police organized an international man hunt for Belenkaya following the abduction. If arrested outside Russia, Belenkaya could face up to three years in prison. However, under Russian law, she cannot be extradited.

The French father received messages from Belenkaya's email address earlier saying she was in Russia. However, investigators believe they could have been sent by one of Belenkaya's friends or relatives in an attempt to throw police off the scent.

The estranged couple has been embroiled in a "tug-of-war" for custody of their daughter for two years, with Russian and French courts siding with their nationals in the dispute.

Andre was awarded custody by a French court following the couple's divorce in 2007. After his wife left the country taking her daughter with her, a warrant for her arrest was issued in 2008.

Belenkaya was subsequently awarded custody of Elise by a Russian court in 2008.

Andre hired private detectives to trace his wife and child. He learnt Russian and traveled to Moscow to secretly take his daughter back to France. After the kidnapping, a Russian court issued a warrant for Andre's arrest.
http://en.rian.ru/world/20090330/120824007.html
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 31 Mar - 8:19

Enlèvement d'Elise: le père suppose que l'endroit où se trouve sa fille soit connu
21:57 | 30/ 03/ 2009

PARIS, 30 mars - RIA Novosti. Jean-Michel André, père d'Elise, la fillette franco-russe enlevée le 20 mars dernier à Arles, suppose que le concubin de son ex-épouse Irina Belenkaïa sait où se trouve sa fille.

Comme écrit M.André dans un communiqué envoyé lundi à RIA Novosti, Vladislav (Sergueïevitch) Issaïev sait où se trouve sa fille Elise André, car il connaît parfaitement la localisation d'Irina Belenkaïa".

Et d'ajouter que M.Issaïev est le père de leur fille commune Sacha. Ils habitaient rue Festivalnaïa (à Moscou) avec Elise depuis novembre 2007, quand Irina Belenkaïa est venue en Russie après avoir enlevé Elise. Les articles sur l'Internet russe concernant les démarches de M.André en date du 22 septembre 2008 rue Festivalnaïa (il s'agit cette fois de l'enlèvement de la fillette par son père qui l'avait ramenée en France - ndlr.), on parle d'Elise comme de Liza Issaïeva. "Où est Vladislav Issaïev? Pourquoi n'apprend-il rien à la police ni aux médias?", se démande M.André.

La petite Elise, 3 ans, fille d'un père français et d'une mère russe, est au centre d'un conflit entre ses parents divorcés dont chacun réclame la garde de l'enfant. Son père accuse la mère de la fillette la ressortissante russe Irina Belenkaïa, dont il est séparé depuis 2007, d'être l'auteur du rapt, le couple se déchirant pour sa garde, sans que cette accusation soit confirmée par la justice russe ou française.
http://fr.rian.ru/society/20090330/120824051.html
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 31 Mar - 19:19

Le père de la petite Elise lance un appel à témoins



Par Reuters, publié le 31/03/2009 à 17:29
MARSEILLE - Onze jours après l'enlèvement de sa fille dans le sud de la France, le père d'Elise a lancé un appel mardi pour retrouver un homme de nationalité russe qui pourrait selon lui détenir des informations sur la fillette




Onze jours après l'enlèvement de sa fille dans le sud de la France, le père d'Elise a lancé un appel pour retrouver un homme de nationalité russe qui pourrait selon lui détenir des informations sur la fillette. (Reuters/Jean-Paul Pélissier)

Au coeur d'un conflit juridico-familial, Elise, trois ans et demi, a été kidnappée en pleine rue le 20 mars à Arles (Bouches-du-Rhone) par deux hommes et une femme.
"Il y a un homme qui a probablement des informations à donner. S'il nous entend, qu'il nous contacte", a dit Jean-Michel André en brandissant devant la presse la photo d'un homme attablé à la terrasse d'un bar d'une station de ski.
"Sur cette photo, il est en Suisse où il va habituellement à cette période de l'année, mais je ne sais pas où il se trouve actuellement", a ajouté le père d'Elise.
"Il ne s'agit d'accuser personne, mais il est susceptible de détenir des informations importantes", a souligné son avocat, Me Victor Gioia, sans donner davantage de détails.
De source proche de l'enquête, on dit que l'homme serait le compagnon d'Irina Belenkaïa, la mère d'Elise, chez qui la fillette vivait lorsque Jean-Michel André était allé récupérer sa fille en Russie. L'enfant à ses côtés sur la photo serait la demi-soeur d'Elise, aujourd'hui âgée de huit ans, qu'il a eue avec Irina Belenkaïa.
"Il faut être prudent, on ne peut pas tout vous dire. C'est une situation extrêmement délicate", a souligné Jean-Michel André, qui a lancé un appel plus large à toutes personnes "concernées par la disparition d'un enfant".


ASSOCIATION "AIDELISE"


"Il y a dix jours que les monstres et les barbares qui peuplent l'imaginaire de l'enfant ont fait irruption dans l'univers d'Elise", a-t-il dit. "Je ne sais pas où elle est. Je n'ai eu aucune nouvelle rassurante".
Il dit avoir reçu plusieurs courriers électroniques, dont le dernier lundi, émanant de la même boite aux lettres. "Ces mails se succèdent sans donner la moindre information sur cette affaire", a-t-il précisé.
Afin de mobiliser l'opinion, il a créé une association, "Aidelise", afin de "retrouver Elise, puis de trouver des solutions plus globales aux problèmes des enfants franco-russes". Un site www.aidelise.fr. va être mis en ligne.
En France, deux informations judiciaires ont été ouvertes, l'une contre Irina Belenkaïa, pour "soustraction de mineur par ascendant", l'autre contre X qui vise les deux hommes ayant participé au rapt.
La mère d'Elise fait l'objet d'un mandat d'arrêt international depuis 2008 après avoir tenté d'enlever sa fille une première fois en 2007. Elise vivait de nouveau avec son père à Arles depuis septembre dernier, date à laquelle ce dernier était allé la chercher en Russie.
Selon Jean-Michel André, la justice russe n'a jamais confié la garde d'Elise à sa mère, contrairement à ce qu'affirme cette dernière. "Ma femme n'a pas la garde de l'enfant en Russie. C'est une autorité conjointe", a-t-il déclaré.
S'il juge "prématuré" un nouveau voyage en Russie, il n'en exclut pas la possibilité. "Si voyage il y a, il se fera en arrivant directement à l'aéroport. J'irai sans me cacher pour réclamer mon enfant", a-t-il dit.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/le-pere-de-la-petite-elise-lance-un-appel-a-temoins_750683.html
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Ven 3 Avr - 11:08

Disparition d'Elise : le père mobilise sur internetCréé le 01/04/09 - Dernière mise à jour à 10h45 4 commentaires
Jean-Michel André a créé une association baptisée "Aidelise" pour retrouver "le plus vite possible" sa fille Elise, enlevée il y a deux semaines à Arles. Depuis quelques jours, il décline également son combat sur internet. © DR

Le site s'ouvre sur deux séries de portraits photomatons d'une fillette souriante et un appel à témoin. Depuis quelques jours, Jean-Michel André, le père d'Elise, enlevée le 20 mars à Arles, étend à internet le champ des recherches menées pour retrouver sa fille âgée de trois ans et demi. Pétition en préparation, appel aux dons : le site "Aidelise" ne se contente pas de mobiliser autour du cas de sa fille, mais veut également mobiliser autour du cas des enfants victimes de "drames franco-russes". Jean-Michel André décline ce combat au sein de l'association qu'il vient de créer pour "trouver une solution plus globale à tous ces drames d'enfants franco-russes".
Mardi, le père a également lancé un appel pour retrouver un homme de nationalité russe qui pourrait, selon lui, détenir des informations sur la fillette. En brandissant devant la presse la photo d'un homme attablé à la terrasse d'un bar d'une station de ski, Jean-Michel André a lancé : "Il y a un homme qui a probablement des informations à donner. S'il nous entend, qu'il nous contacte." Sans donner davantage de détails, son avocat a précisé : "Il ne s'agit d'accuser personne, mais il est susceptible de détenir des informations importantes."

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Faits-divers/Disparition-d-Elise-le-pere-mobilise-sur-internet/(gid)/213799
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mar 7 Avr - 18:13

La tante d'Elise se confie au micro d'Europe 1


Créé le 05/04/09 - Dernière mise à jour le 06/04/09 à 11h49


C'est un document Europe 1. Pour la première fois, la tante d'Elise, cette fillette de trois ans enlevée le 20 mars dernier à Arles, livre quelques informations. Depuis Moscou où elle habite, elle assure ne pas savoir où se trouve l'enfant mais laisse entendre qu'elle est bien en contact avec sa soeur Irina, qui serait à l'origine de l'enlèvement d'Elise.


C'est un document Europe 1. La tante d'Elise, la fillette enlevée le 20 mars dernier et dont on est depuis sans nouvelle, a accepté de livrer quelques informations. Elle habite à Moscou en Russie, pays où les enquêteurs ont orienté leurs recherches puisque la mère d'Elise, en instance de divorce est de nationalité russe.
"Imaginez qu'on vienne chez vous et qu'on vous prenne votre enfant", lance simplement Liéna. Cette jeune femme assure ne pas savoir où se trouve Elise mais elle laisse entendre qu'elle est bien en contact avec sa soeur Irina, qui est soupçonnée d'être à l'origine de l'enlèvement.

Ecoutez le témoignage exclusif de la tante :

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Faits-divers/La-tante-d-Elise-se-confie-au-micro-d-Europe-1/(gid)/214698

C'est en tout cas la thèse défendue par père de la fillette qui était avec elle le jour de l'enlèvement. Il venait en effet d'aller la chercher à la sortie de l'école. Depuis, malgré le plan "alerte enlèvement", aucune nouvelle de l'enfant, ni de ses ravisseurs. Jean-Michel André, le père d'Elise a même créé une association baptisée "Aidelise" et un site internet pour la retrouver "le plus vite possible".
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Mer 8 Avr - 23:21

Le Journal du Dimanche
Dimanche 05 Avril 2009
Sur la piste de "Slava", le beau-père d'Elise


Par Jean-Pierre VERGÈS
Le Journal du Dimanche Quinze jours après avoir été kidnappée à Arles par une femme et deux hommes de main, Elise, 3 ans et demi, reste introuvable. Son père s'interroge sur le rôle du compagnon de son épouse. Elise l'a baptisé "Slava". Un diminutif affectueux pour Vladislav Isaev, le compagnon d'Irina Belenkaya, sa maman russe de 39 ans, et le père de Sacha, sa demi-soeur de 8 ans.



Après l'avoir récupérée à Moscou, je lui ai demandé comment s'appelait l'ami de sa mère: elle m'a dit 'Slava'", grimace Jean-Michel André, 51 ans, dont la fillette de 3 ans et demi a été enlevée à Arles (Bouches-du-Rhône) le 20 mars. Effondré depuis cette disparition, le Français pointe aujourd'hui du doigt ce grand gaillard de 45 ans, commercial dans le secteur pharmaceutique, qui roule en 4x4. Un personnage clé qui, comme Irina Belenkaya et Elise, reste introuvable en Russie. "Ce n'était pas l'un des hommes qui m'ont tabassé mais je suis sûr qu'il sait où est ma femme", martèle l'Arlésien, qui estime qu'elle ne pouvait financer et organiser seule cette opération commando.

Vladislav Isaev, Jean-Michel André en entend parler en 2000. Chercheur dans un laboratoire océanographique à Paris, il rencontre alors la compagne du Russe, une étudiante d'origine ossète qui prépare une thèse en géochimie des fonds marins. Enceinte, Irina Belenkaya repart vivre avec le père à Moscou. Mais, deux ans plus tard, elle le quitte et retrouve le Français en Inde, à Goa, l'ancienne destination hippie où ils se marient le 15 mars 2004. "Je ne souhaitais pas avoir d'enfant mais elle a insisté, concède-t-il. Aujourd'hui, personne ne peut douter à quel point j'aime Elise."

Souvent parti en mission, l'océanographe n'est pas à Moscou lorsque son épouse accouche, le 2 novembre 2005. Deux ans plus tard, le couple prend l'eau et débarque à Arles chez les parents du chercheur. Plongée dans ses livres, Irina Belenkaya, l'air triste, confie à des proches avoir du mal à communiquer avec son mari. Lui rétorque que sa femme, élevée par sa grand-mère et privée de l'affection maternelle, aurait souffert durant son adolescence des violences de son beau-père. "Le fait d'avoir été maltraitée et abusée, ça l'a changée", explique-t-il aujourd'hui non sans dépit.

Armé d'un bouquet de rose rouge et d'iris

A l'automne 2007, Jean-Michel André soupçonne sa femme de vouloir s'installer à Moscou avec Elise. Le 9 novembre, il obtient de la préfecture des Bouches-du-Rhône une interdiction de sortie de territoire pour son épouse. Le 20, cette dernière est interpellée à l'aéroport de Marseille alors qu'elle tente de s'enfuir avec la fillette. Le 22, Jean-Michel André engage une procédure de divorce. Le 23, le juge aux affaires familiales (JAF) de Tarascon prolonge d'un an l'interdiction de sortie du territoire. Ce qui n'empêche pas Irina Belenkaya de disparaître avec Elise le jour même.

Pour Jean-Michel André, qui obtient un mois plus tard une maigre consolation - l'exclusivité de l'autorité parentale et la garde de la fillette disparue -, le calvaire commence. En janvier 2008, une information judiciaire pour "soustraction de mineurs" est ouverte à Tarascon. Irina Belenkaya fait alors l'objet d'un mandat d'arrêt international. "A l'époque, le kidnapping n'était pas une super priorité de la police, rappelle le père d'Elise. Moi, j'ai vécu dix mois d'enfer. C'était vraiment atroce car j'aime ma petite!"

Obstiné et revanchard, le Français échafaude un plan minutieux pour la récupérer puis part à Moscou sur les traces de sa femme. Il les repère dans l'appartement de Vladislav Issaev, rue Festivalnayat, dans le nord de la capitale. Le 23 septembre 2008, accompagné d'un Russe, Jean-Michel André intercepte la baby-sitter d'Elise au bas de l'immeuble et la "neutralise" avec un bouquet de roses rouges et d'iris! "Elle était interloquée mais il n'y a eu aucune brutalité, certifie-t-il. Ma pitchounette a eu un petit peu peur mais je l'ai fait rire et je lui ai montré des photos de moi avec sa mère." Après avoir fui par la route vers l'Ukraine, le père et sa fille rallient la France sans encombre. Les autorités russes, qui ne reconnaissent pas la double nationalité, lancent alors un mandat d'arrêt fédéral à l'encontre du Français qui vient d'enlever une de leurs ressortissants.

Le mystère des courriels

A Moscou, la procédure de divorce initiée par Irina Belenkaya a fait long feu. Côté français, le JAF de Tarascon ordonne en janvier 2009 une enquête sociale sur le couple, une médiation internationale et accorde un droit de visite, dans un lieu sécurisé, à la mère d'Elise. Qui obtient au passage la levée de son mandat d'arrêt international et donc la possibilité de voyager librement en Europe. Convaincu qu'Irina Belenkaya accompagnait les deux ravisseurs qui ont matraqué le père d'Elise il y a deux semaines, le parquet d'Aix-en-Provence a ouvert une information judiciaire contre elle pour "soustraction de mineurs par ascendant" et "complicité de violences volontaires aggravée par la préméditation, la réunion et l'usage d'une arme". Repérées chez un loueur de voitures à Montpellier (Hérault) puis dans un train à destination de Genève, la mère et sa fille n'ont plus réapparu.

Se cachent-elles en Suisse où Vladislav Isaev venait parfois skier? Sont-elles retournées en Russie où les risques judiciaires sont faibles? Aucune source officielle ne confirme leur entrée dans ce pays. Et l'appartement familial reste désespérément vide. Seuls quatre courriels envoyés depuis la messagerie d'Irina Belenkaya à Jean-Michel André laissent entendre qu'Elise serait sur le sol russe. "Nous ne savons pas qui les a rédigés. Ce sont peut-être des fausses pistes", tempère Me Victor Gioia, l'avocat du père. Craignant une démobilisation des autorités, Jean-Michel André a annoncé mardi la création d'Aidélise, une association* qui réclame notamment la signature d'une convention juridique franco-russe portant sur les enlèvements d'enfants. Privé d'informations de la part des enquêteurs mais décidé à jouer la carte de l'opinion publique, l'océanographe menace maintenant de se rendre à Moscou, quitte à finir derrière les barreaux. "Il n'imagine pas subir longtemps cette situation et vivre coupé de son enfant, prévient Me Victor Gioia. Il faut tout faire pour éviter une démarche sacrificielle."

* Tél. : 04 91 54 98 82 et www.aidelise.fr
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 13 Avr - 14:43


La petite Elise retrouvée en Hongrie



La fillette franco-russe enlevée en mars et sa mère auraient été interpellées dimanche en Hongrie.


La petite Elise, une enfant franco-russe enlevée le 20 mars à Arles (Bouches-du-Rhône) et sa mère ont été interpellées dimanche en Hongrie, a-t-on appris lundi de source policière.

DR

La petite Elise André, trois ans et demi, avait disparu depuis le 20 mars.

Le procureur de la République d'Aix-en-Provence Olivier Rothé a confirmé leur interpellation à l'AFP sans pouvoir fournir de détails dans l'immédiat.
Elise, qui vivait en France, avait été enlevée par deux hommes et une femme alors qu'elle revenait de l'école avec son père, Jean-Michel André, qui avait été roué de coups. M. André avait accusé la mère de l'enfant, avec laquelle il est en instance de divorce d'être l'auteur du rapt pour ramener Elise en Russie.
A l'issue d'une rencontre au ministère de la Justice pour faire le point sur les recherches, M. André avait déclaré jeudi être convaincu que sa fille se trouvait en Russie avec sa mère et s'était dit déterminé à s'y rendre.
Le gouvernement français "ne dispose d'aucune information permettant de dire que la fillette est en Russie", avait déclaré le porte-parole de la Chancellerie Guillaume Didier.
Le 24 mars, une source au ministère russe de l'Intérieur citée par l'agence Interfax avait indiqué que la fillette et sa mère se trouvaient en Russie mais que leur localisation exacte risquait de prendre du temps.
"Le père d'Elise est parti cette nuit pour la Hongrie. Il pourrait ramener sa fille en France d'ici 48 heures", a déclaré à l'AFP l'avocat de M. André, Victor Gioia. Me Gioia a refusé de fournir des précisions sur le lieu précis où Elise et Irina Belenkaya ont été interpellées.
Selon l'avocat, l'objectif de M. André est "d'éviter un nouveau traumatisme à la petite". Pour le père, "l'objectif n'est pas d'entamer une guerre de tranchées avec la maman" car "il est animé par la volonté de faire en sorte que sa fille puisse avoir une vie à peu près normale".
Le parquet d'Aix-en-Provence, au profit duquel s'était dessaisi le parquet de Tarascon (Bouches-du-Rhône) initialement saisi, avait ouvert le 24 mars une information judiciaire contre la mère de l'enfant et contre X.
L'information judiciaire a été ouverte contre Irina Belenkaya pour "soustraction de mineur par ascendant" et "complicité de violences volontaires ayant entraîné une interruption temporaire de travail (ITT) de plus de huit jours aggravée par la préméditation, la réunion et l'usage d'une arme.
L'information judiciaire a également été ouverte contre X pour complicité de soustraction de mineur par ascendant et violences aggravées.
Revenir en haut Aller en bas
Cathy
Auxiliaire de Police
Auxiliaire de Police


Date d'inscription : 15/08/2008

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 13 Avr - 14:54

Bonjour Jo Very Happy

J'espère que les parents vont essayer de s'accorder pour garder la petite chacun leur tour.

Cela évitera tous ces problèmes !
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 13 Avr - 14:58

Publié le 13/04/2009 à 12:24 - Modifié le 13/04/2009 à 13:49 Le Point.fr
DENOUEMENT - Élise et sa mère arrêtées dimanche en Hongrie


La police hongroise a confirmé lundi que la mère de la fillette franco-russe Elise, enlevée le 20 mars dans le sud de la France, avait été interpellée la veille avec l'enfant à la frontière avec l'Ukraine. "Hier (dimanche) en début d'après-midi, une citoyenne russe avec une petite fille a voulu passer en voiture la frontière entre la Hongrie et l'Ukraine à Tiszabecs," dans l'est de la Hongrie, a déclaré Gergely Fulop, porte-parole de la police locale.

"Le garde-frontière a vérifié la base de données Schengen et découvert que la femme était recherchée pour un acte criminel et que la jeune enfant, née en 2005, avait été portée disparue", a-t-il ajouté. "La femme a été placée en garde à vue à Nyiregyhaza, tandis que la fillette se trouve dans un foyer pour enfants", a poursuivi M. Fulop. "Nous avons informé le consul de Russie en Hongrie, qui a déjà rendu visite à la femme, ainsi que les autorités françaises et le père, qui est en route pour la Hongrie", a-t-il conclu.

Elise, qui vivait en France, avait été enlevée par deux hommes et une femme alors qu'elle revenait de l'école avec son père. Jean-Michel André, qui avait été roué de coups, avait accusé la mère de l'enfant, avec laquelle il est en instance de divorce, d'être l'auteur du rapt pour ramener Elise en Russie. M. André avait déclaré jeudi dernier être convaincu que sa fille se trouvait en Russie avec sa mère et s'était dit déterminé à s'y rendre .
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   Lun 13 Avr - 15:11

Cathy a écrit:
Bonjour Jo Very Happy

J'espère que les parents vont essayer de s'accorder pour garder la petite chacun leur tour.

Cela évitera tous ces problèmes !


Bonjour Cathy Laughing ,

Oui pauvre petite fille. Elle ne doit rien comprendre à un si jeune âge.

Le retour d'Elise en France est imminent.

Quelle juridiction va gagner : russe ou française ?

Elise a déjà subi 3 enlèvements parentaux. Elle serait peut être mieux dans une famille d'accueil le temps que les parents réfléchissent, arrêtent de se déchirer et acceptent la garde alternée.

La petite aimerait certainement grandir et passer des vacances tantôt chez son père, tantôt chez sa mère.

J'espère que la médiation diplomatique interviendra uniquement dans l'intérêt de l'enfant.


Dernière édition par JO le Lun 13 Avr - 21:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alerte - Elise 3.5 ans - Arles (France)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alerte aux poux à l'école
» Durée de vie d'une alerte
» ALERTE NUCLEAIRE EUROPEENNE
» alerte meteo pour le 3 septembre (maintenus pour le 4)
» Alerte orange à l'orage pour jeudi après-midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfants Kidnappés :: Les enfants enlevés :: ACTUALITES / GENERAL :: Enlèvements familiaux-
Sauter vers: