Enfants Kidnappés


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Jaycee Dugard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cassandre79
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mar 1 Sep - 16:02

Macabre découverte : des fragments osseux Sad

http://www.20minutes.fr/article/344357/Monde-Un-fragment-osseux-retrouve-dans-la-propriete-jouxtant-celle-des-Garrido.php
Revenir en haut Aller en bas
Juanita
Commissaire Adjoint
Commissaire Adjoint
avatar

Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mar 1 Sep - 16:04

Les policiers enquêtant sur l'enlèvement de Jaycee Lee Dugard ont trouvé un os à la propriété voisine à la maison de son ravisseur présumé.

http://www.anorak.co.uk/media/221407.html
Revenir en haut Aller en bas
Juanita
Commissaire Adjoint
Commissaire Adjoint
avatar

Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 2 Sep - 7:58

Un fragment d’os a été découvert près du jardin du bourreau présumé de Jaycee Lee Dugard, que les enquêteurs soupçonnent également d’être impliqué dans les meurtres, non élucidés, de dix prostituées dans les années 1990.

Macabre rebondissement dans l’affaire Jaycee Lee Dugard. Mardi matin, la police a annoncé avoir trouvé « un fragment d’os » dans le jardin de la maison voisine de celle de Phillip Garrido et son épouse, Nancy, accusés d’avoir enlevé et séquestré la jeune femme pendant 18 ans. Selon Jimmy Lee, le porte-parole du bureau du shérif de Contra Costa, « nous ignorons pour le moment s’il s’agit d’un os humain ou d’un os d’animal. Le fragment est en cours d’analyse. » Seule certitude : il y a quelques années, Garrido avait entretenu la maison voisine de la sienne, à Antioch, à 70 km à l’est de San Francisco. Selon nombre de témoignages, il y avait installé un abri. Ce qui laisse penser aux autorités locales qu’il pourrait être impliqué dans une dizaine de meurtres et disparitions de prostituées non élucidés survenus dans les années 1990. Plusieurs des corps avaient été découverts en 1998 et en 1999 dans une zone industrielle près de l’endroit où Garrido avait transformé un vieil hangar en imprimerie, à une dizaine de kilomètres de son domicile.





flower flower flower flower flower






Certains médias anglo-saxons vont plus loin et affirment même que Garrido pourrait ne pas être étranger aux disparitions, à la fin des années 1980, de trois fillettes, toutes domiciliées à moins de trente kilomètres de son domicile. La première, Michaela Garecht, 9 ans, s’est volatilisée en novembre 1988 à Hayward. La seconde, Ilene Misheloff, 13 ans, originaire de Dublin, en Californie, n’a plus donné signe de vie depuis janvier 1989. Enfin, la troisième, Amanda Campbell, 4 ans, a disparu en juillet de la même année alors qu’elle jouait dans le jardin du domicile familial. Alors, et ce même si le porte-parole de la police assurait hier qu’il était « trop tôt » pour dire avec précision ce que ses collègues cherchent depuis vendredi, aidés de chiens, dans la propriété des Garrido, nombreux sont les médias d’outre-Atlantique qui s’interrogent : et si Garrido était un tueur en série ?

De son côté, Jaycee Lee, désormais bien loin de ces supputations, tente de se reconstruire. Vendredi, elle a retrouvé ses proches. Des retrouvailles décrites par l’agent spécial du FBI en charge de l’enquête, Chris Campion, comme « un moment émouvant ». Hier, le beau-père de la jeune femme a pour sa part déclaré sur la chaîne américaine ABC qu’elle revenait peu à peu à la réalité. « Cela va prendre des années », a-t-il assuré. Plusieurs experts affirment que la
jeune femme, aujourd’hui âgée de 29 ans et mère de deux enfants, conçus avec son ravisseur, a probablement développé un syndrome de Stockholm, ce sentiment de sympathie ou d’attachement que certaines personnes finissent par éprouver pour leur ravisseur. Tout porte en tout cas à le croire : selon différents témoignages, Jaycee Lee Dugard aurait notamment assisté l’homme présenté comme son ravisseur dans son activité d’imprimeur, sans jamais rien révéler aux clients de son identité ni de sa condition de captive. Ces derniers l’ont par ailleurs décrite comme une jeune femme « professionnelle » et « courtoise », qui communiquait avec les clients au téléphone et recevait leurs commandes de cartes de visite, prospectus et autres affiches.


Edition France Soir du mercredi 2 septembre 2009
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 2 Sep - 9:18

Bonjour tout le monde
Une femme raconte l'histoire d'avoir été kidnappée (à 20 ans si j'ai bien entendu) pendant 7 ans et demi. Son "logement" était une boîte chez son ravisseur et sa femme. Il lui avait dit qu'elle était officiellement son esclave et qu'il avait un contrat à cet effet avec une "organisation". Si elle tentait de s'échapper, "l'organisation" la retrouverait. Sur le syndrome de Stockholm, selon elle, on ne peut pas vivre avec ses ravisseurs pendant si longtemps sans développer des liens, ce qui ne veut pas dire qu'elle les aimait, c'est plutôt qu'au bout d'un certain temps on finit par accepter la situation et on fait ce qu'il faut pour survivre.

Un beau jour, et elle ne sait toujours pas pourquoi, la femme est venue vers elle en disant qu'il fallait qu'elles partent... rapidement.

Encore une histoire extraordinaire. Shocked

Video: The Girl in the Box and Jaycee
CBSnews Tuesday, September 1, 2009 9:34:00 PM CEST | info
The Woman Who was Kidnapped and Held as a Sex Slave in a Box Skypes with Crimesider about Her Ordeal...
http://www.cbsnews.com/video/watch/?id=5279887n
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 2 Sep - 9:37

How Jessica's Law turned Antioch into a paedophile ghetto
Antioch is one of the few places in California where convicted sex offenders can legally reside. Was the strain of monitoring them all too much for the local police?

By Guy Adams
Wednesday, 2 September 2009
Antioch, outside San Francisco, is home to 122 registered sex offenders

MORE PICTURES
They have called it scruffy, cheap and unloved. They have sneered at the wire mesh fences and unmowed lawns and the rusting trucks in almost every driveway. And in time, when the media writes the final chapters of the appalling story of Jaycee Lee Dugard, they may very well conclude that in Antioch, her story was simply an accident waiting to happen.

A staggering 122 registered sex offenders live here, in a small, blue-collar city in northern California that has suddenly found itself at the centre of an international media storm. More than 100 of them – 102, to be precise – live in the compact zip-code area containing the suburb that Jaycee Lee's alleged kidnapper, Philip Craig Garrido, called home.

Two convicted rapists reside on Vine Lane, the street next to Walnut Avenue where Jaycee Lee's imprisonment and sexual abuse went unnoticed for almost two decades. On Viera Avenue, less than 200 yards away, is the home of Henry Lee Mickens, a 46-year-old man who recently served time for "lewd or lascivious acts with a child under 14 years old".

Dozens of other paedophiles can be found within walking distance. A mile and a half from Garrido's front door is Gragnelli Avenue, where the occupant of No 420, one Shayne Patrick Gaxiola, was convicted of molesting a 12-year-old girl and impregnating her in 1994, when he was aged 20.

Gaxiola was also found guilty of giving marijuana to a string of pubescent girls. He then took indecent pictures of them. In 2000, three months after his release, he was sent back to prison for violating parole after being caught with cannabis and a stash of pornographic magazines.

In a town full of such men, the activities of Philip Garrido seemed simply to slip below the radar – despite the awful track record that has emerged since he and his wife, Nancy, were arrested and charged with 29 counts related to Jaycee Lee Dugard's abduction, imprisonment, and serial sexual abuse over 18 years (to which, it must be stressed, they have so far pleaded not guilty).

Court papers released yesterday from Garrido's 1977 trial for the kidnap and rape of a young woman in Nevada portray him as a dangerous sexual predator. During a psychiatric evaluation, he admitted to using LSD and cocaine as sexual stimulants and said that he would often masturbate in public, by the "side of schools, grammar schools and high schools, and in my own car while I was watching young females".

There is, however, no shortage of similar stories in Antioch. That is perhaps why, after Garrido was released in 1988, 10 years into a 50- year sentence, he and his wife were able to slip virtually unnoticed into the fabric of this community, which stretches for roughly four miles along the Sacramento River.

At first glance, Antioch may look like any other small American city. Its 100,000 residents are largely white and working class. Some work in industrial plants. Others are commuters, unable to afford the cost of living in the San Francisco Bay area. In keeping with most of California, about 10 per cent are unemployed.

Yet as police continue to investigate Garrido's past – and look into potential links to 10 murdered prostitutes and three missing girls (on Monday they announced the discovery of a bone fragment in his garden) – the city is being forced to confront a grisly truth: for reasons largely beyond its control, it has become a paedophiles' ghetto.

At fault are laws governing America's treatment of sex offenders, which control where they are allowed to live and how much information the public should be given regarding their whereabouts. These laws were passed with the laudable intention of protecting children. But their actual effect is open to debate.

The most prominent is Megan's Law, which requires the public to be given access, usually via an internet site, to the names, addresses and "previous" of every man and woman convicted of a sexual offence. It is a well-intentioned exercise in open government. But in practice, critics say, it was introduced in such a way as to be of little help to anyone but the voyeuristic. "Thanks to political pressure, they made the criteria for including someone on the registry so wide that it has become totally ineffective," says Michael Risher, a lawyer for the American Civil Liberties Union.

"It doesn't just carry details of violent rapists but also people who, say, lost their temper during a road rage incident and flashed at someone, or an 18-year-old boy convicted of statutory rape for sleeping with his 17-year-old girlfriend."
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 2 Sep - 9:38

(suite)

In California, the Megan's Law website contains 90,000 entries. Given this extraordinary statistic, it isn't hard to see why the residents of Walnut Avenue – who had 121 other convicted sex offenders in their city to worry about – might have allowed a man with Garrido's dubious profile to pass largely ignored.

The second group of laws that make Antioch a magnet for paedophiles governs where they are allowed to live. In California, as in many states, voters have in recent years endorsed Jessica's Law, which bans paedophiles from residing within 2,000 feet of a school or a park where children regularly play.

This has driven sex offenders out of major cities and conurbations, where they have access to rehabilitation and treatment facilities, and into suburbs and secluded rural areas, where they don't. In some smaller cities, they have now become concentrated in such large numbers that parole and law enforcement officers are unable to properly vet them.

This may explain why local authorities never noticed that Garrido was apparently keeping the kidnapped Jaycee Lee Dugard and her two small children concealed in the elaborate series of sheds and tents in his back garden. Thanks to the influx of offenders to Antioch from major cities, they were simply too overstretched to do their job properly.

It may also explain – but not necessarily excuse – the fact that a police officer dispatched to investigate claims of children living in Garrido's garden in 2006 seemingly did not have either the time or the wherewithal to thoroughly research his suspect's background.

"If you look at maps that show where offenders are actually able to live under Jessica's Law, there's almost nowhere in the whole of Los Angeles and San Francisco where they can now legally settle," Mr Risher adds. "Everywhere is within 2,000 feet of a park or school. So they all end up in places like Antioch."

Even police admit that this leaves them struggling to cope. Daniel Terry, from the Contra Costa County Sheriff's Department, which oversees Antioch, has about 1,700 registered sex offenders in his jurisdiction. His station is responsible for about 350 of them, or "349 more than the number of detectives I have dedicated to monitoring these people."

Speaking to the Los Angeles Times this week, he said that the region's concentration of sex offenders was "significantly higher" than other areas in California and the rest of the United States."This is the reality. These people are walking amongst us everywhere." Adding to his woes are wider problems in the cheap parts of Antioch where Garrido and many other convicted sex offenders live. In the ramshackle area around Walnut Avenue, petty theft is rampant, drug abuse endemic – the favourite local tipples are crystal meth and crack cocaine – and lawns are littered with junk.

The city, which grew prosperous on the proceeds of the 1849 gold rush and then the steel mills and concrete factories that allowed it to ship the building blocks of San Francisco down-river during the early 20th century, is now among those caught in the storm of America's economic downturn.

Nearly 2,500 homes, roughly 5 per cent of the city's stock, are in foreclosure, with 699 new homes entering arrears last month. Property values have dropped 40 per cent in the past year and unemployment is soaring. Garrido's bungalow, a four-bedroom home built on a large plot of land between the wars, is worth just $100,000 (£61,800).

Against this background, and helped by laws that encourage ghetto-isation of sex offenders, it now seems that a man known as "Creepy Phil" by neighbours was able to take a little girl hostage, hold her for 18 years, father her two children, and even take them to community events, while barely raising an eyebrow.

In January, Zion Dutro, a convicted child rapist who lived on Alpha Way, not two miles from Walnut Avenue, appeared in court to plead not guilty to performing rape, sodomy and "lewd acts" on at least eight small girls. He faced 21 counts; his wife, a co-defendant, faced four.

In any other town, this kind of case would have sparked a mixture of shock and outrage that would be heard across the world. In Antioch, it merited no more than a few paragraphs in the local newspaper – a reaction which suggests that Jaycee Lee Dugard may not be the last grisly secret that the city reveals.

Sex offenders' register: Megan's and Jessica's laws

Megan's Law requires the public to be given details regarding the identity, whereabouts, and criminal record of convicted sex offenders living in their midst. It was named after the New Jersey schoolgirl Megan Kanka, who was kidnapped, raped and killed by a serial sex-offender in 1994. Today, it's being enacted to varying degrees in every US state.

Like any law passed in response to a public tragedy, the law has been dubbed knee-jerk by opponents, who say it encourages vigilantism and is an infringement on the civil liberties of ex-offenders. A study last year concluded that the law achieved no demonstrable reduction in child sex offences.

Jessica's Law prevents convicted sex offenders from living within a certain distance of schools, parks, and other areas where children gather. It was first adopted in Florida in 2005 after nine-year-old Jessica Lunsford was snatched from her home, before being raped and murdered by a convicted paedophile. Today, a version is in force in 42 US states. Critics say it has made major cities off-limits to offenders, forcing some to declare themselves homeless, and ghettoising others. There is little evidence that it works. Many police forces say it has the opposite effect: stretching resources and doing nothing to prevent paedophiles travelling to commit crimes.
http://www.independent.co.uk/news/world/americas/how-jessicas-law-turned-antioch-into-a-paedophile-ghetto-1780287.html
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 2 Sep - 10:30

L'article explique pourquoi, aux Etats-Unis, il y a souvent une concentration de délinquants sexuels à certains endroits.

Suite au kidnapping, viol et meurtre de deux fillettes (Megan et Jessica), des lois ont été promulguéés avec l'intention de protéger d'autres enfants.

Megan's Law: le public à le droit de se renseigner sur tous les délinquants sexuels (nom, adresse, etc.).

Jessica's Law: interdiction à un pédophile d'habiter à moins de 600 mètres d'une école ou d'un parc où jouent régulièrement les enfants.

Face aux "justiciers" et aux contraintes de lieu de résidence, ils finissent souvent par s'installer dans des bleds perdus. Comme il y en a relativement peu, à terme beaucoup s'installent aux mêmes endroits. Qui dit bled perdu, dit peu de ressources. Il y a donc moins d'accès à une surveillance psychiatrique et, parfois, il n'y a qu'un seul flic pour surveiller des centaines de délinquants.

Malgré les bonnes intentions de ces lois, l'effet peut être un cercle vicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 2 Sep - 11:16

Entrevue avec la jeune femme qu'il avait violée dans les années 70. En plus de l'horreur du viol, elle a seulement appris qu'il était sorti de prison (après seulement 10 ans au lieu de 50) lorsqu'il s'était approché d'elle à son lieu de travail. Elle était pourtant bien inscrite au programme de protection des victimes, mais suite à des déménagements, les autorités n'avaient pas fait suivre le dossier... Shocked

http://abcnews.go.com/GMA/story?id=8460220
Revenir en haut Aller en bas
Juanita
Commissaire Adjoint
Commissaire Adjoint
avatar

Date d'inscription : 25/10/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Jeu 3 Sep - 7:55

Katie Callaway Hall hurlait de terreur en voyant le visage du monstre Garrido sexe tordu Phillip à la télévision.


Et 33 années de tourment reflua comme elle s'écria: "Oh mon Dieu, c'est lui - il est celui qui m'a enlevé!"


Katie, 58 ans, avait été en regardant un point des nouvelles de Garrido être arrêté sur l'enlèvement et le viol de Jaycee Lee Dugard, la fille qu'il gardé en captivité pendant 18 ans.


Et elle a immédiatement reconnu en lui le désir de même bête fou qui avait été condamné pour son abrutissant en 1976.


Hier, Katie tremblait d'émotion comme elle le dit de l'épreuve terrible qui hante encore elle.


Elle avait 25 ans quand Garrido a attaquée dans le sud du lac Tahoe, en Californie, elle est allée acheter de la nourriture.


Garrido tapé sur la fenêtre de sa voiture, en disant que son véhicule ne démarrait pas et il avait besoin d'un ascenseur.


Mais ils avaient à peine partis, quand il lui a ordonné de s'arrêter, claqué sa tête dans le volant et menottée.


Il grogna: "Je veux juste un morceau de cul. Si vous jouez avec moi, vous n'aurez pas de mal.


Il l'a ensuite forcé dans le siège passager, attaché la tête sur les genoux avec une sangle de cuir, lui couvrait d'un manteau et l'a emmenée à un petit entrepôt où il l'a violée dans une épreuve de huit heures.


Renonciation à son droit à l'anonymat tant que victime d'un crime sexuel, Katie a déclaré: «le laisser dans la voiture a été la pire décision que j'aie jamais faite.


«Je pensais que j'étais mort. J'ai été en captivité pendant huit heures. Je ne vois aucune arme. La place qu'il m'a emmené à était comme un petit garage. Il y avait des boîtes avec la Chine à l'intérieur et qu'il avait un matelas à l'intérieur.


«Je me souviens qu'il y avait des tapis accrochés au plafond. Il a été mis en place pour garder quelqu'un pendant un moment. "


L'unité de stockage converties à Reno, au Nevada, avait été transformé en un palais des rapports sexuels avec des piles de la pornographie et de jouets sexuels. Elle avait également les lumières de scène, un projecteur de cinéma et d'un stock de vin.


Garrido pris du LSD avant de sauvagement la violer. Katie a dit: «Mes souvenirs commencent vers 3h. Quelqu'un a frappé à la porte. Je me souviens avoir pensé: «Oh mon Dieu, ses amis sont à venir. La plupart des détails sur ce qui m'est arrivé après mon entrée dans l'entrepôt ont été refoulés. J'ai bloqué les viols, mais j'ai eu des contusions et éraflures partout sur moi. "


S'exprimant à l'émission Larry King, Katie dit qu'elle a été sauvée quand un policier a remarqué la serrure entrepôt avait été jemmied et a commencé à coups de marteau sur la porte.


Elle a ajouté: "Garrido a dit:« C'est la chaleur - allez-vous être en bonne ou vais-je avoir à vous attacher? "


Publicité - L'article continue plus bas »


Elle a promis de se comporter, mais alors couru nu, dehors dès qu'il est allé parler au policier.


"Ils ont tous deux me regardaient comme si j'étais folle. Je ne pouvais pas voir la voiture de l'officier. J'ai pensé, 'Oh mon Dieu, ce n'est pas un vrai flic. Enfin, je voyais sa voiture de police.


"Garrido a dit que j'étais sa petite amie. J'ai crié: «Non je ne suis pas - Aidez-moi!"


Étonnamment, l'agent de laisser Garrido à l'intérieur du lock-up non accompagnés. Katie Il a supplié de ne pas le dénoncer - mais qu'elle a fait.


Elle a dit: "J'ai réussi à manoeuvrer devant lui, à demi vêtu, et dit à la police de le tenir à l'écart. D'ici là, d'autres officiers étaient arrivés. "Après son arrestation Garrido a admis l'attaque.


Dan DeMaranville, 74, un détective qui l'a interrogé, a déclaré: "Je lui ai demandé après avoir avoué pourquoi il l'a fait et il a dit que c'était la seule façon qu'il pourrait obtenir satisfaction sexuelle. Je pense qu'il a dû utiliser la force.


"Il a donné l'impression qu'il avait des remords. Mais je ne sais pas si c'était un put-on ou non ".


Lors de son procès en 1977, Garrido, maintenant 58 ans, a admis qu'il rôdait zones résidentielles d'espionnage sur les femmes par les fenêtres et avoir des fantasmes de maladie sur les attaques du sexe.


Il a dit qu'il lorgnaient aux filles dès l'âge de sept ans, et parfois lui-même y sont exposés.


Il a admis avoir consommé du LSD et la cocaïne comme des stimulants sexuels.


Mais il a affirmé qu'il ne pensait pas ce qu'il fait est mal. "J'ai eu ce fantasme qui me conduire, dit-il.


Garrido dit à la police les menottes utilisées sur Katie, il avait été un cadeau de sa femme.


Il a finalement été trouvé coupable et a été condamné à 50 ans à la perpétuité pour le viol et la vie pour kidnapper.


Plus tard, il a dit un psy qu'il ne croyait pas qu'il nuisait à Katie, même si il l'a menotté avant de la violer. Il a dit: "Je ne vais pas casser dans les maisons des gens. Je ne vais pas faire de mal à personne. "


Incroyablement, il a été libéré sur parole en 1988 - et Katie dit qu'elle a passé tous les jours depuis dans la peur qu'elle pourrait être de nouveau attaqués.


Elle dit que sa vie ne peut jamais être la même. «Quand vous êtes victime de cette manière les changements de personnalité.


"Pendant des années, je me suis promené comme un zombie. Je devais dire à tous que j'ai rencontré ce qui s'était passé pour moi - parce que je ne me sentais pas comme moi.


«C'était comme si je devais expliquer pourquoi je n'étais pas normale.


«C'est ce que je déteste le plus sur ce Garrido a fait pour moi. J'étais une bonne personne. J'ai vécu

à droite, et bien d'autres traités. Il a changé ma vie en un instant. Je ne pense pas que je puisse jamais être cette personne à nouveau.
"



http://www.mirror.co.uk/news/top-stories/2009/09/02/phillip-garrido-tells-katie-callaway-hall-play-along-with-me-or-i-ll-hurt-you-115875-21641127/
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre79
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Ven 4 Sep - 10:53

Bonjour tout le monde,

C'est incompréhensible qu'il soit passé entre les mailles de la Police :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-ravisseur-de-jaycee-avait-viole-une-adolescente-04-09-2009-626785.php
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre79
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Ven 4 Sep - 10:55

et la jeune femme renoue avec sa famille :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/disparue-pendant-18-ans-jaycee-renoue-peu-a-peu-avec-sa-famille-03-09-2009-626750.php
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre79
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Dim 6 Sep - 12:07

Bon dimanche à tous,

http://www.lejdd.fr/International/USA/Actualite/Jaycee-La-femme-du-monstre-etait-appreciee-131417/
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre79
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Sam 19 Sep - 12:11

bonjour à tous ,

le jardin va être passé au radar ...


http://www.20minutes.fr/article/348609/Monde-La-police-va-passer-le-jardin-de-Phillip-Garrido-au-radar.php
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Sam 19 Sep - 12:21

Salut Cassandre et merci.

Je pense très fort aux familles. Ne pas savoir doit être terrible.
Revenir en haut Aller en bas
JO
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Mer 14 Oct - 23:39

Jaycee Dugard: les premières photos de la jeune fille séquestrée pendant 18 ans


Le magazine américain People va publier dans son numéro à paraître vendredi les premières photos de Jaycee Dugard depuis la fin de son calvaire, sur lesquelles la jeune femme, séquestrée pendant 18 ans, apparaît souriante.









RTL - 13/10/2009


Les photos sont accompagnées d'un article dans lequel Jaycee Dugard, 29 ans, explique qu'elle a choisi d'éviter le tourbillon médiatique mis en branle par sa libération fin août. Elle vit retirée avec sa mère et ses deux filles, Angel et Starlit, âgées respectivement de 15 et 11 ans, explique l'hebdomadaire.
Jaycee Dugard avait été enlevée en 1991 puis séquestrée pendant 18 ans en Californie avec ses deux filles, conçues avec son bourreau présumé Phillip Garrido.
La couverture de People, sur laquelle Jaycee Dugard arbore un sourire discret, est barrée de cette phrase qu'a la jeune fille dans l'entretien: "Je suis tellement heureuse d'être de retour".
Dans son article, le magazine explique que Jaycee Dugard a commencé un long travail psychologique qui doit lui permettre de reprendre une vie normale.
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre79
Officier de Police Judiciaire
Officier de Police Judiciaire
avatar

Date d'inscription : 27/05/2009

MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   Jeu 15 Oct - 11:41

Merci Jo,
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jaycee Dugard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jaycee Dugard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» perpétuité pour le ravisseur de Jaycee Dugard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfants Kidnappés :: Les enfants enlevés :: ENFANTS RETROUVES-
Sauter vers: