Enfants Kidnappés


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Analyse finale des procureurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Analyse finale des procureurs   Mer 18 Nov - 16:15

Encore une fois, merci à John pour la trad.

Processo Volume XVII - Pages 4592-4649

"I - introduction

Avant d'entrer réellement dans l'appréciation de la présente enquête, Il est utile de jeter un coup de œil résumé sur la dimension énorme de l'enquête qui est constituée de 17 volumes, avec un traitement global d'environ 4500 pages, 9 annexes qui sont intégrées par 55 volumes, dans laquelle 12000 pages et autres pièces pertinentes ont été recueillies, analysées et traitées ; plus de 22 dossiers ont été constitués, avec plus de 5000 pages, concernant des nouvelles fantaisistes ou insensées, organisé encore hors de la simple mise en garde.

Par conséquent, cette enquête, qui démontre l'engagement pertinent de la Police Judiciaire (PJ) dans la résolution de la disparition de la mineure, Madeleine McCann, exiger d'elle les performances ou la coordination de plusieurs procédures comme décrites dans les différents fichiers, à savoir : la préservation de l’emplacement du fait (bien qu'il avait déjà été endommagé par de nombreuses personnes comme nous allons l’étudier plus tard); plusieurs collectes et des examens sur l’existence d'éventuelles traces ; un rapport photographique circonstancié ; l’installation, dans les premières 24 heures, d'un vaste dispositif opérationnel, y compris la participation de plusieurs polices et les forces de la protection civile, un total de plus de 130 éléments ; la mise sur pied, dans les 24 heures, du dit dispositif opérationnel avec la mobilisation de plus de 300 membres de forces de police et les services publics ; l'installation de contrôles valides sur les routes et à la frontière terrestre avec le sud de l'Espagne ; l'utilisation d’équipes de chiens pisteurs ; l'utilisation de exceptionnelle d’ équipes de recherche, de sauvetage (aériens, terrestres et maritimes), des alertes et la diffusion partout dans le pays et à l'étranger. Un exemple simple, au cours de la des semaines qui ont suivi et sur une base permanente, deux hélicoptères, quatre navires et plusieurs véhicules routiers en tout, hormis des avions et bateaux privés, ont été employés ; de la même façon, les opérations de l'enquête ont été menées en coordination avec les opérations de recherche spécifique, avec des centaines de procédures effectuées, comme l' identification et auditions formelles et informelles de citoyens, des recherches au porte à porte, au nombre impressionnant de 443, dans les résidences et les centres touristiques de Vila da Luz et ses environs, l’identification et la recherche de véhicules et les recherches sur les reliefs, dans un secteur couvrant 15 Km2 au départ, et progressivement a augmenté jusqu’à 30 km2 (où une attention particulière a été accordée aux emplacements comme des puits, passages, tunnels, barrages et des lacs).

Au cours des jours suivants, plus de 700 personnes qui pourraient posséder certaines informations pertinentes sur la disparition étaient interrogées de façon formelle et informelle, par la PJ avec l'aide de plus de 100 agents de plusieurs services de Portimão, Faro et de Lisbonne, qui ont travaillé sur une base de 24 heures sur 24 pour accomplir la tâche.

Tous les emplacements où il pourrait y avoir des images qui pourraient être liées à l'affaire (comme, par exemple, les restaurants et stations-service) ont été également consultées, et les lignes de téléphone des services permanents des administrations de Portimão et de Faro ont été mises à disposition. Un poste de police mobile a été installé dans Vila da Luz pour collecter des informations.

Hormis les identifications nous avons déjà mentionnées et les recherches au porte à porte, les listes, contacts et interviews de suspects locaux connus ayant des connexions antérieures avec la criminalité sexuelle contre mineurs, a été effectuée.

La PJ a été particulièrement attentive à promouvoir des rencontres régulières avec les parents de l'enfant disparue et a également désigné un agent de liaison pour la famille, pour prise en charge permanente et relation, avec le suivi actif et la coopération du Consulat Royal britannique à Portimão.

Peu après le début de l'enquête, des relations continues avec le Leicestershire Constabulary, qui, pour la cause, a envoyé plusieurs de ses agents au Portugal, tout comme la PJ a aussi envoyé des officiers au Royaume-Uni, a été établie une intense coopération et des renseignements ont été partagés entre ces entités, qui ont été réunies dans le but commun de la recherche pour l'enfant disparue et de la vérité.

Dans l'enquête, il est clair que la PJ n’a jamais rejeté aucune information ou élément crédible qui pourrait conduire à la révélation des faits, avec plus de 2000 procédures formelles et informelles effectuées pendant des mois et les devoirs de police qui ont été explorés, à l'échelle nationale et internationale, toutes les informations avec un degré de crédibilité supposée plus ou moins élevé, avec une attention particulière pour des dizaines d’observations ou de suivis de l'enfant, dont la plupart ont été largement signalées par a presse.

Par exemple, des cas de coopération internationale peuvent être mentionnés, à savoir avec l’Espagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, qui ont conduit à la détention ou l’identification des personnes qui aont tenté d'introduire des informations trompeuses sur le sort hypothétique ou le suivi de l'enfant.

En résumé, il est notoire que la PJ n’a épargné aucun effort dans le sens de moyens techniques, humains et financiers exceptionnels disponibles pour retrouver l’enfant et découvrir la vérité des faits, ayant été complètement accompagnée dans cet effort par la Leicestershire Constabulary, la force de police force basé dans la ville de Leicester, d’où la plupart des personnes du groupe de vacances proviennent.
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Analyse finale des procureurs   Mer 18 Nov - 16:16

II - à propos de l'enquête.

A - analyse générale

Dans la procédure actuelle, la disparition de l'enfant de nationalité britannique, Madeleine Beth McCann, fille de Gerald Patrick McCann et Kate Marie Healy, âgée de trois ans à la date (sur le point d’avoir quatre ans, puisqu’elle est née le 12 mai 2003), a fait l'objet d'une enquête.

En ce qui concerne le temps et le lieu, les faits ont eu lieu le 3 mai de 2007, dans la plage de temps, conformément aux témoignages, comprise entre 9 h 05. et 10 h 00, dans le centre de vacances appelé "Ocean Club", située à Vila da Luz-Lagos, où l'enfant de la famille, et avec un groupe de sept personnes, - avec lesquels ils ont maintenu une amitié qui avait démarré avant ce voyage et qui était basé sur des relations professionnelles et sur les autres voyages-, sont venus profiter d’une période de congés, d’une durée d'une semaine, sont arrivés au Portugal le 28 Avril 2007, plus précisément à l'aéroport de Faro, provenant de Royaume-Uni.

À l'arrivée, ils ont été placés dans plusieurs appartements, chacun d'entre eux au bloc G5, proches les uns des autres, ce qui était une demande de leur part, ou, du moins, une proposition du groupe entier, qui était composé du couple Gerald McCann, Kate Marie Healy et leurs enfants Sean, Amelie et Madeleine, (appartement 5 a), David Anthony Payne, Fiona Elaine Payne, leurs enfants Lilly Payne et Scarlett Payne et belle-mère Dianne Webster (appartement 5 H – premier étage), Russell James O'Brien, Jane Michelle Tanner et leurs enfants Ella O' Brien et Evie O' Brien (appartement 5D) et Matthew Oldfield, Rachael Maria Jean Mampilly et leurs fille Grace Oldfield (appartement 5 b), avec l’ Appartement qui a été occupé par la famille McCann étant celui le plus accessible et qui avait la visibilité de plus simple de l'extérieur.

Le comportement des membres du groupe jusqu'au jour de l'événement a été façonné par la normalité d'une routine quotidienne, qui, en ce qui concerne le couple McCann qui est concerné, comprenait de se lever autour de 7 h 30 et en prenant le petit déjeuner dans l’appartement; ils ont quitté l’appartement aux environs de 9/9 h 30 h et ont laissé leurs enfants à la crèche où ils sont restés jusqu'aux environs de 12 h 30. Après le déjeuner, aux environs de 13 h 30, les enfants sont allés jouer à la piscine et autour de 14 h 30 ils les ont déposé à la crèche une fois encore, où ils sont restés jusqu’aux alentours de 17 h, heure à laquelle les enfants ont pris unpetit repas au, ce qui a été fait en groupe, indépendamment de l'âge, dans une zone de loisir à côté du restaurant "Tapas"; entre 17h00 et 17h30, ils sont retournés à l’appartement, où autour de 17 h 30, ils ont donné le bain aux enfants, mis au lit à 19h30.

Dès le 2e jour de leur séjour, le couple a dîné au "tapas" Restaurant, avec le reste du groupe, pendant que tous les enfants sont restés endormis seuls dans leurs appartements, avec une surveillance réalisée au départ par chaque couple, dont les membres se ont relayés pour le contrôle des enfants et au fil des jours, chaque membre qui est allé vérifier ses enfants pouvait profiter de l’occasion pour vérifier le reste des enfants, à l'exception du couple Payne, qui possédait son propre système de contrôle, par le biais d’un baby phone, une question que nous aborderons plus en détail plus loin.

Tous les membres du groupe, y compris le couple McCann ont été interrogés à plusieurs reprises, longuement et en détail, afin de collecter le plus grand nombre possible de détails pertinents pouvant aider l'enquête à découvrir la réalité des faits.

De l'analyse de l’ensemble des dépositions qui ont été apportées, l'existence de détails importants qui ont été pas totalement comprises et intégrées est devenue évidente ; plus de détails auraient besoin d'être vérifiés et démontrés sur le site, afin d’établir des lacunes apparentes à éclaircir et le manque de synchronisme, ou mêmes de contradictions, dans une procédure raisonnable appropriée, qui n'a pas été possible d'effectuer malgré l'engagement qui a été affiché par le ministère public et par la PJ à satisfaire à cette fin, comme nous le verrons plus en détail, plus loin.

Vu les faits concourus, conjugués avec les informations qui ont été offertes. à savoir par les témoins et avec les informations qui ont été mises à disposition à travers le développement de l'enquête, l'enquête a entrepris la vérification de plusieurs hypothèses : enlèvements, à des fins d’exploitation sexuelle ou d'autres personnes (adoption ultérieure, le trafic d’enfants, trafic d'organes), sans homicide ; enlèvement, suivi par dissimulation d'homicide avec (ou sans) cadavre, hypothèses qui ont été examinées sous les deux aspects de l’enlèvement (si il a eu lieu) ayant eu lieu en raison de sentiments de vengeance des kidnappeurs envers les parents (enlèvement dirigé) ou simplement profiter de la circonstance que l'enfant était dans une situation de vulnérabilité réelle (possibilité d’enlèvement), décès accidentel, dissimulation ultérieure de cadavre et, sous-tendant toutes ces possibilités, l’abandon, considéré comme un crime en vertu de l'article 138 du code pénal. La possibilité de vol, dont l’auteur aurait été dérangé par l'enfant Madeleine et qui, afin d’éviter ce dérangement, l’aurait neutralisée de manière violente et, l’emporter par la suite, avec lui, morte ou vivante, afin de ne laisser aucune trace qui pourrait éventuellement conduire à son identification.

La méthode et l'ordre qui ont été donnés à l'enquête devraient être de préférence soulignés, comme facilitant une approche simple dans sa consultation, malgré le volume et la complexité de certaines des questions; avec une attention particulière à la synthèse qui a été faite et qui est visible, à savoir dans l'index et dans la présentation des personnes qui sont intervenues dans la procédure.

Par conséquent, nous suivrons, malgré certaines exceptions isolées, la division qui a été respectée dans le rapport final qui a été fait par la Police Judiciaire:

1 Procédures générales pour localiser l'enfant, effectuée par la Police Judiciaire, le Políce Maritime et la GNR. ajoutée au corps principal de l'enquête ;

2 Les soupçons sur Robert Murat et son statut d'arguido ;

3 Les chiens pisteurs de recherche et de la constitution qui en a résulté d’arguidos pour les parents de l'enfant britannique, Gerald McCann et Kate Healy.

En ce qui concerne les annexes et leur contenu, elles seront analysées au sein de trois questions principales dans lesquelles l'enquête a été divisée.

B - Analyse détaillée

Note : je n’ai pas traduit cette partie (22 pages au total) qui reprend de façon neutre et détaillée les principaux éléments contenus dans le dossier. C’est assez fastidieux, à vrai dire.


C - les soupçons sur Robert Murat et sa constitution en tant qu’arguido

Hormis le fait que le suspect a été vu sur l'emplacement de l'accident et a parlé de l'événement avec les personnes qui ont été aux alentours, à savoir des journalistes, son nom était sur la liste des interprètes, et il a pris un engagement en tant que tel (lettre d’engagement sur la page 1577).

Le 6 mai 2007, la PJ a reçu un fax de la Leicestershire Constabulary (page 307) dans lequel cette police transmet qu'un journaliste du Sunday Mirror, Lori Campbell, avait communiqué que certains comportements lui paraissaient suspect, à savoir de donner son nom, sans aucune information a propos d’elle-même, en ayant des relations conflictuelles avec plusieurs personnes et se montrer inquiet quand une photo de lui a été prise pour ce journal, ce qui a entraîné la police anglaise à demander qu'il soit relevé de son rôle d'interprète.

En outre, les fichiers contiennent :

-Sur la page 328, un rapport d'une procédure externe dit que, le 4 mai 2007, le suspect a offert son assistance à la GNR pour aider avec tout ce qui était nécessaire, à savoir comme un interprète ;

-Que le 6 mai 2007, le signataire dudit rapport a été approché par plusieurs journalistes indiquant que l'arguido avait des comportements suspects, dans le sens de ce qui a déjà été expliqué concernant la télécopie;

-A la page 461, une information anonyme, où un appel téléphonique d'une femme essayant d'incriminer le suspect est signalé, bien que pas de faits n’ont pas été confirmés.

-A la page 957, il y a un rapport sur une procédure externe qui a nécéssité un déplacement à l'endroit où, conformément à ce que le témoin Jane Tanner a vu, peu de temps avant qu'elle sache que Madeleine avait disparu, un homme transportant un enfant marcher dans la direction de la maison du suspect, la Casa Liliana ;

-A la page 960, les informations de service selon lesquelles l’arguido a manifesté de la curiosité dans le cadre de l'enquête, ont été trouvé étranges.

Afin d'être en mesure de se faire entendre sur les soupçons pesant sur lui, Robert Murat a été faite arguido le 14 mai 2007 [9], ayant déclaré qu'il a déjà servi d'interprète au cours d’ actes de l’enquête, qu'il a un fille qui est née en 2002 et vit en Angleterre qu’il visite à plusieurs reprises, après être retourné au Portugal le 1er mai 2007 et qu'il a loué un véhicule parce que sa mère utilisait la VW sur le stand qui a été mis en place à Luz pour prend s’occuper de famille de Madeleine.

Que le 3 mai 2007, qu'il n'a pas quitté la maison le soir, après avoir entendu un sirène autour de 22 h 30, ou peu après, un fait qu'il commente avec sa mère, mais qu’il n'est pas sorti pour enquêter.

Le vendredi 4 mai 2007, il a été alerté par sa mère de la disparition d'un enfant à Praia da Luz, conformément aux nouvelles sur "Sky News", puis, après avoir accouru à l'emplacement de la disparition, où il a été introduit auprès des parents de l’enfant, à qui il a offert son assistance.

Que par la suite, avec un agent de la GNR et un membre du personnel du Centre de vacances, ils a perquisitionné plusieurs appartements dans le but de localiser l'enfant. Qu'avant cette occasion, il ne connaissait pas l'intérieur de l’"Ocean Club".

Il a précisé plus loin, car il le lui a été demandé, qu'il était le principal suspect parmi les journalistes, donc de ce moment, il a refusé de s’adresser à eux, y compris dans le refus de mentionner son nom complet, ou permettre d'être photographié.

De plus, il a précisé qu'il n'a rien à voir avec la disparition de l'enfant, et ne sait rien sur cette affaire, en expliquant qu'il a demandé à un policier la manière dont la police britannique procédait pour tracer un personne dans un lieu donné et à un moment donné et si la police pourrait le tracer à la maison par le biais de son téléphone mobile, mais il a fait cela pour prouver son innocence.

D'autre part, des références plutôt désagréables ont été apportées sur sa personnalité, comme ce fut le cas d'un témoin qui l’ a connu depuis de nombreuses années [10].

Il devrait être mentionné en outre que les témoins Rachel Mampilly, Russell James O ' Brien et Fiona Elaine Payne ont mentionné qu'ils ont vu l’arguido Robert Murat au Centre "Ocean Club" la nuit où Madeleine a disparu.

Au cours de la confrontation qui a eu lieu le 11 juillet 2007 [11], ces témoins, tout comme l'arguido, sont restés sur leurs positions précédentes.

Néanmoins, les positions sont différentes concernant les témoins qui ont été entendu, parce qu'alors que Sílvia Baptista [12] admet qu’il est très possible qu'un personne dont les caractéristiques de l'arguido ayant contribué à la recherche de Madeleine la nuit de la disparition, d’autres témoins, Paul Wright, June Wright, Barend Weijdon et le GNR, José Baptista Roque [13], parmid’autres agents, mentionné qu'ils n'ont pas vu l'arguido sur les lieux durant la nuit.

Face aux soupçons qui ont frappé l'arguido, prenant en considération ce qu'il semblait transmettre et le type d'événements qui ont été soumis à l'enquête, dont le champ d'investigation n’a été pas, comme il l’est maintenant, délimité et afin de les confirmer ou de les écarter, en prenant en compte qu'ils étaient indispensables à la continuation de l'enquête, les recherches ont été entreprises à la maison de l'arguido qui est aussi celle de sa mère, aussi bien que des interceptions des numéro de téléphone qui ont été effectuées, les deux sur l'arguido et sur ceux avec lesquels il avait directement ou indirectement interagi, à savoir avec qui il avait eu des contacts sur une base presque quotidienne et avec qui il avait conservé le numéro de téléphone.

Les recherches ont été également réalisées à l'endroit où il a commencé à passer le nuit à la Quinta Salsalito, qui est un lieu vaste, d’un contrôle difficile, C'est pourquoi la recherche sur cet emplacement a pu permettre la collecte d'éléments qui sont réputés être d'intérêt élevé pour l'enquête, mais ces recherches n'ont pas donné de résultats en quoi que ce soit.

Pendant les recherches à Casa Liliana, deux réservoirs d'eau de pluie près de la piscine ont été vérifiés, la piste de la mineure disparue a été fouillé par une équipe de chiens pisteurs de la GNR, à l'intérieur et à l'extérieur de la résidence, les recherches ont été également effectuées à l'intérieur de trois véhicules qui y étaient stationnés, ainsi que le rapport photographique correspondant a été effectuée par les membres de la CSS (crime scene sector), des experts du laboratoire de la police criminelle, mais rien de positif n’a été obtenu.

A partir des examens de médecine légale des ordinateurs de Sergei Malinka, de Robert Murat et de Jenny Murat [14], il a pu être conclu que le contenu des disques examinés ne contenaient rien qui pourrait les compromettre en tant que participants dans des activités illégales, à savoir celles qui ont été examinées dans la procédure.

De l'interception des communications, les numéros de téléphone des contact enregistrés de Michaela Walzuch, les témoins Robert Murat, la mère de l’arguido, Jennifer Murat, Luís António et Sergey Malinka ; cartes du téléphone et des enregistrements des appels qui ont été passés à partir de cabines téléphoniques publiques à Praia da Luz, rien n’apparait qui pourrait avoir une indication utile.

De l'analyse qui a été effectuée sur chaque contact, le 1er novembre 2006 jusqu'au 19 juillet 2007, par Robert, Michaela, Sergey, Jennifer et Luís António, il résulte que Robert et Malinka, se sont uniquement contactés mutuellement huit fois [15], qu'il y n'avait aucune rencontre entre Sergey et Luís António, ni entre lui et Robert, ni entre un d'eux et la résidence de Murat, entre la 30 avril et le 4 mai 2007 [16].

Des recherches ont été effectuées à la résidence, et le sous-sol a été exploré. avec un GEO-radar (GPR),-qui se compose d'une antenne radar qui transmet énergie électromagnétique sous la forme d'une impulsion au sein des fréquences comprises entre 25 MHz et 1 GHz. Ces impulsions sont partiellement reflétées par le biais de structures géologiques sous-jacentes, capturées avec une antenne de réception et marqués comme un temps d’enregistrement bidirectionnel continu qui est présenté comme une section d’enregistrement pseudo géologique ; ces techniques de recherche n’ont ni trouvé ni indiqué quoi que ce soit d'intérêt pour le dossier [17].

Les recherches ont été également réalisées avec l'utilisation de la prise en charge du chien pisteur, avec le chien Eddie qui détecte les odeurs de cadavre et il a été vérifié que le chien n’a rien signalé [18]. De l'examen des véhicules-cibles (arguido et personnes ayant interagi avec lui), rien n'a été trouvé.

Par conséquent, malgré les soupçons qui ont pesé sur l'arguido, - en partie parce qu’ils ont été amenés, quoiqu’ involontairement par lui-même, à savoir le rôle qu'il a assumé à la fois avec le groupe d'amis et le couple McCann en font partie et avec les journalistes, en montrant sa grande curiosité pour savoir quelles procédures avaient été effectués et qui étaient à effectuer et par des éléments objectifs du fait que sa résidence se trouve dans la direction et les éléments qui, selon Jane, a été prise par l'individu qui a porté l'enfant dans ses bras et qui a donc demandé sa constitution comme arguido. Il est néanmoins certain que au travers des preuves recueillies, les dits soupçons se sont progressivement vidés d’eux-mêmes, jusqu'au point où une connexion de l’arguido à la disparition de l'enfant a été écartée, ce qui est la raison pour laquelle, à la fin, l'archivage de la procédure sera déterminée.

[9] Avis sur la page 1169
[10] Remettre en question du rapport sur la page 1288
[11] Rapport de confrontation sur les pages de 1957/1958
[12] Remettre en question du rapport sur la page 1290
[13] Remettre en question du rapport sur les pages 1338, 1328, 1330 et vers 13 h 49
[14] Analyse post-mortem – appendice-1, vol. IV, V et VI
[15] Rapport d'analyses, annexe 87
[16] Rapport d'analyses, les annexes 82 à 86
Recherche [17] et interpellations rapport sur la page 21 h 30-v.
[18] Rapport d'inspection chien, page 2131

D - Recherches des chiens et constitution de Gerald McCann et Kate Healy comme arguidos

Pour tenter d'avancer vers la découverte des allées et venues de Madeleine, un rapport a été écrit par Mark Harrison, conseiller national pour les recherches au niveau de tous les services de police au Royaume-Uni, concernant les personnes disparues, Enlèvement et l'homicide, avec son rôle comprenant les services de conseil en relation avec ces gens.

Ainsi, une demande d'aide de conseil au niveau des recherches a été faite, avec une partie de cette aide réalisée par le biais de l'action des chiens qui sont formés pour détecter les victimes décédées (VRD) et les chiens ayant une formation avancée pour le traçage des très petits échantillons de restes humains, de fluides corporels et de sang, dans n'importe quel environnement ou relief (EVRD).

A partir des recherches avec les chiens [19], dont les enregistrements vidéo sont ajoutés au dossier, il résulte de ce qui suit :

1 - Le chien pisteur nommé «Eddie » (chien qui signale l'odeur du cadavre) (a) a « réagi » à l'intérieur de la chambre du couple, dans l’appartement 5 a, dans une zone située du côté du placard (cf. page 2054 et/ou annexe 88);

2 - Cette même chien a réagi, dans le même appartement, dans une zone près de la fenêtre de la salle de séjour qui dispose d'un accès direct à la rue, derrière le canapé (cf. page 2054 et/ou annexe 88).

3 - Encore à l'intérieur de l'appartement, le chien a réagi dans le jardin, dans un coin, situé à la verticale du balcon (cf. page 2054 et/ou annexe 88) ;

4 - Dans la villa "Vista Mar", la maison qui a été louée par le McCann après avoir quitté l’Ocean Club, le chien a réagi dans la zone d'une armoire qui contenait à l'intérieur la peluche qui appartenaient à Madeleine McCann (cf. page 2099 et/ou annexe 88).

5 - Dans l'examen des vêtements, qui a été effectuée dans un pavillon à Lagos, ce chien a réagi à des vêtements qui appartiennent à Kate Healy (cf. page 2101 et/ou annexe 88) ;

6 - Ce chien a réagi de façon moins marquée faible à côté de la porte du conducteur de la Renault-59-DA-27 – qui a été louée par le McCann (cf. page 2187 et/ou annexe 88) ;

7 - Enfin il a réagi la carte/clé de ce véhicule qui était cachée sous une boîte à sable de prévention d'incendie (cf. page 2187 et/ou annexe 88) ;

8 - Le chien pisteur nommé "Keela" (chien qui détecte la présence de sang humain) a réagi dans une zone dans la salle de séjour, dans l'appartement 5 a, où avait déjà a réagi "Eddie" (cf. page 2054 et/ou annexe 88) ;

9 - Après que les dalles que ce chien avait signalé au cours d'une première inspection, et qui sont mentionnées dans le cadre de l'élément précédent, aient été retirées, le chien a signalé la même zone à nouveau (cf. page 2190 et/ou l'annexe 88) ;

10 - Il a fait un autre "marquage" dans la partie inférieure du rideau du côté gauche de la fenêtre de laquelle il a été fait mention (cf. page 2190 et/ou annexe 88) ;

11 - Il a réagi dans la partie latérale droite inférieure de l'intérieur du coffre du véhicule 59-DA-27 (cf. page 2187 et/ou annexe 88) ;

12 - De plus, concernant le véhicule, Keela a réagi au vide poche dans la portière du conducteur, qui contenait la carte/clé du véhicule (cf. page 2187 et/ou annexe 88) ;

13 - Ce chien a également marqué la carte/clé alors que celle-ci était cachée sous la boîte à sable anti-incendie, à l'intérieur du parking.

Le visionnement de ces vidéos, dont le contenu est très impressionnant, est essentiel pour comprendre l'action des chiens et le marquage, plus que par aucun mot.

Ces chiens, qui avaient déjà été utilisés à plusieurs reprises par Scotland Yard et par le FBI avec des résultats positifs, sont moyens de collecte de preuves et ne sont pas utilisés en tant que preuves; tout résidu, même s’il est invisible à l'œil nu, qui est collecte à l'aide de ce type de chiens, doit être soumis aux tests en analyse post-mortem d’un laboratoire accrédité.

Martin Grime, instructeur des chiens lui-même [20], mentionne dans son rapport: «Qu'il ne peut y avoir aucune preuve récupérable à des fins de procès, cela peut bien aider à la collecte de renseignements dans les enquêtes de crimes majeurs"; ou le scientifique, Dr John Lowe [21] qui rapporte que le FSS ne dispose d'aucun soutien scientifique sur l'utilisation des chiens comme un fondement pour la collecte des résidus biologiques et qui normalement prend la parole du maître comme certification, qui affirme que les chiens sont plus sensibles que toute technique chimique ou d'autres techniques qui sont normalement utilisées par des experts en matière de scènes de crime.

En ce sens, les examens médicolégaux ont été effectués dans les domaines et sur les objets qui ont été marqués et signalés par le chien- sang, en particulier dans un laboratoire britannique accrédité (service de sciences judiciaires - cf. annexes I et VII – FSS rapport final) et, en outre, certains d'entre eux, à l'Institut national de Médecine légale (cf. annexe I), dont le résultat final n'a pas pu corroborer les marquages des chiens, c’est à dire que du matériel cellulaire a été recueilli qui n’était néanmoins pas identifié comme appartenant à une personne spécifique, et qu’il n'a même pas été possible d'établir la nature de ce matériel (à savoir s'il pouvait être du sang ou un autre type de fluide corporel).

Il convient de souligner que le choix de ce laboratoire a été et reste en prenant en considération son prestige reconnu, son indépendance et sa réputation scientifique, bien que sur une approche initiale il a semblé y avoir une possibilité de compatibilité entre le profil d'identification génétique de MADELEINE et certains des résidus collectés (parmi ceux qui se trouvaient dans le véhicule Renault Scenic qui a été louée par le couple McCann étaient en grande quantité), en prenant en compte le contenu de la télécopie qui est reproduit ci-dessous exactement comme il apparaît dans le dossier (pages 2620 et suivantes)
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Analyse finale des procureurs   Mer 18 Nov - 16:17

* * *

De: "Prior Stuart»
À: "Portugal Task"
Envoyé : 04 septembre 2007 10 : 14
Objet : FW : Op Task - Confidentiel
_________

De : Lowe, Monsieur R J
Envoyé : 03 septembre 2007 15 : 01.
À: stuart prior
Objet : Op Task - Confidentiel

Stuart,

Tout d'abord, voici les trois derniers résultats que vous attendez.

Un résultat ADN incomplet qui a été obtenu à partir du matériel cellulaire sur le coton-tige 3 bis. L'échantillon contient très peu d'informations et il a montré des signes de niveau faible d’ ADN de plus d'une personne. Cependant, tous les composants d'ADN confirmés au sein de ce résultat correspondent aux composants du profil génétique de Madeleine McCann. Le Profilage d’ADN par LCN est très délicat, il n'est pas possible d’attribuer ce profil génétique à un fluide de corps particulier.

Il n'y a aucune preuve pour soutenir l’idée que l’ADN de Madeleine McCann a contribué pour l'échantillon 3B.

Un résultat LCN ADN complexe qui semble provenir d'au moins trois personnes a été obtenu à partir de matériaux cellulaires récupérés à partir du coffre - section 286 C
2007 CRL10 (2) zone 2. Dans le profil génétique de Madeleine McCann, il y a 20 composants ADN représentés par 19 pics sur un graphique. Sur l'une des sections de l'ADN nous observons, comme il est normal, que Madeleine a hérité du même composant d'ADN des deux parents ; cela apparait comme 1 pic plutôt que 2 ; 19, par conséquent, plutôt que 20. De ces 19 composants, 15 sont présents au sein du résultat de cet élément ; il y a 37 composants au total. Il y a 37 composants parce qu'il y a au moins 3 contributeurs ; mais il pourrait y avoir jusqu'à cinq contributeurs. À mon avis ce résultat est donc trop complexe pour interprétation/conclusion significative.

Pourquoi?...

Eh bien, examinons la question qui est posée :

«Existe-t-il de l’ADN provenant de Madeleine sur l'échantillon?»

Il serait très simple de dire "Oui" simplement en raison du nombre de composants dans le résultat qui se trouve également dans son échantillon de référence.

Ce que nous avons besoin de prendre en considération, en tant que scientifiques, c’est de savoir si le résultat est authentique et légitime; car Madeleine a déposé de l'ADN dans le coffre dans la voiture ou si Madeleine apparaît correspond simplement au résultat par hasard. Les composants individuels dans le profil de Madeleine ne sont pas uniques pour elle, c'est la combinaison spécifique de 19 composants qui rend son profil unique par rapport à tous les autres. Des éléments du profil de Madeleine sont également présents au sein des profils de nombreux scientifiques ici à Birmingham, moi, inclus. Il est important à souligner que 50 % du profil de Madeline est partagé avec chaque parent. Il n'est pas possible, dans un mélange de plus de deux personnes, de déterminer ou d’évaluer les composants spécifiques d'ADN qui vont de pair les uns avec les autres. À savoir, que nous ne pouvons pas séparer les
composants à partir de 3 profils génétiques individuels.

Par conséquent, nous ne pouvons pas répondre à la question : la correspondance est-elle authentique ou est-ce une correspondance par hasard.

Il en va de même pour tout résultat qui est cité comme étant trop complexe pour coclusion/interprétation significative

A quelles questions ne serons-nous jamais capables de répondre avec le profilage ADN par LCN?

Quand l'ADN a été déposé ?
Comment l'ADN a été déposé ?
De quels fluide(s) biologique(s) l'ADN provient-il ?
Est-ce qu’un crime a été commis ?

Ceci, en même temps que tous les autres résultats, vont être formalisés dans un rapport final

N'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’ obtenir de plus amples informations.

Cordialement
John


Mais dont la compatibilité, comme il peut être conclu de ce qui précède, mentionné dans le rapport final du FSS, n'a pas été confirmé après la réalisation des tests longs et complexes.

Précédemment à ces indications, est le fait que les parents ont été les dernières personnes connues qui avaient été avec Madeleine, vivante et l’accompagnant, une circonstance qui les ont rendus soumis à enquête de fait.

D'autre part, il n'y avait des informations, qui n'ont pas été confirmées par la suite, que les McCann, alors qu’ils étaient focalisés sur une hypothèse d'enlèvement, avaient contacté les médias britanniques (Sky News), avant d'appeler les autorités policières.

Face à ces éléments, à savoir la possibilité de l'existence d'un cadavre dans l'appartement et dans le véhicule qui a été utilisé par les parents, des soupçons fondés de leur participation ont été soulevés.

Comme ils ont été convoqués pour déposer une fois encore, même s'il y n'avait aucune explication plausible pour ces situations et comme ils étaient confrontés avec les conclusions des chiens et avec les informations de laboratoire, qui étaient susceptibles de les rendre responsables comme auteurs de crime (au moins, d'homicide par négligence et de dissimulation d'un cadavre), ils ont été, obligatoirement et inexorablement, faits arguidos, dans le respect strict de l'article 59 nr. 1 du code de procédure pénale ; ainsi, la disposition de nr. 4 de l'article 58 (actuellement 5) – sa nouvelle rédaction n’était pas encore en vigueur, compte tenu qu'ils ont été faits arguidos le 6 septembre 2007 – et d'autre part qu'ils pourraient bénéficier du statut d'arguido, avec tous les droits et garanties de la défense qui sont inhérents à celui-ci, Malgré la stigmatisation associée à celle-ci, qui est juridiquement techniquement injustifiée. En effet, la constitution et l’interrogatoire en tant qu’arguidos, bien qu’utilisé pour confirmer les indications d’un possible crime commis, sont également utilisés, avec la même force et la même raison, pour infirmer les indications et d'éliminer les suspects.

Comme il est judiciairement souligné dans la phrase en date du 06.10.1990 par le juge puis u tribunal de police de Lisbonne. «L'autorité qui dirige l'enquête n'est pas libre de retarder le moment où un témoin passe en état d'arguido (…) si des procédures sont exécutées, qui sont destinés à prouver son imputation, qui l’affectent personnellement(…)"
Recueil de Jurisprudence, 1990, vol. IV. p.323 et suivants.

La constitution de Gerald et Kate McCann comme arguidos à ce moment n’est rien de plus que le respect du droit à la défense de ces arguidos, c’est à dire, afin de garantir leurs droits concrets à la co-détermination ou au respect de la décision finale de la procédure.
Les dits droits supposent de la cohérence et de l’efficacité, selon le nouveau code, juste après le moment de constitution comme arguido et par conséquent, au cours de l'enquête et de l’ instruction."- professeur Jorge de Figueiredo Dias,"sobre os sujeitos processuais aucun novo Código de Processo pénal "Jornadas de Processo pénal, CEJ, Livraria Almedina, 1988, p 28.

Par conséquent, à la lumière de l'interprétation des éléments qui constituaient l’enquête à cette date, il ne fait aucun doute que ce soit concernant le légitimité et la légalité de leur constitution comme arguidos, comme il est également certain que toute enquête possède sa propre dynamique et le flux continu d’éléments dans le dossier peut modifier la situation, comme elle l'a et aucun jugement ou présomption de culpabilité ne peuvent être tirées d'un tel acte de procédure.

[19] Cf. disques numériques contenus à l'annexe III
[20] 2271 Page
[21] Interrogatoire fichier sur la page 3899

E - A propos de l'intérêt de la reconstitution

En prenant en compte qu'il y avait certains points dans les déclarations des arguidos et des témoins qui ont révélé, apparemment au moins, contradiction ou qui n'avaient pas de confirmation physique, il a été décidé de procéder à une « reconstitution des faits », une procédure qui est prévue à l'article 150 du Code de procédure pénale dans le sens de clarifier comme il se doit, sur les lieux même des faits , les détails suivants très importants, entre autres :

1 - La proximité physique, réelle et effective entre Jane Tanner, Gerald McCann et Jeremy Wilkins, au moment où la première personne a marché vers eux, et qui a coïncidé avec l'observation déclarée du suspect transportant un enfant. Il en résulte, de notre point de vue, qu’il est étrange que ni Gerald McCann ni Jeremy Wilkins n’ait vu son, ou le kidnappeur présumé, malgré l'exiguïté de l'espace et la tranquillité de l’endroit;

2 - La situation concernant la fenêtre de la chambre où Madeleine a dormi, avec les jumeaux, qui a été ouverte, selon Kate. Il semblait alors nécessaire de préciser s'il y a un courant d’air, puisque le mouvement des rideaux et la pression sur la porte de la chambre à coucher sont mentionnés, qui pourraient finalement être vérifiés par le biais de la reconstitution ;

3 - L'établissement de l’horaire d'un contrôle effectif sur les mineurs qui ont été laissés seuls dans les appartements, étant donnés que, si l'on croit que cette vérification a été aussi serrée que les témoins et les arguidos le décrivent, il serait, au moins, très difficile de réunir les conditions pour l’ introduction d'un kidnappeur dans la résidence et sa sortie ensuite du supposé kidnappeur, notamment avec l'enfant à travers une fenêtre avec espace étroit. Il faut ajouter que le supposé kidnappeur ne pourrait passer uniquement par cette fenêtre, qu’en tenant le mineur dans une position différente (verticale) de celle que le témoin JANE TANNER a vue (horizontale) ;

4 - Ce qui est arrivé durant l'intervalle de temps entre environ 6.45/19 h – l’heure à laquelle MADELEINE a été vue pour la dernière fois, dans son appartement, par un personne différente (David Payne) de ses parents ou frères et sœurs – et l'heure au moment où la disparition est signalée par Kate Healy – à autour de 10 h 00 ;

5 - Les avantages évidents et bien connus d’une reconnaissance immédiate de preuve, ou en d'autres termes, le respect du principe de contiguïté des éléments de preuve afin de former une déclaration de culpabilité, aussi solide que possible, sur ce qui était vu par Jane Tanner et les autres intervenants et, éventuellement, de rejeter une fois pour tous les doutes qui peuvent subsister concernant l'innocence des parents de la disparue [l'enfant].

En ce sens, les procédures juridiques ont été suivies, conformément aux normes et conventions qui sont en vigueur et la présence des témoins a été requise, en les invitant à être présents y compris en faisant appel à la solidarité avec le couple McCann, puisqu'il est certain que depuis le début ils ont adhéré à cette procédure d’enquête.

Néanmoins, malgré les autorités nationales leur assurant de prendre toutes les mesures pour rendre leur voyage vers le Portugal faisable, pour des raisons inconnues, après que les nombreux doutes soulevés à propos de la nécessité et de l’opportunité de leur voyage aient été clarifiées à plusieurs reprises, ils ont choisi de ne pas participer, ce qui a rendu la procédure impossible.

Nous pensons que les dommages principaux sont causés aux arguidos McCann, qui ont perdu la possibilité de prouver ce dont ils ont protesté depuis qu'ils ont été constitués. arguidos : leur innocence par rapport à l'événement fatidique ; également, l'enquête a été perturbée, parce que lesdits faits restent non éclaircis.

F – analyse des communications

La procédure a annexé les plans des registre de téléphones mobiles au quotidien de la part des opérateurs et des propriétaires, un plan de l'intervalle régulier des communications des appareils du couple entre le 4 et le 13 mai et des cartes des localités où les antennes ont été activés, ainsi que le rapport d’analyse des communications qui ont été enregistrées par les antennes qui servent Praia da Luz, des prestataires de 3 services, faites par les 9 membres du groupe de la famille McCann, concernant les journées entre la 2 et le 4 mai (les appels qui étaient exploitées exclusivement par le réseau fixe ne sont pas envisagés, car comme ils n'utilisent pas le système GSM des communications mobiles, ceux-ci n’activent pas les antennes ("B.T.S.").

Pendant cette période, ils maintiennent un trafic de communications qui peut être admis comme normal pour quelqu'un qui est en vacances. Entre le 4 et le 17 mai, les antennes de la majorité du trafic enregistré sont celles qui desservent les localités de la Luz, Lagos, Portimão et d'autres qui se situent entre Praia da Luz et Portimão ; l'activité quotidienne des téléphones mobiles de chacune des 9 personnes dans le groupe a été analysée, chaque historique depuis leur arrivée jusqu'à leur départ étant traité, ainsi que les intervalles de temps pendant lesquels les téléphones portables des parents de Madeleine étaient sans aucun contact entre 00 heures le 4 et 00 heures le 14 mai.

Il était important de déterminer si, par l'analyse des données, d’autres hypothèses de l'enquête puissent apparaitre, conduisant à la découverte de ce qui est arrivé la nuit du 3 mai, à l'appartement 5 a, de l’Ocean Club de Praia da Luz mais cela aussi est demeuré infructueux.

La réalisation des lettres rogatoires pour les instances judiciaires du Royaume-Uni n’ont pas permis d'ajouter quoi que ce soit de pertinent à ce qui était déjà dans la procédure.

G - appréciation et cadre juridique

De l'analyse des éléments qui font partie du dossier, cette première conclusion émerge immédiatement :

Lorsque les policiers de la GNR sont arrivés sur les lieux, plusieurs personnes avaient déjà touché la fenêtre et étaient entrées dans la chambre de Madeleine et des ses frère et sœur et plus tard, lorsque la PJ est arrivée à l'appartement pour recueillir des indices, l'espace avait déjà été piétiné et contaminé en raison de l'entrée de toutes ces personnes et par le fait que tout avait été touché, donc rendu impossible, dès le départ, la collecte d'éléments importants pour l’enquête.

Sur le coup, au moment du drame, personne – les parents, les amis des parents, les gérants et le personnel – n’a été assez lucide pour préserver intacte la scène crime, empêchant que la destruction et la contamination des traces qui en résulte de fait, même s'il est de notoriété que c’est de la responsabilité de toute personne de préserver les scènes de crime – hormis une demande légale : article 171 numéro 2 du Code de Procédure Pénale – évitant ainsi que les traces puissent être supprimées ou modifiées, donc la collecte de la preuve avait déjà perdu beaucoup de sa valeur indicative. Par conséquent, l’absence d’éléments probants qui ont été collectés au cours de cette première phase, au point que les seules empreintes digitales restantes qui ont été collectées, avec le nombre d'éléments qui sont nécessaires pour effectuer un identification positive, ont été identifiées comme appartenant à l’enfant disparue, la mère et à un agent de la GNR (pages 885 et 1520), donc rendant immédiatement infaisable la collecte des données importantes pour l'enquête.

C'est seulement lorsque les membres de la Police Judiciaire arrivent, à environ 0,10 heures du matin, suite à une demande de leur présence, que des mesures ont été prises pour rendre la collecte des résidus et la préservation de l'emplacement de l'événement possible.

Il apparait aussi comme conclusions du dossier que, malgré le fait que la crèche de l’«Ocean Club» du Centre de vacances offre un service de garde à partir de 19h30 jusqu'à 23 h 30, moyennant supplément, hormis un autre service de babysitting sans limites d’horaires [22], les membres de ce groupe d'amis avec des enfants ont choisi de faire leur propre vérification sur les enfants pendant le dîner. Au cours d'une première phase, chaque couple ont vérifié leurs propres enfants à tour de rôle et comme les jours passant, ils ont commencé à demander à l'un des membres qui se levait, d’écouter si Il n'y avait pas de bruit dans leur appartement, comme Jane Tanner l’a mentionné au cours de l’interrogatoire du 10 mai 2007 [23], à l'exception du couple de David et Fiona Payne, qui possédait un système de baby phone pour veiller sur leur enfants Lilly Payne et Scarlett Payne.

Il ressort du dossier que les McCann et leurs amis veillaient à vérifier si tout allait bien pour leurs enfants, comme cela peut être conclu de ce que les membres de ce groupe ont déclaré et qui ressort également du témoignage de Jerónimo Tomás Rodrigues Salceda, un maître d'hôtel aux tapas [24], qui a déclaré qu'il a «remarqué, car il était évident que certains membres du groupe allaient parfois à l'extérieur du restaurant pour faire quelque chose, ce qu’il fini par réaliser que cela a été pour "vérifier" les enfants. Néanmoins, il était toujours convaincu que ces enfants étaient dans un espace qui appartenaient à l’Ocean Club de Luz»

Néanmoins, il peut également être conclu à partir du dossier que cette surveillance avec la périodicité qui a été mentionnée ci-dessus n'était pas celle qui est prétendue dans le dossier, ce qui laisse inexpliquée pourquoi, cette nuit là, les procédures ont été modifiées dans le sens de réduire les intervalles de vérification.

En effet, ce groupe d'amis profitait d’une période de vacances courte, donc parfaitement détendus et il serait normal que, en prenant leur dîner, y compris avec un service de divertissement disponible [25], ils n'étaient pas très concernés par tout ce qui pourrait arriver à leurs enfants pendant cette période de dîner.

C’est au point que Kate, elle-même, mentionne le jeudi matin, le 3, que Madeleine lui a demandé la raison pour laquelle ils n'étaient pas venus dans sa chambre, compte tenu du fait que les jumeaux avaient pleuré [26], comme cela a également été mentionnée par Gerald.

Pamela Fenn, qui réside au premier étage du bloc résidentiel, au-dessus de l’appartement qui a été occupé par la famille McCann, a précisé que le 1er mai 2007, deux jours avant sa disparition, autour de 22 h 30, elle a entendu un des enfants pleurer, qui d’après le son serait MADELEINE et qu'elle a pleuré pour un heure et quinze minutes, jusqu'à ce que ses parents vers 11 h 57.

Cela montre que les parents n'étaient pas inquiets de façon permanente pour leurs enfants [et] qu'ils n'ont pas vérifié comme ils l’ont ensuite déclaré qu'ils n'ont, négligeant plutôt leur devoir de protéger ces enfants, bien que ne pas d’une façon téméraire, ou excessive.

Si l'obligation d’une telle garde avait été observée, dans la possibilité de ce qui pourrait être un enlèvement, ce qui a été évoqué avec insistance et continue d'être mentionné et qu’il est possible qui se soit passé, sa survenance aurait peut-être été rendue infaisable.

Il est de plus ajouté que Kate, après avoir constaté que la fenêtre de la chambre et le volet étaient ouverts et que Madeleine avait disparue, retourna au restaurant du tapas pour demander de l'aide, suggérant qu'un enlèvement avait eu lieu, il est incompréhensible, ou uniquement compréhensible dans un état de panique, qu'elle ait une nouvelle fois abandonné, cette fois uniquement les jumeaux, alors que le tapas était assez proche pour crier à l'aide, - bien que Matthew Oldfield se réfère [27] qu'à partir de la table du restaurant, il y avait une visibilité très limitée, compte tenu de la distance à laquelle ils étaient des appartements et que la vue était troublée par un plastique transparent qui recouvrait l’endroit où se trouvaient les tables.

Enfin, le fait que, malgré toute cette confusion et tout ce bruit, la jumeaux ont continué à dormir, comme cela a été mentionné par l'agent de la GNR, José Maria Baptista Roque, un membre de la patrouille qui a été le premier à arriver à l'appartement "les enfants ne se sont jamais réveillés, restant dans une position fœtale sur le ventre, ne bougeant pas lors des recherches et par la suite "[28], demeure inexpliquée. Néanmoins, un équipe du Criminal Police Lab, le 4 mai 2007, a éliminé l’existence de tout produit qui pourrait avoir été administré à l'enfant disparue afin de la maintenir dans un état d'inconscience, ainsi que la présence des traces de sang.

D'autre part, il en ressort également qu'un des parents a été à l'intérieur de l‘appartement lors de la disparition de Madeleine et que leur comportement jusqu'au moment de la disparition a été tout à fait normal, ne manifestant aucune sorte de préoccupation ou tout autre sentiment semblable, contrairement à ce qui est arrivé après ce moment où l'état de panique était notable.

Alors qu'il est un fait inéluctable que Madeleine a disparu de l’appartement 5 a de l’ «Ocean Club», la manière et les circonstances dans lesquelles cela est arrivé ne le sont pas, malgré les procédures nombreuses faites en ce sens, c'est pourquoi l’éventail des crimes qui ont été indiqués et visés au cours de l'enquête demeure intacte.

Il semble évident pour nous et parce que les fichiers contiennent suffisamment d'éléments à cet égard, que le crime d'exposition ou abandon conformément à l'article 138 de la pénal Code peut être éliminé de cette plage :

«1 Quiconque place la vie d'une autre personne en danger
a) en l’ exposant dans un endroit où elle est soumise à une situation contre laquelle elle ne peut pas se défendre d’elle-même;
ou b) en l’abandonnant sans défense, chaque fois que l'agent avait le devoir de le protéger, veiller sur elle ou pour l’aider;»

Ce type de crime juridique n’est accompli qu’avec intention, et cette intention doit recouvrir la création de danger pour la vie de la victime, ainsi que l'absence d'une capacité à se défendre, de la part de la victime. Dans le cas du dossier et face aux éléments qui ont été recueillis, il est évident qu'aucun des arguidos, Gerald ou Kate a agi avec intention. Les parents ne pouvaient prévoir que dans le centre de vacances qu'ils ont choisi pour passer de courtes vacances, ils pourraient mettre la vie de l'un de leurs enfants en danger, ni que cela a été à leur demande: c’était situé dans un secteur paisible, où la plupart des habitants sont des citoyens étrangers de la même nationalité et sans aucune histoire connue de ce type de criminalité.

Les parents ne se sont même pas imaginé la réalisation du fait, ils avaient confiance que tout allait bien, comme cela avait été les soirs précédents, donc ne venait pas d’eux ni n'était voulu par eux, la possibilité de la survenue d'un enlèvement de l'un des enfants qui étaient dans leurs appartements respectifs.

Ce qui renforce ce qui a été dit est aussi le fait qu'en dépit de laisser leur fille seule avec ses frère et sœur dans l'appartement pendant des périodes plus ou moins longues, il est certain qu'en tout cas ils ont effectué des contrôles. Sans un quelconque procès d’intention ni circonstance atténuante, nous devons également reconnaître que les parents déjà expié une lourde peine – la disparition de Madeleine – en raison de leur manque d'attention dans la surveillance et la protection de leurs enfants.

Concernant les autres crimes indiqués, ils ne sont pas plus que ceux-là et, malgré notre qu’en raison de son haut degré de probabilité, l'occurrence d'un l'homicide ne peut pas être écartée, aussi bien qu’il ne peut pas être plus qu'une simple supposition, en raison du manque d’éléments pour le soutenir dans le dossier.

La non participation des parents de Madeleine arguidos dans une quelconque action pénalement semble résulter des circonstances objectives de leur non présence à l'intérieur de l'appartement lorsqu'elle a disparu, de la conduite normale qui ils ont adoptée jusqu'à la disparition de celle-ci et par la suite, comme cela peut être amplement conclu à partir des déclarations des témoins, de l'analyse des communications téléphoniques et également des conclusions des analyses médicolégales, à savoir les rapports du FSS et de l'Institut national de Médecine Légale.

A cela peut être ajouté qu’en réalité, aucune des indications qui ont conduit à leur constitution d’arguidos n’a été plus tard confirmée ou consolidée. Si ce n'est pas le cas, voyons: les informations relatives à une alerte précédente aux médias avant la police n'ont pas été confirmées, les traces qui ont été marquées par les chiens n'ont pas été confirmées en laboratoire et les indications initiales de l’e-mail retranscrit plus haut, mieux clarifiées à une date ultérieure, ont fini par se révéler inconséquentes.

Même si, hypothétiquement, on pouvait admettre que Gerald et Kate McCann pourraient être responsables de la mort de l'enfant, il faudrait encore avoir à expliquer comment, par où, quand, avec quels moyens, à l'aide de qui et où ils se sont débarrassés de son corps dans le délai limité qui aurait été à leur disposition pour le faire. Leur routine quotidienne, jusqu'au 3 mai, avait été circonscrite aux limites étroites de la station de l’'Ocean Club' et à la plage qui se trouve à côté, u ne connaissant pas le terrain environnant et, hormis les amis anglais qui étaient en vacances avec eux, ils n'avaient aucun ami connu ou contact au Portugal.

[22] Dossier d’interrogatoire sur les pages de 221 et 226
[23] Dossier d’interrogatoire sur les pages 922 et 923
[24] Dossier d’interrogatoire sur la page 236
[25] Témoin NAJOUA CHEKAYA (page 798) a mentionné qu'elle a été demandée par l'Ocean Club pour effectuer un "quiz" au restaurant le tapas deux fois par semaine (le mardi et le dimanche)
[26] Dossier d’interrogatoire sur la page 59
[27] Dossier d’interrogatoire sur la page 914
[28] Dossier d’interrogatoire sur la page 3883

Dans une synthèse finale, basée sur des faits, il nous semble que les éléments suivants peuvent être affirmés :

-Le 3 mai 2007, à environ 22 h 00, à l’Ocean Club, à Praia da Luz, Kate Healy – comme son mari Gerald et leurs amis, lors du dîner au tapas, fait avec une périodicité qui n'a pas été rigoureusement établie – s’est rendue à l'appartement G5A, afin de vérifier ses trois enfants, qui avaient été laissés endormis ;

-Elle a été à peine entré dans l'appartement qu'elle a remarqué que sa fille Kate avait disparu, n'étant pas dans son lit ni dans n'importe quel autre endroit à l'intérieur de la résidence et que la fenêtre et le volet de la chambre à coucher étaient ouverts ;

-Puis, Kate Healy a couru au restaurant, en alerter immédiatement Gerald McCann et les autres amis ;

-Suite à cette alerte, l'appartement complet a été fouillé et piétiné par un nombre indéterminé de personnes, entraînant la contamination des traces, avec les dégâts irréversibles et indéterminés en termes d'acquisition de preuves ;

-Immédiatement, d’intenses et une vaste recherches terrestres, maritimes et aériennes ont été lancées, qui ont duré pendant plusieurs jours, impliquant des centaines de personnes et équipements et moyens, aussi sophistiqués et avancés qu’ils soient actuellement disponibles ;

-Plusieurs centaines de personnes ont été entendues, de façon formelle et informelle, dont l'audition a été prévue comme étant d'intérêt pour la clarification de l’affaire, des milliers de bouts d'informations et de suggestions ont été analysées et des dizaines de signalements et d’ endroits qui semblaient plausibles ont été vérifiés. Des écoutes téléphoniques ont été effectuées et les données de trafic provenant de milliers de conversations téléphoniques ont été analysées et croisées et plusieurs milliers de procédures de natures les plus diverses ont été mises en œuvre;

-On a pu compter sur l’obligeante coopération et l'engagement des forces de police de nombreux pays, avec une mention très spéciale pour les services de la police britannique;

-Des tests et analyses ont été effectués dans deux des plus prestigieuses et renommées des institutions à cet effet – l'Institut national de juridique Médecine et le laboratoire britannique Forensic Science Service-, dont les résultat finaux n'ont pas confirmé positivement la valeur les échantillons recueillis ou corroboré les réactions des chiens;

-Malgré tout cela, il n'a pas été possible d'obtenir le moindre élément de preuve qui permettrait à un homme moyen, à la lumière des critères de logique, de la normalité et des règles générales de l'expérience, de formuler une conclusion lucide, sensée, sérieuse et honnête sur les circonstances dans lesquelles l'enfant a été sortie de l'appartement (qu'elle soient morte ou vivante, soit tuée dans un homicide par négligence ou par homicide prémédité, soit victime d'une enlèvement ciblé ou d’un enlèvement opportuniste), ni même de produire un pronostic cohérent sur son sort et y compris – le plus dramatique – pour établir si elle est encore en vie ou si elle est morte, comme cela semble plus probable.

Mais c'est la raison pour laquelle nous ne possédons pas de fondement suffisamment solide et rigoureuse au minimum afin de pouvoir affirmer, avec la sécurité qui est demandée, quel a été ou quels ont été la/les crime(s) exacts et précis, qui a été ou qui ont été pratiqués sur la personne de la mineure, Madeleine McCann, hormis le crime supposé mais exclu de l'exposition ou abandon, ou de tenir quelqu’un pour responsable en qualité d'auteur.

Enfin, il convient de souligner que ce cas, malheureusement, n'est pas un roman policier n, un scénario approprié pour un "crime" qui est fait sur mesure pour le succès du travail d'enquête d'un Sherlock Holmes ou d'un Hercule Poirot, guidés par l'illusion que les forces de la loi et de la justice réussissent toujours à rétablir l'ordre qui a été perturbé, ramenant la société à la paix et la tranquillité qui n'aurait été qu’accidentellement perturbée.

La disparition de Madeleine McCann est plutôt une affaire implacable et complexe de la vie réelle, qui se trouve plus proche de la narration lucide par Friedrich Dürrenmatt, « A Promessa. Requiem pelo romance policial"– car la réalité et la vie quotidienne doivent peu ou pas de soumission, la plupart du temps, à la logique.

Les événements de la vie ne sont pas conformes aux schémas stéréotypés du style des romans, c'est plutôt le cas où son résultat est souvent le produit de la chance ou conditionnée par des facteurs accidentels et imprévisibles et, par conséquent, difficile à envisager.

Les enquêteurs sont bien conscients du fait que leur travail n'est pas exonéré d’imperfections ; ils ont travaillé avec une marge d'erreur énorme et ce qu'ils ont obtenu, c'est très peu en termes de résultats probants, en particulier concernant le sort de la malheureuse enfant. Néanmoins, ils ont toujours su que cette action était nécessaire et, en réalité, ils ont agi intensément et avec engagement, même au risque de commettre des erreurs.

Néanmoins, toute personne qui se sent insatisfaite à propos de l'épilogue de l'enquête, aura la possibilité de réagir contre elle, en ayant la possibilité de changer éventuellement cet épilogue, en initiant des procédures basées sur de nouveaux éléments de preuve, tant que cette personne a la légitimité de le demander et que les procédures demandées sont sérieuses, pertinentes et conséquentes. Ils peuvent le faire de trois façons : en demandant la réouverture de l'enquête, en vertu de l'article 279, numéro 1 du Code de Procédure Pénale ; en interjetant appel hiérarchiquement contre cet archivage selon le numéro 2 de l'article 278, ou dans un autre cas, sous le numéro 2 de l'article 279 du Code de Procédure Pénale, ou en demandant l'ouverture de l’ instruction dans le cadre de l'article 287, numéro 1, point b, du Code de Procédure Pénale.

Enfin, il convient de noter qu'une décision d'archivage peut être une décision juste, malgré la possible justice, et, en particulier, pour souligner fortement que l'archivage des présents dossiers ne signifient pas la fermeture définitive et irréversible de la procédure. Cette procédure, tant que la date limite de prescription pour les crimes éventuellement commis ait atteint son terme et si une nouvelle preuve qui le justifie apparait, elle peut toujours être rouverte, officieusement ou à travers la demande d'un assistant, encore une fois ordonnée par une décision définitive d'accusation ou de non-accusation.

Par conséquent, après avoir tout vu, analysé et dûment pondéré, avec tout ce qui a été exposé, il est décidé à :

a) l'archivage de la procédure concernant l’arguido Robert James Queriol Eveleigh Murat, car il n'y a aucune indication de la pratique d’un crime, selon les dispositions de l'article 277 numéro 1 du Code de Procédure Pénale ;

b) l'archivage de la procédure concernant les arguidos Patrick de Gerald McCann et Kate Marie Healy, car il n'y a aucune indication de la pratique d'un crime au titre des dispositions de l'article 277 numéro 1 de la pénal Code de procédure.

L'article 277 numéro 3 du Code de Procédure Pénale doit être appliqué.

Sous le point numéro 1 de l'article 214 un) du Code de Procédure Pénale, la contrainte des mesures qui ont été imposées sur les arguidos sont déclarées éteintes.

Portimão, le 21.07.08

Procureur de la République

(José de Magalhães e Menezes)

Le procureur général adjoint

(signature)

(João Melchior Gomes)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Analyse finale des procureurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse finale des procureurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les handballeuses dijonnaise en finale de coupe d'europe !!!
» Rising Star 2014 - Corentin Vainqueur - Saison 1 - La Finale - Jeudi 13 novembre - 20h55 - M6
» [Flashback] La mort est la raison finale de tout + Regina&Mérida.
» After Secret - La Finale
» Continental Cup, le Rouen Hockey Elite l'a fait ..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfants Kidnappés :: Les enfants enlevés :: MADELEINE :: Documents en français-
Sauter vers: