Enfants Kidnappés


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Rapport final de la PJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Rapport final de la PJ   Mer 18 Nov - 15:34

Un grand merci à John pour la traduction Wink
---

RAPPORT FINAL: PAGES 1 à 10

Pages 1 et 2

Ministère de la justice
Police judiciaire

Département d'enquête criminelle de Portimão

NUIPC-201/07.0 GALGS
4e Brigade

Inspecteur João Carlos
Dénonciateur / Offensé - police judiciaire

Dénoncés / Arguidos


* ROBERT JAMES QUERIOL EVELEGH MURAT, identifié et interrogé à FLS. 1170, 1947 et 1959.
* GERALD PATRICK MCCANN, identifiés et interrogés à FLS. 2569.
* KATE MARIE HEALY, identifiée et interrogée à FLS. 2557.

Les témoins / Personnes demandées - voir Index

Type de la criminalité - Inconnu

Lieu et heure - Entre 21H05 et 22H00 du jour 3 Mai 2007, à l’appartement G5A, situé à la station touristique "Ocean Club", Vila da Luz, Lagos.

Objets appréhendés - voir Index (tous les objets appréhendés ont été remis aux propriétaires pour les motifs du terme)

Examens effectués - voir Index

Rapport final

Introduction


Ces documents se rapporte à un événement qui décrit la disparition d'un mineur de nationalité britannique, MADELEINE BETH MCCANN fille de GERALD PATRICK MCCANN et KATE MARIE HEALY, à l’âge de trois (près de quatre) ans.

Selon le moment et le lieu, les faits survenus le jour 3 de Mai de 2007, dans un laps de temps compris entre 21H05 et 22H00 (la certitude que, après 17H30, et seulement GERALD et KATE ont été en contact avec Madeleine) à la station appelée «Ocean Club», située à Vila da Luz, Lagos, où la famille du mineur, ainsi que sept autres personnes, avec qui ils ont une relation d'amitié, où ils étaient en vacances, pour une durée d'une semaine.

L'arrivée du groupe de l'Angleterre, au territoire national, en passant par l'aéroport de Faro, a eu lieu le 28 avril 2007.

Ils se sont rendus en deux groupes, car ils vivent dans des endroits différents. Le voyage de l'aéroport au lieu de Luz a été fait dans un minibus, fourni par la station société de gestion 'Mark Warner.

Pages 3 et 4

Au moment de l'enregistrement, ils ont été placés en plusieurs appartements, tous situés dans le bloc G5, les uns à côté des autres, qui est une décision, ou au moins une suggestion, faite par l'ensemble du groupe.

Ils ont tous été logés au rez-de-chaussée, à l'exception de la famille PAYNE (DAVID, et DIANE FIONA WEBSTER), qui a été logée au premier étage.

La famille MCCANN a reçu le G5A appartement, qui est situé à l'extrémité gauche du bloc d’immeuble (vu de face) et donc, on peut dire, le plus accessible avec facilité et une visibilité depuis l'extérieur.

Il s'agit d'un groupe où sept des éléments sont médecins, de diverses spécialités, ce qui ajoute au fait que chacun d'entre eux ont des enfants mineurs, qui les accompagnaient. La famille MCCANN était composée des parents, ainsi que MADELEINE et les jumeaux SEAN et AMELIE, de deux ans, à la date des faits.

Ce voyage a été organisé par la famille PAYNE, à savoir par l'élément masculin du couple, DAVID ANTHONY PAYNE, qui avait connaissance, comme un utilisateur, des centres touristiques appartenant au "Mark Warner».

Le groupe a partagé entre eux une amitié qui existait avant ce voyage, sur la base des relations professionnelles et d'autres voyages.

On le précise que c'était la première fois que les éléments du groupe prenaient leurs vacances à ce Resort sur le territoire national pour la première fois, et que la volonté du groupe d’effectuer le voyage a été prévue approximativement un mois avant qu'il ait eu lieu.

D'autre part, rien n'indique qu’aucun des participants ait eu une quelconque relation antérieure à Vila da Luz ou ait résidé ou soit restée toute personne en relation avec eux.

La routine quotidienne du groupe a impliqué leur déplacement, pour le dîner, au Restaurant Tapas, qui est situé à la station (mais en dehors du domaine spécifique des appartements et sans permettre un contrôle visuel complet de celui-ci), tandis que leurs enfants mineurs restaient seuls - censés être endormis - dans leur appartement tandis que le dîner était en cours.

Selon la version commune du groupe, le contrôle des enfants a été fait par des visites régulières par les adultes pour les appartements, avec un espacement - approximatif - d'une demi-heure, à l'exception des enfants du couple PAYNE, qui possèdent un système technologique de contrôle, par l'intermédiaire de l'intercommunication («baby phone»).

Constitution du groupe:

DAVID ANTHONY PAYNE - appartement 5H (premier étage)
FIONA ELAINE PAYNE
DIANNE WEBSTER

RUSSEL JAMES O'BRIEN - appartement 5D
JANE MICHELLE TANNER

Pages 5 et 6

MATTHEW DAVID OLDFIELD - appartement 5B
RACHAEL MARIAMMA JEAN MANPILLY

GERALD PATRICK MCCANN - appartement 5A
KATE MARIE HEALY

Les personnes susmentionnées ont été interrogées avec soin et en détail, à diverses reprises (voir la liste), avec l'intention de recueillir tous les éléments pertinents susceptibles d'aider l'enquête pour découvrir la vérité sur les faits.

L'analyse du groupement de ces enquêtes a souligné l'existence de détails importants qui ne sont pas entièrement compris et intégrés, qui doivent être, de notre point de vue, testé et comparé ensemble [concaténés] dans la lieux existants.

À ce titre, une compréhension concrète de l'absence de synergie de certains aspects de la pertinence élevée devrait être tentée par un traitement préalable par la reconstitution des faits, qui, en raison d'un manque de collaboration de plusieurs témoins, n'a pas pu être accomplie, En dépit de toute la force apportée par les autorités.

Plus loin, dans ce rapport, la nécessité de cette diligence sera mieux analysée.

L'enquête, au cours de plus de 13 mois, puis tous les indices crédibles liés à différentes hypothèses et, de manière impartiale, a continué à analyser, mettre en corrélation et la synthèse, la recherche d'une explication pour les événements de la nuit du 3 Mai 2007.

En supposant que la mineure de la disparition est due aux actes de tiers, la PJ a exploré différentes lignes de l'enquête, sans exclure toute hypothèse considérée comme plausible ou hypothétiquement acceptable.

A partir de la documentation, vous observerez que, au cours de l'enquête, diverses possibilités ont été envisagées.

À ce titre, prendre en considération:

1. l'enlèvement, pour l’abus sexuel ou autres (par exemple, plus tard l'adoption, le trafic d’enfants, trafic d'organes), sans homicide;

2. l'enlèvement, suivi par l'homicide avec (ou sans) dissimulation de cadavre;

3. décès accidentel, avec dissimulation de cadavre ultérieure;

pages 7 et 8

Les hypothèses 1 et 2 ont été prises en compte dans la double notion du trafic d'enlèvement (si cela s'est passé) qui aurait pu avoir eu lieu en raison des sentiments de vengeance par le(s)
ravisseur(s) envers les parents (enlèvement prémédité) ou en saisissant simplement l'occasion, l'enfant étant dans une situation de vulnérabilité (possibilité d'enlèvement).

Comme hypothèse alternative, la possibilité du mineur de quitter l'appartement par ses propres moyens a été explorée - qui serait très peu probable physiquement - et ensuite, en raison d'un accident ou par l'intervention d’une tierce personne, elle aurait disparu.

***
En ce qui concerne le présent rapport, et pour une meilleure compréhension, il sera divisé en 5 grands domaines, à savoir:

- Diligences générales pour la localisation du mineur, imbriquées dans le corps principal de l'enquête, effectuée par la police judiciaire, la police maritime et la GNR;

-Annexes thématiques, d’un total de neuf (sous-divisée en 55 volumes) visés à la Fédération des professions juridiques. 3528-a, dont la création permet de compléter le corps des processus et de suivre toutes les informations reçues et traitées;

-- Les soupçons sur ROBERT MURAT, et son statut d’ arguido;

-- Les unités de recherche de Chiens-cadavres et la mise en place des parents de la mineure britannique, GERALD MCCANN et KATE HEALY comme arguidos;

-- La médecine légale et les examens de laboratoire, effectués au Forensic Science Service et à l'Institut national de médecine légale, à partir de maintenant désignés en tant que FSS et INML, respectivement;

Même si cette division est à sous-groupes, le présent rapport sera fait par ordre d'apparition ou de l'information, sans obstacle pour les fusionner par thèmes, lorsque l'ordre chronologique ne suffit pas.

***
Comme indiqué auparavant, il a été fait une présentation des intervenants dans le processus et une brève introduction des faits. Ensuite, nous donnerons une explication plus détaillée, où, également, les différents intervenants correspondront et les actions accomplies par eux donneront une cohérence à la procédure.

***
Concernant les appendices, d’un total de neuf, ils ont été divisés par thèmes comme suit:

Annexe I – Examens Médico-légaux - où tous les examens et la médecine légale qui ont été entrepris par des entités scientifiques et techniques, en particulier celles qui sont destinées à la détection, la collecte et l'analyse des traces qui pourraient conduire à la compréhension de ce qui s'est passé et à la découverte des responsables de la disparition de la mineure.

Pages 9 et 10

Annexe II - Analyse des communications - où tout l’inventaire, l'analyse des corrélations pertinentes qui était possible et, éventuellement, sur les communications et les mouvements qui ont été faites avant, pendant et après les faits, ont été faites;

Annexe III - inspections, canines, maritimes et aériennes de recherche - où les diligences qui ont été menées pour tenter de localiser physiquement la mineure, en particulier dans les régions environnantes, sont décrites;

Annexe IV - Recherches / saisies, examens directs, livraison / dépôt de marchandises - où l'ensemble des diligences qui ont été dirigées sur des biens ou des objets qui pourraient éventuellement être liés à la disparition sont inscrits;

Annexe V – observations supposées et localisations - où les informations qui ont une certaine crédibilité et signalé la présence présumée de l'enfant dans divers endroits à travers le monde, ainsi que les centaines de diligences qui ont été effectuées pour confirmer ou rejeter, sont énumérés.

Comme on le sait, la disparition de la mineure britannique, dans les circonstances qui ont été décrites, implique l'action des diverses entités, avec un intérêt particulier pour l'intervention de la Polícia Judiciária, qui a été rejointe par d'autres forces de police criminelle. En parallèle, cette disparition a concentré une dynamique inégalée de la part des médias, tant nationaux qu'étrangers, à savoir et en mettant davantage l'accent au Royaume-Uni, qui a rempli, pendant plusieurs jours d'affilée, leur actualité en prime time avec des transmissions en direct de Praia da Luz, et des programmes spéciaux qui ont été consacrées à la question.


Dernière édition par Claude2 le Jeu 19 Nov - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Rapport final de la PJ   Mer 18 Nov - 15:35

RAPPORT FINAL - pages 11 à 20

Pages 11 et 12

Certaines de ces informations ne méritent pas, en raison des circonstances qui l'entourent, la moindre des crédibilités, en laissant celles-là de côté, à l'autre extrémité, ce qui exige une plus solide et plus efficace systématisation et traitement. Celles qui, par leur pertinence géographique et espace-temps, semblent crédibles ont été explorées à fond et inclus dans la documentation et la présente annexe.

Il reste une grande tâche de diffuser les observations et localisations supposées - certains recevant une certaine ampleur, comme ceux de la Belgique et du Maroc - qui ont eu des éléments peu nombreux, vagues, discordants, incompatibles ou incongrus, qui méritent un traitement en vue de leur infirmation ou mis de côté pour l'avenir, devraient surgir des éléments solides, qui sont tous inclus dans ce document;

Annexe VI 1 - Information / listes de suspects de crimes sexuels - où vous trouverez un commentaire détaillé, du point de vue de la possibilité de rencontrer des corrélations avec les suspects avec des motifs sexuels;

Annexe VI 2 - diligences et à l'exploration des informations relatives à la susmentionnée - dans laquelle, en conformité avec celle déjà exprimée, et afin de fournir une meilleure consultation, ont été rassemblées les informations recueillies sur les résidents dans les régions environnantes - temporaires et permanents - ainsi qu’une liste de la criminalité locale (effractions et autres) et les crimes de nature sexuelle. L'information fournie est arrivé à cette police par des connaissances, par les autorités britanniques ou par d'autres sources;

Annexe VII - Commissions Rogatoires - décrivant les diligences effectuées, à la demande du pouvoir judiciaire portugais, dans des pays étrangers;

Annexe VIII - Transports, Déplacements et Localisation des Observations - Dans cette annexe sont collectées et analysées les informations relatives à d'éventuels moyens de transport / vol, par des moyens terrestres (route-train), mer et air. Aussi ont été étudiées les informations relatives à la livraison des photographies à des particuliers dans le lieu de vacances et obtenu par la police, ainsi que diverses chaînes hôtelières, dont l'examen n’a rien donné d'utile;

Annexe IX - Actions juridique

En outre, et en dépit de son manque de crédibilité, il c’était ajouté entre-temps 22 "dossiers" des notifications d'une hypothétique ou clairement invraisemblable, comme les visions ou divinations psychiques, qui ne sera pas fourni avec la documentation, mais que vous trouverez avec soin organisé, dans l'éventualité où ils devraient être consultés à l'avenir.

....

DÉVELOPPEMENT

Le présent document provient d'un processus élaboré par cette police, après avoir reçu un avis de disparition d'une mineure de nationalité britannique de trois ans. L'événement a été communiqué par la GNR à 00h10 le 4 Mai 2007.

Pages 13 et 14

Selon cette force de police, la disparition aurait eu lieu à 22H40 (plus tard il a été vérifié que la détection et l'alarme donnée pour celle-ci, en réalité est survenue, entre 22H00 et 22h10 le jour du 3 mai 2007, dans l'un des les appartements de la station touristique "Ocean Club", situé à Vila da Luz, Lagos, où une famille composée d'un couple et les enfants de moins de 3 ans se trouvaient.

Topologiquement, l'appartement est composé de deux chambres, une cuisine, un salon et une salle de bain, avec un accès facile à la rue, à la fois de l'avant et l'arrière, où il y a un petit balcon et une porte coulissante.

Au moment de la disparition, les enfants étaient seuls dans l'appartement. Toutefois, le couple, pendant le dîner, s’y est rendu deux fois, un de ces moments étant celui où la mère (Kate) a remarqué que sa fille aînée n'était plus là pour alerter tout le monde de ce fait.

Consciente de ce fait, l'équipe de police s’est rendue sur les lieux, pour engager les mesures d'enquête, à ce moment-là.

Immédiatement ils ont procédé à l'identification des parents, GERALD MCCANN et KATE HEALY, ainsi que de la mineure disparue, MADELEINE BETH MCCANN, née le 12 mai 2003, au Royaume-Uni. Outre MADELEINE , le couple a deux autres enfants, les jumeaux, de deux ans, au moment des faits, qui étaient également restés dans la même chambre à coucher, d'où l'enfant a disparu.

Officieusement, GERALD MCCANN dit qu'il était au Resort depuis le 28 avril 2007, en vacances, pour une période de temps correspondant à une semaine. Le lendemain de leur arrivée, 29/05/07, ils ont commencé à faire leur repas à l’ "Ocean Club restaurant, qui est distant de quelques mètres de l'appartement, en compagnie de trois autres couples, qui ont également voyagé avec eux .

En particulier, pour ce qui est relatif au jour 3, il alléguait que:

-- Ils se sont réveillés autour de 07H30, ont pris le petit-déjeuner dans l'appartement, sont sortis aux alentours de 09H00;

-- Peu de temps après, ils ont laissé leurs enfants à la crèche, jusqu'à 12H30;

-- Autour de 14h30, après le déjeuner, ils mettent leurs enfants à la crèche, cette fois jusqu'à 17H00;

-- À 17H30 ils ont procédé à la toilette des enfants, et les ont installés dans leur lit respectif à 19H30, tous dans la même chambre;

-- À 20h30, le couple s'est rendu sur le restaurant;

-- À 21H05/21H15 le père est allé à vérifier les enfants, constatant que tout était normal, la fenêtre et les stores étaient fermées, mais la porte de la chambre a semblé plus ouverte que quand il avait quitté;

Pages 15 et 16

-- Aux alentours de 9heures20, une amie du groupe, JANE TANNER, se dirigeant vers son appartement, a remarqué un individu qui portait un enfant dans ses bras, marchant sur la route. Elle l'a qualifié comme étant âgé de 30 à 40 ans, avec les cheveux foncés et portait des pantalons de couleur claire;

-- À 9 heures 30, il était temps pour un autre ami, MATTHEW OLDFIELD, pour aller à l'appartement des MCCANN pour vérifier les enfants, mais il n’a vu que les jumeaux, compte tenu du fait qu'il n'est pas entré dans la salle. Afin de voir le lit de MADELEINE lit, il aurait dû entrer dans la chambre. Il n’a rien détecté sortant de l'ordinaire;

-- Aux alentours de 10 heures, KATE est allée à l'appartement, elle a constaté que MADELEINE avait disparu et que la fenêtre et le volet de la chambre étaient ouverts.

En dehors de cela, et conformément à ce qui a été établi dans l'enquête entre-temps, le témoin MATTHEW OLDFIELD affirme que, aux alentours de 8 heures 55, il est allé près de l'extérieur de la fenêtre de la chambre où dormait MADELEINE - une fenêtre qui était fermée afin de vérifier s'il y avait un bruit à l'intérieur qui pourrait indiquer que l'enfant n'était pas endormi. Il n’a rien entendu, a donc conclu que tout allait bien.

En raison de sa pertinence, cette nuit même, Directeur de la Maintenance, SILVIA BAPTISTA, a été demandé pour une liste des clients du Resort et la vérification des sorties le 3, ainsi que l'identification des employés de la crèche, là où les enfants sont restés pendant la journée.

Il convient de souligner que tout le logement a été remué et fouillé par un nombre indéterminé de personnes, avec la contamination que cela amène et la difficulté que cela soulève pour la collecte des résidus.

Cette nuit même, les environs de l'appartement, et de Vila da Luz elle-même, ont été recherchées intensément, à la fois par les membres de la GNR et par des personnes du public.

S'agissant de cela et d'autres recherches les jours suivants, la preuve est apportée par le rapport qui a été écrit par la GNR des pages 3491-a à 3525-a, ce dernier étant une remise cartographique. La même procédure a été faite par la police maritime, selon le rapport des pages 3867 jusqu'à 3885.

À la page 06 l'enregistrement aérien des bagages se rapportant à la famille MCCANN était joint, ainsi que le passeport qui appartient à la mineure disparue.

De pages 12 à 23, nous pouvons observer la couverture photographique de la localisation des faits, qui ont été répertoriés cette nuit-là, ainsi qu'une présentation de l'appartement.

À la page 26 le rapport qui a été écrit par la GNR peut être trouvée, à la page 30, la photo de la mineure qui a été donnée par les parents, prise d’une carte mémoire et révélée sur une imprimante qui appartient à l'une des nannies, de même que nous le verrons plus loin, la presse et la communication, aux pages 33-B.

Il y a lieu de relever, en termes de diffusion et des connaissances des médias, ce témoin RACHEL MAMPILLY, aux alentours de 2 heures, le matin du 4, admet avoir contacté la télévision officielle britannique, la BBC, par l'intermédiaire de quelqu'un qu'elle connaissait, rapportant la disparition et demandant une diffusion.

Pages 17 et 18

Première chose, le matin du 4 mai, et déjà sous les projecteurs de la couverture par les grands médias, une interview de l'ensemble du groupe a eu lieu, pages 34-83, les interrogatoires qui ont été répétés plus tard.

Des pages 86 à 118, il y a des détails relatifs à l'identité des gouvernantes (CATRIONA BAKER et STACEY PORTZ) et tous les employés de l'établissement, avec les deux qui s’occupent des enfants MCCANN ont été entendues officieusement; rien d'anormal ayant été signalé par eux, ils ont été interrogés officiellement plus tard.

Dans les jours suivants, avec la participation de plus d'une centaine de chercheurs de la PJ, l'énorme quantité de diverses notifications relatives à la disparition a été examiné, après avoir été déjà accompli d'innombrables contacts en raison du traitement de l'information.

La collecte des notifications a été transmise par une grande variété de sources, venant à la PJ par divers moyens, nécessitant l'installation d'un poste de police permanent dans le village de Luz.

Le résultat de ces efforts se trouve dans la documentation et les diverses annexes, des milliers d'heures de travail ayant été dépensées pour sa réalisation.

Il convient de noter, également, la réception d'une énorme quantité de notifications fantaisistes, dépourvues de toute crédibilité, ce qui a obligé à une recherche constante et considérable d’efforts de clarification, d'autant plus importants que l'on savait que ce moment est de la plus haute importance dans l'objectif fondamental de retrouver la fillette disparue.

.......

Reprenant la description factuelle, il convient de noter que les pages 119 et à terme, le témoin JEREMY WILKINS, a affirmé qu'il avait vu un individu avec une étrange apparence et comportement. Il a finalement été confirmé être un invité, qui a participé aux recherches, page 124.

Pages 127 et suivantes, concerne l'observation d'un enfant, avec un visage semblable à MADELEINE, dans une station d'essence. Lorsque les images de la station d'essence ont été présentées aux parents, ils ont péremptoirement affirmé qu'elle ne ressemblait pas à leur fille.

À la page 134, il est fait état d'un événement, une fois de plus physique, résultant de similitudes avec MADELEINE, par la suite vérifiée comme n'étant pas l'enfant. En outre, on a tenté de localiser un individu accusé d'exploitation sexuelle des mineurs, qui par la suite on a pu vérifier que, lors de la période de référence, il n'était plus au Portugal.

Pages 19 et 20

Il y a eu une enquête sur DENISE BERYL ASHTON, FLS. 136, qui a signalé la présence de deux individus, qu’elle n'a pas pu identifier ou reconnaître, qu’elle, allègue qu'ils effectuaient une pétition en faveur d'une institution pour enfants, qui serait frauduleuse. Malgré que cette événement a eu lieu le jour du 03 mai, nous n'avons pas pu la relier avec la disparition de la mineure britannique, ni la description ne correspondait à l'esquisse très répandue dans les médias par l'attaché de presse du couple MCCANN, question qui sera adressée ensuite.

Des Fls. 140 à 144, il a été signalé une prétendue observation de mineuer, qui, après plusieurs diligences, a été démontrée, à nouveau, être un autre enfant.

Un témoin, DEREK FLACK, entendu à la page 200, a signalé la présence d'un suspect, qui aurait été à la recherche de viser l’appartement, à proximité d'un camion blanc, pages 145 et pages suivantes. Il n'a pas été possible d'identifier cette personne, bien qu'il ait été fait un portrait-robot, page 205. Toutefois, nous estimons qu'il y a une très forte possibilité que ce soient des travailleurs de la construction - qui étaient là pour de petits travaux - un jardinier (fls. 973), ou BARRINGTON NORTON (FLS 833), demandé à la page 704. Ce dernier est un régulier de Praia da Luz, exerçant l'activité de musicien dans les rues de la ville. Rien n'a été trouvée de pertinent à l'enquête.

De la page 161 à 197, NUNO JESUS, a rapporté une situation en rapport avec sa fille, avec des similitudes avec MADELEINE, qui a été la victime d'une prétendue tentative d'enlèvement (qualifié par lui-même) par un couple polonais, dont il a fourni à la police l'immatriculation de la voiture de location et utilisés sur le territoire national. Ils ont été abordés lors du passage de retour à leur pays d'origine, rien n'a été détecté qui pourrait les incriminer, pages 214 à 216. La voiture et le lieu où ils profitaient de leurs vacances ont été analysées dans un laboratoire, une fois de plus, mais sans résultats les incriminant.

C'est près de ce rapport à la page 148, où il est décrit l'approche de porte à porte faite dans 443 maisons, tous à Praia da Luz, qui est la démonstration du gigantesque travail qui aura été effectué. Cette approche s'est traduite notamment par l'entrée physique, avec l'accord des habitants, dans de nombreux d’entre eux, juste pour vérifier complètement la présence éventuelle de traces de la mineure disparue.

LANCE PURSE, investigué à la page 208, a également un croquis d'un individu, page 210, qui possède des caractéristiques similaires à celui rapportée par un autre témoin, qui n'a pas pu l’identifier par lui-même.

Aux pages 211 et 212, il est rapporté un autre événement relatif à une personne accusée pour exploitation sexuelle des mineurs, qui, après approche de celui-ci, aucune pertinence n’a été portée à la présente enquête.

«Mutatis mutandis», [littéralement «des changements ont changé", du latin, dans ce cas quelqu'un qui change constamment d'humeur], par rapport à un invité du sexe féminin, qui a révélé un comportement étrange, mais qui n'ont pas de vecteur de corrélation avec la disparition de MADELEINE MCCANN.

À la page 220 des auditions des employés de la station ont commencé, à partir de là, rien n'a abouti comme étant pertinentes ou utiles à l'enquête en cours. Des auditions, il n'y a pas d'éléments recueillis qui ont permis de suivre aucune des lignes de l'enquête.


Dernière édition par Claude2 le Jeu 19 Nov - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Rapport final de la PJ   Mer 18 Nov - 15:36

RAPPORT FINAL: Pages 21 à 30

pages 21 à 26

Employés interrogés:

[NdT: Une énorme liste de noms que je ne vais pas écrire ici pour le droit à la vie privée de ces personnes.]

Les baby-sitters qui parlaient aux médias dans les précédents entretiens sont sur la liste.

CATRIONA T. S. BAKER
STACEY PORTZ
CHARLOTTE E. A. PENNINGTON

En outre, plusieurs militaires de la G.N.R., appartenant à divers domaines, les patrouilles et binômes ont été entendus dans les déclarations - liste des noms
…..
…..
(suite de noms)

Fin de la page 26: Dans le cadre de la localisation des diligences, il a été demandé l'entrée d'enregistrement de la Marina de Lagos, lieu qui ne possède pas un système de collecte des images, généralement appelée télévision en circuit fermé, page 290.

Pages 27 et 28

Des informations ont également été recueillies sur la route connue sous le nom de A22, plus généralement connue sous le nom de "Via Infante de Sagres", qui ne possède pas les images disponibles, correspondant à la période de temps qui serait d'intérêt.

Des diligences ont été effectuées pour tenter de localiser et de découvrir les habitudes des individus qui sont liés à des pratiques criminelles à caractère sexuel, pages 293 à 300, 448 à 451, 452 et 453; rien n'a été découvert qui pourrait être qualifié de pertinent.

Pages 309 à 311, et parce que cela pourrait être important, nous avons cité le seul registre d'une réparation qui a été réalisée dans l'appartement qui a été utilisé par la famille MCCANN, sans grand intérêt.

...........

La situation concernant le premier suspect, ROBERT MURAT, va maintenant être abordée, suivant ainsi qu’une ligne de la succession des faits, sans préjudice d'un retour à la description d'événements plus loin.

Quelques jours après les faits aient eu lieu, les soupçons ont été soulevés concernant un individu qui se trouve à environ 100/150 mètres de l'appartement 5A, identifié comme ROBERT JAMES QUERIOL EVELEIGH MURAT.

Ces soupçons se portent d'abord en raison de la formulation par une journaliste britannique, qui trouve l'engagement particulier et la curiosité de Murat dans cette affaire, étrange, qui lui avait rappelé un autre cas, qui a eu lieu au Royaume-Uni avec les mêmes lignes et où les coupables ont participé activement dans les recherches.

Les raisons de soupçonner indiquées sont dûment énumérées dans l'information qui est contenue dans le processus, sur les pages 308, 328, 442, 461, 957, 960, 961 et 986 à 1000, la certitude qu'ils ont fini par être renforcée, quelque temps plus tard , par des éléments du groupe de vacances a affirmé que, contrairement à ce que dit MURAT, qu'il avait participé aux recherches le soir de la disparition.

Dans une première phase, avant que l'enquête ait été approfondie, cette personne a réuni les conditions pour être indiqué comme suspect. Les conditions qui sont intrinsèquement suspectes à son statut, peuvent être analysées, comme indiqué précédemment, sur les rapports de routine qui ont été mentionnés ci-dessus.

Afin de confirmer ou de rejeter les soupçons sur ROBERT MURAT, les recherches et la surveillance téléphonique a été demandée, pages 995 à 1013, tant sur le suspect et sur les personnes avec qui il a directement ou indirectement des échanges, à savoir qu’il a rencontrées presque quotidiennement et entretenus des contacts par téléphone.

Malgré l’enquête exhaustive et méthodique sur MURAT et les personnes proches de lui, aucun élément n’a été recueilli le rapportant au crime qui a été l'objet d'une enquête, et il convient de noter que, contrairement à ce que les témoins à l'intérieur du groupe ont déclaré au sujet de son hypothétique participation à les recherches dans la nuit de la disparition, d'autres témoins (comme SILVIA BAPTISTA et des éléments de la GNR), ont affirmé qu'ils ne l'avaient pas vu au cours de ces diligences.

pages 29 et 30

Au-delà de la communication et de l'interception légale des examens des ordinateurs lui appartenant, qui n’a rien rapporté d'utile, plusieurs recherches ont également été réalisées dans le domicile du suspect, comme mentionné plus haut, avec assistance technique cynophile et à l'exploration du sous-sol, à la fois physiquement et technologiquement par des moyens de détection, n’ont pas permis la collecte d'éléments de preuve exacte.

Soyez conscient du fait que, en ce qui concerne l'utilisation des moyens technologiques très avancés dans le domaine de la détection des organismes étranges dans le sous-sol ou les parois, ils ont été effectués par des techniciens en particulier de l'Université d'Aveiro, au moyen d'un équipement qui a permis une recherche de la zone.

Cette recherche a continué de la même manière par rapport à tous les véhicules du groupe, sans résultats.

Les maisons et les véhicules ont été examinés en détail par le Laboratoire de police scientifique, sans trouver aucun vestige.

Les analyses du téléphone et les communications électroniques (rapports à l'appendice II) et la corrélation qui en résulte, ont les mêmes résultats.

Dans le commissariat à l'interrogatoire, le suspect a nié toute implication dans le processus. Les entretiens avec tous les éléments, avec des personnalités et des relations professionnelles de Robert MURAT, n'ont rien livré de valeur à titre de preuve.

En vérité, dans le déroulement des recherches, plusieurs objets ont été appréhendés, pour une analyse ultérieure, sans avoir obtenu de preuves incriminantes, que vous pouvez mieux observer dans le volume V de la documentation, où les pièces procédurales liées à la recherche se trouvent.

..........

De retour à la séquence de l'information qui a une certaine pertinence liée à la recherche de la mineure, il a été fourni des renseignements sur la présence d'un sac près d'une falaise à Ponta da Piedade, Lagos, pages 316 à 327, dont le contenu n’a rien révélé d'important.

Page 463, révèle des informations concernant une personne qui parle en Castillan, dont la participation n'a pas été en mesure d'être découverte.

Pages 524 à 531, 740 à 749, fournir des informations à propos de supposées observations de la mineure, n’ayant aucun rapports les uns avec les autres.

À la page 800, est présenté l'entretien avec TASMIN MILBURN SILENCE, qui a vu à deux reprises et sur plusieurs autres jours, un individu observant l'appartement d’où MADELEINE disparu. Un portrait-robot a été réalisé, basé sur les indications du témoignage ; des diligences ont été effectuées qui ont abouti à l'identification de MICHAEL ANTHONY GREEN, qui a été la cible de diverses diligences incriminante sans résultats, pages 632 à 726 du tome III, annexe VI. Au-delà de cet individu, il y avait d'autres diligences effectuées à ce niveau, également sans résultats utiles pour l'enquête, comme il est expliqué tout au long de l'annexe VI.


Dernière édition par Claude2 le Jeu 19 Nov - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Rapport final de la PJ   Mer 18 Nov - 15:37

RAPPORT FINAL: Pages 31 à 40

Pages 31 et 32

Toujours à l'Annexe VI, pages 504 et suivantes, il a été enquêté sur un faitpar rapport à deux personnes, NEIL BERRY et RAJINDER BALU (enquêtes complémentaires demandées dans la commission rogatoire), en particulier par rapport à la première, dont les informations ont été croisées avec la ci-dessus nommée témoin, TASMIN SILENCE, à savoir en ce qui concerne le portrait-robot, celle-ci ayant clairement indiqué qu'il ne s’agissait pas de la même personne.

Cet événement a été ciblé en raison d'une information donnée par un employé de la station, pages 504 et 505 de l'annexe VI, où un faitun peu particulière a été signalée, censée liée avec NEIL BERRY. Toutefois, en dépit du fait des diligences, y compris dans la commission rogatoire, rien n'a été établi qu’il soit lié à la disparition de l’enfant britannique.

Aux pages 801 et suivantes, une information a été examinée par rapport à une observation faite par un chauffeur de taxi professionnel.

Egalement, par rapport aux personnes qui font ce type d’activité et qui ont leur siège à Praia da Luz, page 818, nous avons parlé avec eux, mais rien de pertinent pour le processus n’a été déterminé.

Aux pages 820 à 822, une information de la police maritime a été ajoutée, la création de plusieurs diligences, mais n'ayant pas eue de résultats.

De la page 825 à 830, nous avons ajouté un rapport sur l'action de la police de la GNR. Rien de valeur pertinente n’a été déduit.

Pour les analyses et mises à l’écart de faits éventuellement pertinents, des rapports de trafic ont été demandés dans les lieux considérés d'intérêt plus élevés, page 823, relativement aux jours 2, 3 et 4 Mai 2007, et qui a été objet d'un rapport d’analyse très détaillée ( voir Annexe II), bien que sans conclusions pénales.

À la page 835, un rapport d'une diligence dans un camp gitan a été fait, rien d'utile a été recueilli.

Aux pages 848 et suivantes et des pages 856 à 857, un résumé des interrogatoires effectués à la station employés a été faite.

À la page 859, c’est lié à un fait suspect qui n’a finalement mené à rien d'intérêt pour le processus.

À la page 868, un accident est signalé (un couple qui avait une dispute, où est évoquée la disparition d'un enfant), après cette enquête n'a pas abouti à des éléments pertinents.

Aux pages 870 à 883, il a été fait une reconstitution des lieux en dehors de la nurserie, où les enfants britanniques et leur nourrice sont allés.

Aux pages et suivantes, il a été ajouté la dactyloscopie (étude des empreintes digitales) au rapport où seules des traces de doigt de KATE HEALY ont été trouvés, à savoir sur le cadre de la fenêtre qui aurait été ouverte au moment de la disparition, et à la page 967, un autre rapport décrivant le même type d'examen, cette fois sans une correspondance, malgré la diffusion faite à un niveau international et national, page 1470. Plus tard, nous avons vérifié que ce n'était pas des traces de l’auteur ( ?), page 1480.

Pages 33 et 34

Aux pages 886 et suivantes, un rapport dactylographié peut être examiné, qui a été élaboré par le groupe de vacances et après une réunion conjointe détaillée, qui rappelle que des mesures ont été prises ce soir-là, décrivant les faits dans le temps et l'espace.

À la page 993, il s'agit d'un rapport dressant la liste des appartements qui ont fait l'objet de recherches, avec une attention particulière sur des blocs 4 et 5.

Aux pages 983 et 984, à la préservation, pour fins de visualisation, d'images tirées de plusieurs stations d'essence ont été demandées, mais rien qui ne sorte de l'ordinaire n’a été observé, page 3191.

Aux pages 1101 et suivantes, plusieurs éléments d'information d'Interpol sont indiqués, aux fins d'alerte observations possibles de la mineure, dans plusieurs pays européens, mais absolument rien n'a été trouvé.

Diverses informations concernant d'autres suspects de crimes de violences sexuelles sur mineurs et de pédophilie, page 1246 et suivantes, qui, après analyse, n’ont pas contribué à quoi que ce soit d'intérêt pour l'enquête.

À la page 1398, il y a une réponse à la question de la page 1400, l'informant qu'il n'existe pas d'autres images de la station de GALP, à l'exception de celles qui ont été déjà livrées.

À la page 1592, une diffusion, faisant appel à la personne qui le 3 mai 2007, aux alentours de 9 h 30, à Praia da Luz, a transporté un enfant dans ses bras, identifié par elle-même, afin de rejeter le fait qu’elle est celle utilisée par le témoin, JANE TANNER.

Plus loin sur cette question, le témoignage de MARTIN SMITH a été jugé, pages 1606 et suivantes, l'établissement de rapports l'observation d'un individu portant un enfant, dans une des rues qui mènent à la plage. Il a été dit que l'enfant pourrait être MADELEINE MCCANN, mais il n'a jamais été déclaré péremptoirement. Quelque temps plus tard, le témoin a allégué que, par sa position, la personne qui accompli l'enfant pourrait être GERALD MCCANN, ce qui a été conclu quand il l’a vu descendant l'escalier d'un avion, pages 2871, 3991 et suivants et 4135 et suivants. Il a été établi que, au moment qui était mentionné, GERALD MCCANN était assis à la table, dans le Tapas Restaurant.

Les travailleurs ayant effectué des travaux de construction à Vila da Luz, qui on été entendus, pages 1650 et 1651, n'ont pas permis de déceler quelque chose d’étrange, au cours de leurs travaux d'excavation et d’installation de plomberie (voir aussi les pages 3983 à 3987), bien qu'ils aient soigneusement vérifié, le jour qui a suivi la disparition et avant de commencer les travaux, s'il y avait un corps caché de ce côté.

De pages 1811 à 1827 nous avons joint deux tests de laboratoire et les rapports correspondants, qui se sont avérés ne pas avoir de preuve d'intérêt pour le processus.

Aux pages 1846 et suivantes, un fait de fraude a été signalé, mensonger et frauduleux des informations relatives à l'endroit où se trouve MADELEINE MCCANN. Cette personne, qui est l'auteur de la fraude, a été arrêtée et a avoué ne rien savoir sur les faits, après que des diligences détaillées et pertinentes aient été effectuées par les autorités des Pays-Bas, dans le cadre d'une commission rogatoire. Le rapport principal, qui comprend les diligences qui ont été demandés et effectués par la police néerlandaise peut être trouvée dans l'appendice correspondant.

Pages 35 et 36

À la page 1897, un journaliste espagnol a été entendu, qui disait avoir des informations sur l'auteur présumé de l'enlèvement. Une fois de plus, rien n'a été fourni qui a permis de conforter la justification de ces soupçons.

On a tenté d'obtenir des éléments d'identification des utilisateurs de matériel informatique dans deux établissements à Luz, ce qui n'a pas été possible, comme il est expliqué à la page 1900.

À la page 2006 et à terme, est jugé le rapport d'un accident identique à celui qui s'était passé en Hollande, se trouvant finalement s’avérer, une fois de plus, de fausses informations sur l'enfant. Avec la prestigieuse collaboration des autorités espagnoles, Grupo de Sequestros de Madrid, il a été possible d'identifier le couple responsable de l'information fausse, avec des hommes, seulement en détention sous l'égide d'un mandat de détention en suspens.

.......

Maintenant, la question liée à l'exécution des chiens britanniques seront couverts, ainsi que, par conséquent, la qualité assurée par les parents de Madeleine, une fois de plus avec la possibilité de revoir la description plus loin dans le rapport.

De cette façon, les pages 1989 et suivantes, on peut lire le rapport complet par MARK HARRISON, dont la spécialité est la recherche des personnes disparues ou victimes d'homicide, y compris dans les cas de catastrophes. Il a fourni l'utilisation de chiens spécialisés dans la détection de traces de sang humain et d’odeur de cadavres humains.

Cette inspection est une technique couramment utilisée au Royaume-Uni, souvent avec des résultats positifs, consistant en l'utilisation de deux chiens spécialement formés.

Un des chiens est formé pour détecter l'odeur cadavre et l'autre pour détecter les traces de sang humain, avec les connaissances existantes avant que leur utilisation ait abouti à des résultats significatifs, principalement dans la détection de vestiges, qui a ensuite été, plus tard, confirmé dans le laboratoire.

Après une réunion conjointe avec la police britannique, il a été décidé d'utiliser cette capacité et un grand nombre d'objets et de lieux ont été examinés, avec ces diligences en cours d'enregistrement dans les films qui sont inclus dans la documentation (annexe III).

Dans certains de ces lieux et objets, les animaux ont manifesté un comportement de l'identification et de "signalisation", notamment:

Pages 37 et 38

1 - Appartement 5A, de la station "Ocean Club", le lieu d'où l'enfant disparu.

- CHIEN-CADAVRES:
* dans la chambre du couple, dans un coin, à proximité de la garde-robe;
* dans le salon, derrière le canapé, près de la fenêtre latérale de l'appartement;

- CHIEN-SANG:
* Dans le salon, derrière le canapé, près de la fenêtre latérale de l'appartement (exactement comme il a été signalé par le chien-cadavres);

2 - Zone de la cour, près de l'appartement 5A:

- CHIEN-CADAVRES:
* Dans un parterre de fleurs, commentée par le maître-chien comme une légère odeur détectée;

3 - Appartements où le reste des éléments du groupe sont restés

* Rien n'a été détecté par aucun des chiens;

4 - Maison des MCCANN à la date de l'inspection

* RIEN à la maison, n’a été détecté par aucun des chiens;

5 - Dans le domaine de Vila da Luz

* Rien n'a été détecté par aucun des chiens;

6 - Dans les vêtements et biens de la famille MCCANN

- CHIEN-CADAVRES:
* Dans deux pièces de vêtements appartenant à KATE HEALY
* Dans une pièce de l'habillement de la mineure MADELEINE
* Dans le jouet en peluche, peut-être appartenant à MADELEINE (il a été constaté une odeur de cadavre lorsque la peluche était à l'intérieur de la résidence - à la date occupée par la famille)

7 - Dans le véhicule utilisé par la famille MCCANN


- CHIEN-CADAVRES:
* Signalé la clé du véhicule;

- CHIEN-SANG:
* Signalé la clé du véhicule;
* Signalé l'intérieur du coffre du véhicule;

8 - Dans le véhicule utilisé par un ami de la famille, qui est resté dans la même localité, correspondant à une partie des jours de vacances.

Pages 39 et 40

* Rien n'a été détecté par aucun des chiens;

9. Dans tous les véhicules qui ont été utilisés par l’arguido ROBERT MURAT et les personnes qui sont proches de lui;

* Rien n'a été détecté par aucun des chiens.

(Sur un total de dix véhicules, les chien-cadavre et le chien-sang n’ont signalé que le véhicule appartenant à la famille MCCANN, qui a été louée le 27 Mai)

Sur les endroits et les pièces qui ont été marquées et signalées par le chien-sang, des tests de médecine légale ont été réalisés, en particulier dans un laboratoire britannique de renom (Forensic Science Service - vérifier les appendices I et VII - FSS Rapport final), mais aussi, certains d'entre eux tel le réputé Institut national de médecine légale (vérifiez l'Annexe I), dont les résultats définitifs ne corroborent pas les marquages par l’unité canine, c'est-à-dire que le matériel génétique qui a été recueilli n'a pas été identifié comme appartenant à une personne spécifique, et il n'a même pas été possible de déterminer la qualité de ce matériel (si il peut être du sang ou un autre type de fluide corporel).

Mais lors d'une première approche scientifique (pages 2617 et suivantes), la possibilité d'une adéquation entre le profil d'identification génétique de Madeleine et quelques-uns des résidus collectés (dont celles qui existaient à la Renault Scenic qui avaient été loués par le couple McCann a été forte ) A été soulevée, une correspondance qui, comme on peut le vérifier dans ledit rapport final de la FSS, n'a pas pu être vérifiée, après l'exécution d’essais longs et complexes.

Aux pages 2461 et suivantes, la traduction des observations qui ont été faites par le maître-chien, au cours de l'inspection des actions, a été jointe en annexe.

Sur la base de l'action de l'unité canine et l'équipe scientifique initiale ci-dessus, qui a révélé la possibilité de l'existence d'un cadavre dans l'appartement et dans le véhicule qui a été utilisé par la famille MCCANN, et afin de permettre GERALD MCCANN ET KATE HEALY à voir leur position au sein du processus, sauvegardée, ils ont été faits arguidos, en regard de la simple possibilité de leur participation avec la possibilité cadavre. Au cours de l'interrogatoire en tant qu’arguidos, ils ont nié toute responsabilité dans la disparition de leur fille.

On peut se poser la question du pourquoi KATE HEALY n'a pas été immédiatement faite arguida, mais plutôt interrogée, comme témoin, et seulement après, à la suite de cet interrogatoire, a-t-elle assumé cette qualité.

Par conséquent, la constitution de Kate HEALY comme arguida a été faite quand elle a été confrontée à des éléments concrets qui pourraient conduire à son incrimination, un fait que, selon les termes de la procédure pénale de droit, rend obligatoire cette constitution.

Revenant sur la description des éléments du processus, à la page 2294, il y a une note de la livraison de quatre (04) photographies, qui ont été imprimées par un employé de la station, AMY TIERNEY.


Dernière édition par Claude2 le Jeu 19 Nov - 15:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Rapport final de la PJ   Mer 18 Nov - 15:37

RAPPORT FINAL: Pages 41 à 50

Pages 41 et 42

Page 4193, il est précisé que les photographies ont été faites sur sa propre imprimante, ce qui lui a permis d'utiliser du papier photographique et de réduire la taille (10x15), qui de cette manière, la réduction de tout soupçon sur sa possession, de la part des parents.

Néanmoins, avant son interrogatoire, les photographies ont été examinées, en ce qui concerne sur les pages 4155 et suivantes, et 4197 pages, dans lesquelles il est allégué ne pas être possible de déterminer en toute confiance si l'imprimante est compatible avec les photos, mais il nous semble, par les résultats de laboratoire (purement indicatifs) que ces photographies ont été imprimées.

Sur les pages 2305, 3195 et 3212 se trouve le rapport détaillé, par rapport aux examens de laboratoire effectués sur l'appartement d'où la disparition s'est produite, qui a eu lieu le 4 mai 2007.

À la page 2327, se trouve le rapport des examens de la maison et quelques-uns des véhicules de Robert Murat et, à la page 2348, le rapport de l'examen de la voiture appartenant à SERGEY MALINKA, un individu d'intérêt au regard de sa relation avec ROBERT MURAT, Il n’y a cependant été découvert, rien de nature criminelle.

Sur les pages 2360 à 2371, est le rapport des véhicules appartenant à LUÌS ANTÒNIO, de qui, également, ROBERT MURAT était une connaissance. Rien de suspect n'a été trouvé.

À la page 2383, est le rapport de l'examen effectué dans l'appartement retenu par le couple polonais et, à la page 3230, le rapport détaillé des examens effectués sur le véhicule loué par le couple McCann.

De tous ces examens, pour l'instant, rien ne permettait d'inférer par rapport à la compréhension exacte des faits.

À la page 2396, est un fichier qui a été attribué un numéro d'enquête, qui fait allusion à une prétendue observation. Cet événement a été dûment rejeté, après plusieurs diligences et est présenté aux pages 2739 à 2762.

À la page 2412, est l'entrevue avec PAMELA FENN, qui concerne plusieurs détails, qui sans élucider les faits, sont éclairants. PAMELA FENN vit au premier étage du bloc d’immeuble, au-dessus de l'appartement occupé par la famille McCann. Elle a raconté que, le 1er Mai 2007, deux jours avant la disparition, à environ 22h30, elle a entendu un enfant pleurer, qui, à la voix semblait être MADELEINE. L'enfant a continué de pleurer pendant une heure et 15 minutes, jusqu'à l'arrivée du parent (elle a entendu le bruit de la porte), à environ 23h45. Ce témoignage met en cause l'allégation (par les parents) de la routine quotidienne de visites toutes les 30 minutes pour vérifier les enfants qui avaient été laissés à eux-mêmes.

Elle a également ajouté dans les fichiers, que sa nièce, CAROLE, le matin du 3 Mai 2007, avait vu un individu observant l'appartement de l’enfant. Cette personne n'a pas été identifiée, mais aurait pu être un jardinier. Une entrevue avec CAROLE a été demandée dans la commission rogatoire soumise aux autorités britanniques, sans que rien de pertinent n’ait été découvert.


Pages 43 et 44

Aux pages 2426 et suivantes, le rapport de médecine légale est joint, en ce qui concerne les résidus qui ont été collectés sur plusieurs sites, avec des résultats qui ne permettent pas d'atteindre l'objectif voulu, qui était d’établir les éléments conduisant à l'auteur ou les auteurs des faits.

De pages 2771 à 2869, le rapport final a été ajouté, concernant l'action des canins et les recherches réalisées par les experts britanniques.

Un nouveau cas a été exploré aux pages 2876 et suivantes, au sujet d'un crématorium, lorsque, selon la presse, le cadavre de la mineure britannique avait pu être placé. Le crématorium a été fermé et scellé, conformément à ce qui est expliqué dans le rapport susmentionné.

À la page 2897, les copies du contrat pour le véhicule qui a été loué par la famille McCann a été demandé, et ajouté aux pages 2900 à 2937, ainsi que les registres de location antérieure, y compris le dernier utilisateur, qui a été entendu à la page 2997.

Aux pages 2945 et suivantes, certaines situations concernant les mouvements par le couple McCann et les épisodes impliquant la presse et les détectives privés sont signalés.

À la page 2962, de données de vol du groupe en vacances est ajouté, dans son intégralité.

Aux pages 3148 et suivantes, l'observation d'une personne ayant un comportement étrange, mais pas fondée de façon substantielle, qui parfois était immobile et d'autres fois a parlé au téléphone à partir d'une cabine, est mentionné. Cette personne, selon les déclarations des témoins des pages 3150 à 3156, a quelques similitudes avec l’individu qui a été décrit par JANE TANNER, page 3157. Rien n'a été établi qui pourrait le relier aux faits.

Tous les poubelles qui existent dans le domaine de Vila da Luz et ses environs, au nombre total de 188 (cent quatre-vingt huit), ont été fouillées et inspectées, mais rien n’a été trouvé, page 3183.

Conformément à ce qui est documenté dans le processus, l'après-midi du 3 mai, le groupe, à l'exception de la famille McCann, se trouvaient dans un bar à côté de la plage, baptisé "PARAISO", et les images du système de vidéosurveillance ont été annexées, pages 3266 à 3273, qui n'a pas fourni d'autres éléments à clarifier.

Aux pages 3893 et suivantes, plusieurs interrogatoires venant des autorités britanniques, et les traductions, ont été ajoutées, avec un caractère informatif.

Aux pages 3922 et 3923, un résumé de l’aspect financière du groupe, constitué par neuf personnes, peut être trouvé.

À la page 3924, en raison du lien étroit avec le couple McCann, le prêtre qui exerce à Praia da Luz, le PERE JOSE PACHECO, a été mis en doute, mais n’a pas ajouté quoi que ce soit de pertinent pour l'enquête à ce processus.

Aux pages 3928 et suivantes, un autre résumé de la séquence des événements, exécuté par le groupe de vacances, a été ajouté.

Pages 45 et 46

Le rapport sur la page 3998 et l’interrogatoire à la page 3459-a se réfère à deux communications téléphoniques qui ont été reçues dans la nuit des faits de KATE HEALY, d'un bar qui se trouve à VILAMOURA. Il a été possible de vérifier qu'il s'agissait d'un ami commun / client entre eux deux.

Dans la même perspective qui a motivé l'apposition des registres des utilisateurs du véhicule qui a été loué par le couple, l'apposition du registre des occupants de l'appartement G5A a été effectuée, page 3417-un.

L'épouse du prêtre anglican, SUSAN HUBARD, est mise en doute, comme elle avait une relation d'une certaine proximité avec le couple McCann, au cours de leur séjour au Portugal. Une fois de plus, rien de ce qui peut être réputé important n’a été recueilli.

À la page 3418- YVONE MARTIN a été remise en question, qui a offert des informations, qui, malgré sa pertinence, n'a pas montré de concordance, pages 3421-a et suivants.

Des informations ont été collectées à partir d'une agence de détectives espagnole, nommée «METODO 3", qui a été embauchée par un citoyen britannique, au profit du couple McCann. Le contact a été sollicité par cette agence, et l'information qui a été donnée a fait l'objet d'analyse et de mise, à l’écart par la présente police, pages 3434-a et suivants. Il a révélé lui-même, tout ça, comme spéculation et sans fondement, en accordant une attention particulière à Robert Murat.

Depuis les tests et les inspections qui ont été effectués, des résidus biologiques ont été recueillis qui prétendument avaient une valeur identificatoire. Face à cela, les mêmes résidus ont été envoyé à Interpol, afin d'être comparés avec les bases de données compatibles, page 3467-un.

Suite à ces chiens, après la constitution et la remise en cause en vertu du statut d’arguido de Gerald McCann et Kate Healy, ceux-ci ont fini par quitter le territoire national, de retour au Royaume-Uni, où les éléments restants du groupe étaient déjà.

À partir de ce moment, il est devenu nécessaire de demander des autorités britanniques l'exécution d'un ensemble de diligences, qui a pour but de contribuer à clarifier les faits et d'établir quel type de crime a été commis, ainsi que la responsabilité de l’auteur correspondant, pages 3528-a et suivantes.

Par conséquent, à partir de la page 3705-a à la page 3792-une commission rogatoire, est jointe en annexe, qui a été élaboré par le ministère public, sur la base de ce qui avait été signalé par la Polícia Judiciária, et de la page 3795-a à la page 3822-a, une deuxième commission rogatoire, cette fois a prévu la sollicitation des arguidos GERALD MCCANN ET KATE HEALY.

3928 pages de 3931 jusqu'à ce que les déclarations d'un témoin, qui a aidé pendant les recherches pour l'enfant et qui a décidé de donner une déclaration volontaire, a été annexée. Il n'a pas remarqué quelque chose d’une pertinence substantielle.

De 3932 pages à 3937, un autre témoin a allégué qu'il avait vu GERALD McCann, avenue Descobrimentos, à Lagos, près d'un terminal ATM, aux alentours de 2.26 h le 7 Mai 2007. Selon le témoin, le père de la mineure a parlé au téléphone, en disant "ne blessez pas Madeleine, s’il vous plaît". Elle n'était pas impérative en affirmant que c’était GERALD McCann. Il nous semble peu probable que c’était GERALD, compte tenu du fait que ce jour-là, il n’a activé des antennes qu’à Praia da Luz, en ajoutant le fait que, aux alentours de 2h16, il a activé une antenne dans le centre de Praia da Luz, et que nous considérons, qu’il est impossible qu'il soit présent à Lagos dix minutes plus tard.

Pages 47 et 48

Aux pages 3943 et à terme, est la demande pour une comparaison de l'ADN pour MADELEINE MCCANN, avec le profil génétique du cadavre d'une enfant trouvé sur la côte des États-Unis, victime d'un homicide. Il a été vérifié qu'ils étaient incompatibles.

De la page 3948 à 3964 un rapport intercalaire a été élaboré, donnant un compte du temps des diligences effectuées et des résultats obtenus, ainsi que les explications de celle-ci.

…….

Maintenant, dans une phase avancée de l'enquête, pages 3965 à 4113, il se pose, en rapport avec le secteur privé, l’ enquête élaborée par le couple McCann, et annoncé publiquement par leur porte-parole, CLARENCE MITCHELL, l'existence présumée d'un suspect, qui, prétendument, était une entreprise de collecte à Praia da Luz, au moment de la disparition. Un portrait-robot a été créé de cette personne par un témoin - GAIL COOPER - qui l'a vu, page 3979.

Dès le début, et immédiatement, ce qui a été comparé au portrait-robot de JANE TANNER, et malgré que le sien n’ait pas de visage, page 3977, elle a prétendu qu'ils étaient la même personne, avec une part d'environ 80% de certitude.

Afin d'évaluer la crédibilité de la description et du dessin, il est important de souligner que le témoin GAIL COOPER, a été entendu pour la première fois et d’une façon très détaillé par les autorités britanniques (voir page 3982), puis en affirmant qu'elle n’a vu cette personne qu'une seule fois, dans une collecte faite à la porte de la résidence elle occupe pendant ses vacances.

Toutefois, quelques mois plus tard, dans un nouveau dépôt, le même témoin affirme qu'elle a vu cette personne trois fois (une de laquelle il regardait, dans une étrange façon, les enfants au Restaurant Paraíso), au cours de son séjour à Luz, l'information dont elle n'a pas fourni au moment de son premier dépôt à la police au Royaume-Uni.

Avec la publication de ce portrait, une myriade d'avis sur les observations de cet individu se pose, la plupart du Royaume-Uni, mais aussi du Portugal (voir pages 4130).

Toutes ces informations reçues en raison de traitement et d'évaluation en ce qui a trait à la crédibilité, rien de ce qui est arrivé jusqu'à présent, en dépit d'innombrables personnes approchées, prétendument d'apparence similaire avec le «suspect».

Pages 49 et 50

Indépendamment d'autres mesures d'enquête, il a été déclaré des personnes qui ont été photographiées et leurs téléphones mobiles en liaison avec les antennes qui ont été activées à Vila da Luz, au cours de la période qui est compris entre le 2e et le 4e de Mai 2007, sans aucun lien qui en découlent.

À la page 4116, un fait qui est lié à un individu qui avait été appelé pour l'exploitation sexuelle des mineurs a été exploré, dont enquête était en cours dans ce département. Il n'y avait pas d'information que ce soit au sujet de son implication dans la présente enquête, pourtant, comme il se réfère à un crime sexuel contre les mineurs, plusieurs diligences ont été effectuées, dont le résultat, pour ce cas, a été vain.

Aux pages 4147 et suivantes, une information a été reçue, et dûment prise en charge, au sujet d'une nouveau observation supposée de Madeleine McCann. Il a été vérifié une fois de plus que c’était un enfant qui lui ressemblait.

Sur les pages 4163 à 4165, le fait qui a impliqué l'enlèvement et le meurtre d'une mineure d’ l'ethnie gitane, dans la ville de Huelva, en Espagne, a été examiné et dûment corrélé avec la disparition de Madeleine McCann. Après plusieurs contacts qui ont été établis avec l'enquête qui était en cours dans le pays voisin, il a été conclu que les événements sont sans rapports entre eux.

De pages 4167 à 4182, le rapport de médecine légale de l'Institut national de médecine légale a été annexé, dont les conclusions ne permettent pas d'avancées significatives dans l'enquête, mais qui servent à identifier les haplotypes différents, dont certaines correspondent à intervenants dans le processus et d'autres sans valeur identificatoire.

Immédiatement, la question concernant la valeur de différenciation de certains haplotypes a été soulevée, à savoir concernant JANE TANNER, page 4175, qui se trouvait dans une résidence à Burgau, qui, dans notre compréhension, ne serait pas viable et logique, ou pour le moins, serait très étrange. Par conséquent, afin de clarifier cette situation, des précisions ont été demandées à l'Institut, pages 4320 et suivantes, qui, dans sa réponse, est catégorique en déclarant qu'il existe des haplotypes qui sont identiques entre eux, un pourcentage qui est loin d'être négligeable, Pages 4325 à 4328. Cela signifie que les cheveux qui a été retrouvé à l'intérieur de cette résidence, tout en possédant le même haplotype que JANE TANNER, appartient à quelqu'un d'autre.

Toujours dans le domaine de la collecte, le traitement et l'analyse des résidus, l'identification d'une tache sur la couverture de l'un des lits dans la chambre de MADELEINE (pas celle où elle a dormi), qui a soulevé certains soupçons, devraient être signalés.

Dûment analysés, la tache configure un résidu biologique (salive) qui appartenait à un enfant - CHARLIE GORDON - qui avait été en vacances, plus tôt avec ses parents, dans le même appartement.

Aux pages 4200 et suivantes et les pages 4204 à 4212, deux faits ont été signalés, qui une fois de plus, a été soumis à un traitement, et leur importance pour l'enquête en cours a été immédiatement rejetée.


Dernière édition par Claude2 le Jeu 19 Nov - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Rapport final de la PJ   Mer 18 Nov - 15:38

RAPPORT FINAL: Pages 51 jusqu'à fin

Pages 51 et 52

Résumant les diligences qui sont signalées dans la procédure et qui ont été menées ou coordonnées par la PJ, les informations suivantes doivent être mentionnées:

-- La préservation du lieu où se sont déroulés les faits (malgré le fait qu'ils avaient déjà été fouillés par d'innombrables personnes), plusieurs collectes et des examens sur l'existence d'éventuels résidus, ainsi qu’un reportage photographique circonstancié;

-- L'installation, dans les 24 premières heures, d'un vaste système d'exploitation, y compris la participation de plusieurs forces de police et des services de protection civile, d’un total de plus de 130 éléments;

-- Le renforcement, dans les 24 heures suivantes, dudit dispositif opérationnel, avec la mobilisation de plus de 300 éléments de forces de police et des entités publiques;

-- Le mécanisme opérationnel qui a été mis en œuvre sur le terrain, entre autres, et dès que possible, l'installation de postes de contrôle sur les routes et à la frontière terrestre dans le sud avec l'Espagne, l'utilisation des équipes canines de détection, de l'utilisation exceptionnelle de recherche et de moyens de sauvetage - aériens, terrestres et maritimes -, et diffusion des alertes dans tout le pays et à l'étranger. A titre d’ exemple, il est indiqué que, pendant les semaines qui ont suivi et en permanence, deux hélicoptères, quatre navires et plusieurs véhicules tout-terrains ont été utilisés, mis à part les avions et les navires privés;

-- De la même manière, les opérations d'enquête ont été coordonnées avec les opérations de recherche spécifiques, et des centaines de diligences ont été effectuées, comme l'identification et l'audition - à la fois officiellement et officieusement - des citoyens, l'exécution de porte-à-porte dans les résidences recherchées et les centres touristiques de Vila da Luz et ses environs, l'identification et la recherche de véhicules, et des recherches sur le terrain, dans un domaine qui était initialement de 15 kilomètres carrés, puis a été progressivement élargi jusqu'à 30 kilomètres carrés (où une attention particulière a été donnée à des endroits comme des puits, des passages, de tunnels, barrages et lacs);

L'ampleur de cette opération a dépassé, dès le premier moment, la dimension qui est couramment utilisée dans des cas analogues, un fait qui a été rendu public, après avoir été notoire et largement diffusé par les médias.

Les jours suivants, plus de 700 personnes qui pourraient posséder des informations pertinentes sur la disparition ont été officiellement et officieusement interrogées, la PJ a utilisé, pour cette tâche, plus de 100 employés de plusieurs ministères à Portimão, Faro et de Lisbonne, qui a travaillé sur un base de 24 heures consécutives par jour.

De même, tous les lieux où des vidéos qui pourraient être liées à l'affaire pouvant exister, ont été consultées (comme, par exemple, des restaurants et des stations d'essence) et les lignes téléphoniques des services permanents des départements à Faro et Portimão ont été mises à disposition, et un poste mobile de police a été installé à Vila da Luz pour la collecte d'informations.

Au-delà de ceux déjà mentionnés, d’identification et recherches à domicile de porte-à-porte, l'identification, de contact et entrevue avec des suspects dans la zone qui avait déjà été reliée à la criminalité sexuelle sur mineurs, a été réalisée.

Pages 53 et 54

Aussi, en ce qui concerne les parents de la disparue, la PJ a pris soin de prévoir des réunions périodiques avec eux et à désigner un officiel de liaison pour la famille comme un appui pour une relation permanente, avec l'accompagnement et la collaboration active du Consulat Royal britannique à Portimão.

Peu de temps après le début de l'enquête, des relations ont été créés avec le Constabulaire du Leicestershire qui a envoyé, à l'appui, plusieurs de leurs membres au Portugal, après également, l'envoi d’employés de la PJ au Royaume-Uni.

Il convient de souligner, en particulier, que le niveau de coopération et de compréhension entre la PJ, et le de la PJ du Leicestershire a toujours atteint de très hauts niveaux, unis dans l'action commune en faveur de l'enfant et de la vérité.

À ce titre, les autorités portugaises ont fait appel à un énorme et coûteuse panoplie de ressources techniques et humaines, dans le but de découvrir l'enfant et de découvrir l'explication de la disparition.

Le PJ n’a jamais ignoré les renseignements ni les éléments crédibles - comme on le verra dans cette procédure criminelle - qui auraient pu contribuer à la réalisation de la disparition, et il a été achevé, au cours de ces mois, plus de 2000 diligences, formelles et informelles, à cet égard.

A titre d'exemple, nous nous référons à la coopération internationale, en particulier avec l'Espagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni qui a conduit à la détention et à l'identification des personnes qui ont essayé d'introduire des informations trompeuses sur l'hypothèse de destination ou de l'emplacement de l'enfant.

L'ensemble des informations avec n'importe quel niveau mineur ou majeur de crédibilité a été exploré, à l'échelle nationale et internationale, par la PJ, avec un intérêt particulier donné à des dizaines de prétendues observations ou localisations de l'enfant, dont la plupart, en fait, ont été largement publiées dans les Presse.

Le PJ, comme probablement dans aucune autre enquête au Portugal, en ne ménageant aucun effort, dans le sens de fournir des moyens techniques exceptionnels, de main-d'œuvre et de financement dirigés vers la découverte de l'enfant et la détermination de la vérité des faits, après avoir été complètement accompagné dans ces efforts déployés par le Constabulaire du Leicestershire, le siège du service de police de la ville dans le Leicestershire, d'où la plupart des éléments du groupe de vacances sont issus.

Comme autre exemple, que le seul examen scientifique coût des dizaines de milliers d'euros.

S'adressant maintenant, et en particulier, à la question relative à la diligence connue sous le nom de la "reconstitution des faits" (article 150 º du Code de procédure pénale), qui n'a pas été effectuée en raison du refus de certains des membres faisant partie du groupe de vacances de retourner dans notre pays (comme cela est décrit dans l'enquête), cela même aurait précisé, dûment et à l'endroit de la disparition, les détails extrêmement importants, entre autres:

Pages 55 et 56

La proximité physique, réelle et efficace entre JANE TANNER, GERALD McCann et JEREMY WILKINS, au moment où ils se sont croisés et qui a coïncidé avec l'observation du prétendu suspect portant un enfant. Il résulte, de notre compréhension, comme inhabituelle que ni GERALD McCANN ni JEREMY WILKINS n’aient pas vu, ni l'auteur présumé de l'enlèvement, malgré les petites dimensions de l'espace;

. Le fait qui concerne la fenêtre de la chambre où dormait MADELEINE, avec les jumeaux, qui était ouverte, selon KATE Il serait nécessaire de clarifier s'il y avait un courant d’air, étant donné que le mouvement des rideaux et la pression sous la porte de chambre à coucher sont mentionnés, qui serait par la suite clarifiée par la reconstitution..

. La mise en place d'un calendrier et du contrôle efficace des mineurs qui ont été laissés seuls dans les appartements, compte tenu du fait que, à en croire que le contrôle a été serré comme les témoins et les arguidos le décrivent, il serait pour le moins , très difficile que les conditions soient réunies pour l’entrée d’un ravisseur dans la résidence et sa sortie individuelle, avec un enfant, par l’arrière, notamment au travers d’une fenêtre avec peu d'espace. Il est ajouté que le soi-disant enlèvement ne pouvait passer par cette fenêtre qu’en tenant la mineure dans une position différente (verticale) de celle qui a été visualisé par le témoin JANE TANNER (horizontale).

. Que s'est-il passé pendant le temps qui s'est écoulé entre 5h30 h (heure à laquelle MADELEINE a été vue pour la dernière fois par une personne autre que ses parents ou frères et sœurs) et le moment où la disparition est signalée par KATE HEALY (à environ 10 h) .

Concernant le résultat des diligences qui ont été demandées aux autorités britanniques, comme déjà mentionné, malgré le fait qu'elles étaient presque totalement effectuées, rien de nouveau a été ajouté à la procédure et , par conséquent, à l'enquête.

L'interrogatoire du groupe de vacances a simplement confirmé ce qui avait déjà été établi pendant l'enquête, sans aucun détail qui aurait pu être réputé comme particulièrement pertinent ayant été rapporté.

En conclusion, il résulte de tout ce qui a été fait, malgré les efforts qui ont été accomplis et toutes les lignes d’enquête à l'étude, qu'il n'est pas possible d'obtenir une solide et objective conclusion au sujet de ce qui s'est réellement passé cette nuit-là, et sur l'emplacement actuel de la mineure disparue.

D'autre part, il devrait être transmis que cette enquête s’est déroulée dans les conditions d'une exceptionnelle couverture médiatique, avec la publication de nombreuses "nouvelles" imprécises, inexactes ou même fausses, ce qui n’aide pas, à tout le moins, à la découverte de la vérité et a créé, à maintes reprises, un climat inhabituel de confusion et un manque de sérénité.

Par conséquent, comme nous n’envisageons pas, à l'heure actuelle, l'exécution de toute autre diligence dans la procédure qui pourrait produire un résultat utile pour la procédure, je le soumets à votre examen, afin pour vous de déterminer ce qui vous parait convenir de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rapport final de la PJ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rapport final de la PJ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contrôle et évaluation. « Burn out » : examen du rapport final de la mission.
» RAPPORT PADRE 2 REP
» Citations en rapport à la généalogie
» RAPPORT EDATER
» Un reportage très intéressant sur le rapport magnétiseurs/guérisseurs et médecine occidentale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfants Kidnappés :: Les enfants enlevés :: MADELEINE :: Documents en français-
Sauter vers: