Enfants Kidnappés


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Sujets similaires

Partagez | 
 

 Article: Y-a-t-il des femmes pédophiles EN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Article: Y-a-t-il des femmes pédophiles EN   Sam 2 Mai - 15:24

Page last updated at 11:31 GMT, Wednesday, 29 April 2009 12:31 UK
E-mail this to a friend Printable version
Are there women paedophiles?

By Tom Geoghegan
BBC News Magazine

Paedophiles are invariably thought of as men and they mostly are. But do women commit sexual abuse against children, and if so, why is it rarely discussed?
Colin never knew innocence as a child. His earliest memories are of his mother sexually abusing him. In the bath, in his bed and in the night. Until he was 13.
Twenty years later, after a young life derailed by truancy, drugs and violence, he is still deeply affected by what he says happened.
"It's only now that I realise the impact it has had on me. From the age of 14, as soon as it got dark I would have panic attacks and that fuelled my drug-taking because doing it, I felt safe again.
"I couldn't sleep at night and I'd get flashbacks of my mum on top of me. I couldn't hold down a job and I was scared of girls."

I found it hard to even say it was sexual abuse because of the way society views mothers
Colin
The fact the perpetrator was the person who gave birth to him made it harder for him to identify and accept it as abuse, he believes.
"I found it hard to even say it was sexual abuse because of the way society views mothers, and quite rightly - 99% are loving but I was just unlucky to get one that wasn't.
"That's what stopped me from getting help for a long time. I couldn't even acknowledge it myself and there was a worry about being believed and speaking out against my mother. I felt like I was doing something wrong."
It's a comment on how society views paedophilia today that the most shocking aspect of Colin's story is not the sexual abuse itself, but the fact the perpetrator was female.
Yet Colin is not alone in experiencing this particular kind of trauma, says Steve Bevan, who for nearly two decades has run a support group for male victims of all forms of sexual abuse. Out of 18 men currently getting individual and group support, five say they were abused by women, three of them exclusively so.

ABUSE OF TRUST
2007: Tennis coach Claire Lyte, 29 at the time, sentenced to two years in jail for sex with a 13-year-old girl
2007: Margaret Martin, then 47, put on probation for sexually abusing a 10-year-old
2003: Mother-of-four Joanna James jailed for having sex with a 13-year-old boy
2002: Hazel Hallam, then 36, jailed for sexual assault of two boys
1999: First woman goes on Northern Ireland's sex offenders' register after admitting abusing seven boys aged 11 to 14
"Over the years we've had lots of men abused by mothers, sisters, aunties and baby sitters," says Mr Bevan.
"It's hard enough for adult men to admit abuse but to admit to abuse by a woman is even harder because it challenges their masculinity, it challenges their sexuality."
Women can commit a wide range of sexual offences, he says, including rape. And their victims commonly experience sexual confusion and a fear of intimacy. Anger can manifest itself as violence towards a wife or girlfriend in later life.
By its very nature the true picture of child abuse is unclear. But with women perpetrators it's even more so. Convictions are thin on the ground and some believe the issue is an unhelpful distraction from the bigger problem.
Experts agree that women commit only a fraction of child sexual abuse but so much is hidden that it's difficult to be accurate. An influential study in the US in the 1980s suggested 20% of all offences against boys and 5% against girls were by women.
'Teen fantasy'
Professor Kevin Browne, who has been researching the maltreatment of children for 30 years, says between 5% and 10% of abuse against pre-pubescent children in the UK is committed by females, but only about 5% is thought to involve a woman acting alone.
"Stranger attacks by women hardly exist, so most female paedophiles are winning the trust of children first and either have a position of care working with children like a babysitter or they are a relative."
Female offences against teenagers are more of a mystery, he says, because victims don't come forward, partly because in a patriarchal society boys are even expected to enjoy that kind of abuse, and not admit how scared they are by it.

If I was still bathing my 11-year-old son, people would think that was weird but if a man was doing that then people are more likely to think it was sexual abuse
Sharon Lambert
Some believe that society's different attitude to women offenders is reflected in the language of the media reporting it. They point out that teachers "seduce" pupils if they are female but "sexually assault" if male.
In 2005, the NSPCC raised concerns about how disbelief of female paedophiles was hindering detection. Its report said child protection professionals too often met allegations of abuse by females with incredulity, dismissing them as fabrication and allowing women to continue to offend.
It also said that victims suffered a peculiar sense of isolation and stigma because this form of abuse was not so widely recognised.
Eight-hundred victims of female sexual abuse have contacted Michele Elliott, founder of children's charity Kidscape, since she wrote her controversial book, Female Sexual Abuse of Children, in 1992. Three-quarters of the cases feature women acting alone.

IS FEMALE SEXUAL ABUSE MORE HIDDEN THAN MALE ABUSE?
Women can get away with it under the guise of being carer
Disbelief that women are capable
Victims reluctant because they think they must be odd
Source: Kidscape
"One of the issues of controversy is the thinking that if women do this, it's because men made them do it," says Ms Elliot.
"I disagree with that. I think there's no difference in the motivation between men and women, which is sexual gratification and power over a child. It's very selfish."
Like male paedophiles, many female offenders convince themselves they are not harming children, says psychologist Sharon Lambert who this month presented her research on the subject to the British Psychological Society's annual conference.
She contacted a number of people through a website specifically aimed at women. There were no indecent images posted but there were stories and poems about their sexual fantasies with children and a forum for women to discuss their feelings and how they could avoid detection.
"They would say they're not as bad as men because they're more loving with their impulses, and a male involved with a child is more abusive."
'Under the radar'
She began correspondence with six people who claimed to be women aged from 21 to 48. They all described themselves as heterosexual and five claimed to be married. They all said they fantasised about young girls but said they had not actually abused any.
"We can't be certain about the connection between sexual fantasies and actual offending. Some adults who fantasise about children may never offend but we can't be sure they won't act out their fantasies."
They all admitted their first sexual experiences came very early in life, aged about seven or eight, with other children their own age. They said they had never been abused themselves.
"There are things you can do as a woman that you can't do as a man," says Ms Lambert. "If I was still bathing my 11-year-old son, people would think that was weird but if a man was doing that then people are more likely to think it was sexual abuse. Women go under the radar."
Unlike Ms Lambert's studies, some perpetrators seem also to be victims. Colin's mother told him she was a victim of sexual abuse from her father, sometimes describing it to him in detail moments before indecently assaulting him.
"Maybe I reminded her of her dad and she felt like she was getting back at him, taking back some control that way, by taking it out on me," says Colin.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/magazine/8022861.stm
Revenir en haut Aller en bas
Claude2
Commissaire surveillant
Commissaire surveillant
avatar

Date d'inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: Article: Y-a-t-il des femmes pédophiles EN   Sam 2 Mai - 15:38

En googlais

Dernière mise à jour à 11h31 GMT, mercredi, le 29 avril 2009 12:31 UK
E-mail à un ami Version imprimable
Existe-t-il des femmes pédophiles?

Par Tom Geoghegan
BBC News Magazine

On pense toujours que les pédophiles sont des hommes et,le plus souvent, c'est vrai . Mais est-ce que les femmes commettent des abus sexuels contre les enfants, et si oui, pourquoi est-il rarement abordé?
Colin n'a jamais connu l'innocence d'un enfant. Ses premiers souvenirs de sa mère concernaient son abus sexuel. Dans le bain, dans son lit et dans la nuit. Jusqu'à l'âge de 13 ans.
Vingt ans plus tard, après une jeunesse déraillée par l'absentéisme, la drogue et la violence, il est encore profondément touché par ce qui s'est passé, dit-il.
«C'est seulement maintenant que je me rends compte de l'impact qu'elle a eu sur moi. De l'âge de 14 ans, dès la nuit tombée, j'ai eu des crises de panique, et ce qui a favorisé ma toxicomanie, car [ça m'aidait à ] me sentir à nouveauen sécurité.
«Je ne pouvais pas dormir la nuit et j'avais des flashbacks de ma mère sur moi. Je ne pouvais pas garder un emploi et j'avais peur des filles."

Je trouve même qu'il est difficile de dire que c'est l'abus sexuel en raison de la façon dont la société mère de vues
Colin
Le fait que l'auteur a été la personne qui a donné naissance à lui rendu plus difficile pour lui d'identifier et d'accepter que l'abus, estime-t-il.
«Je trouve qu'il est difficile de dire qu'il était l'abus sexuel en raison de la façon dont la société mère de vues, et à juste titre - 99% sont d'amour, mais je viens juste de chance d'en obtenir une qui ne l'était pas.
«C'est ce qui m'a arrêté d'obtenir de l'aide pour un long moment. Je ne pouvais même pas reconnaître moi-même et il y avait un souci d'être cru, et se prononçant contre ma mère. Je me sentais comme si je faisais quelque chose de mal."
C'est un commentaire sur la façon dont la société considère aujourd'hui que la pédophilie, le plus choquant de Colin aspect de l'histoire n'est pas l'abus sexuel lui-même, mais le fait que l'auteur était une femme.
Pourtant, Colin n'est pas le seul à éprouver ce genre de traumatisme, a dit Steve Bevan, qui pendant près de deux décennies, a dirigé un groupe de soutien pour les victimes de sexe masculin de toutes les formes de violence sexuelle. Sur les 18 hommes actuellement obtenir un soutien individuel et de groupe, cinq disent qu'ils ont été maltraités par des femmes, trois d'entre eux exclusivement.

ABUS DE CONFIANCE
2007: Claire Lyte entraîneur de tennis, 29 à l'époque, condamné à deux ans de prison pour avoir des rapports sexuels avec un 13-year-old girl
2007: Margaret Martin, puis 47, mis en probation pour avoir agressé sexuellement un 10-year-old
2003: Mère de quatre Joanna James emprisonnés pour avoir des rapports sexuels avec un 13-year-old boy
2002: Hazel Hallam, puis 36, emprisonné pour agression sexuelle de deux garçons
1999: Première femme est sur l'Irlande du Nord de délinquants sexuels registre après l'admission de sept garçons abusent de 11 à 14 ans
«Au fil des années, nous avons eu beaucoup d'hommes abusés par des mères, des soeurs, des tantes et des baby-sitters", explique M. Bevan.
«C'est déjà assez difficile pour les hommes adultes à admettre, mais l'abus d'admettre à des abus de la femme est encore plus difficile car elle remet en question leur masculinité, il remet en question leur sexualité».
Les femmes peuvent engager une large gamme d'infractions d'ordre sexuel, dit-il, y compris le viol. Et leurs victimes vivent de la confusion sexuelle et la peur de l'intimité. La colère peut se manifester que la violence envers une femme ou petite amie dans la vie.
Par sa nature même, la véritable image de la maltraitance des enfants n'est pas clair. Mais avec les femmes auteurs, c'est encore plus. Les condamnations sont sur le terrain et d'aucuns estiment la question est un peu de distraction le plus gros problème.
Les experts conviennent que les femmes commettent une fraction seulement de l'exploitation sexuelle des enfants, mais de manière beaucoup plus caché qu'il est difficile d'être précis. Une étude de l'influence des États-Unis dans les années 1980, propose 20% de toutes les infractions contre les garçons et les filles contre 5% ont été par des femmes.
«Teen fantasy"
Le professeur Kevin Browne, qui a été la recherche sur la maltraitance des enfants depuis 30 ans, dit entre 5% et 10% des abus contre les enfants pré-pubères au Royaume-Uni est commise par les femmes, mais seulement environ 5% est estimé à associer une femme en seul.
Stranger guère les attaques menées par les femmes existent, de sorte que la plupart des pédophiles sont des femmes de gagner la confiance des enfants et ont soit un poste de soins qui travaillent avec les enfants comme une baby-sitter ou d'un parent, ils sont ".
Femme des infractions contre les adolescents sont plus d'un mystère, affirme-t-il, parce que les victimes ne viennent pas en avant, en partie parce que dans une société patriarcale, même les garçons sont censés bénéficier de ce type d'abus, et de ne pas admettre la façon dont ils sont effrayés par lui.

Si j'étais encore le bain de mon 11-year-old son, les gens pense que c'était bizarre, mais si un homme a été fait alors que les gens sont plus enclins à penser qu'elle était l'abus sexuel
Sharon Lambert
Certains croient que la société de l'attitude différente aux délinquantes se reflète dans la langue de la presse à elle. Ils font remarquer que les enseignants «séduire» les élèves, s'ils sont de sexe féminin, mais "agression sexuelle" si des hommes.
En 2005, le NSPCC a soulevé la question de savoir comment l'incrédulité des femmes était d'entraver la détection des pédophiles. Son rapport a la protection de l'enfant des professionnels trop souvent rencontré des allégations d'abus par des femmes avec incrédulité, qui a rejeté leur fabrication et de permettre aux femmes de continuer à enfreindre la loi.
Elle a également indiqué que la victime a subi un étrange sentiment d'isolement et la stigmatisation, car cette forme de violence n'est pas aussi largement reconnue.
Huit cent des femmes victimes d'abus sexuels ont contacté Michele Elliott, fondateur de la charité Kidscape enfants, car elle a écrit son livre controversé, Female Sexual Abuse of Children, en 1992. Trois-quarts des cas, en fonction des femmes seules.

ABUS SEXUELS FEMININS EST PLUS QUE CACHE MALE VIOLENCE?
Les femmes peuvent s'en tirer à bon compte, sous le prétexte d'être soignant
Incrédulité que les femmes sont capables
Les victimes hésitent parce qu'ils pensent qu'ils doivent être impairs
Source: Kidscape
"L'un des sujets de controverse est la pensée que, si les femmes font cela, c'est parce que les hommes leur fait faire», dit Mme Elliot.
«Je suis en désaccord avec cela. Je pense que il n'y a pas de différence dans la motivation entre les hommes et les femmes, qui est la satisfaction sexuelle et de la puissance d'un enfant. C'est très égoïste."
À l'instar des hommes pédophiles, de nombreuses femmes à convaincre les délinquants eux-mêmes, ils ne sont pas nuire à des enfants, dit Sharon Lambert psychologue qui ce mois-ci a présenté sa recherche sur le thème de la British Psychological Society conférence annuelle.
Elle a contacté un certain nombre de personnes par le biais d'un site Internet spécifiquement destinés aux femmes. Il n'y avait pas d'images indécentes affiché mais il y avait des histoires et des poèmes sur leurs fantasmes sexuels avec des enfants et un forum pour les femmes à discuter de leurs sentiments et comment ils pourraient échapper à la détection.
"Ils disent qu'ils ne sont pas aussi mauvais que les hommes, car ils sont plus d'amour avec leurs pulsions, et les hommes concernés par un enfant est plus violent."
"Sous le radar»
Elle a commencé la correspondance avec les six personnes qui prétendaient être des femmes âgées de 21 à 48. Ils sont tous décrits comme des hétérosexuels et cinq prétendent être mariés. Ils ont tous dit qu'ils fantasmée sur les jeunes filles, mais ont dit qu'ils n'avaient pas abusé de tout.
"Nous ne pouvons pas être certains du lien entre les fantasmes sexuels et la délinquance réelle. Certains adultes qui fantasmer sur des enfants n'a jamais offenser mai, mais nous ne pouvons pas être sûrs de ne pas agir à leur fantaisie."
Ils ont tous reconnu leur première expérience sexuelle est très précoce dans la vie, âgée d'environ sept ou huit, avec les autres enfants de leur âge. Ils ont dit qu'ils n'avaient jamais été maltraités eux-mêmes.
"Il ya des choses que vous pouvez faire en tant que femme que vous ne pouvez pas faire comme un homme", dit Mme Lambert. "Si j'étais encore le bain de mon 11-year-old son, les gens pense que c'était bizarre, mais si un homme a été fait alors que les gens sont plus enclins à penser qu'elle était l'abus sexuel. Les femmes passent sous le radar».
Contrairement à Mme Lambert, des études, certains auteurs semblent également être des victimes. Colin de la mère lui a dit qu'elle a été victime d'abus sexuels de son père, parfois, de lui décrire en détail quelques instants avant son agression indécente.
"Peut-être que je lui rappelle de son père et elle se sentait comme si elle était le retour à lui, reprendre un certain contrôle de cette façon, en prenant le sur-moi", dit Colin.

http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/magazine/8022861.stm
Revenir en haut Aller en bas
 
Article: Y-a-t-il des femmes pédophiles EN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Article: Y-a-t-il des femmes pédophiles EN
» Métiers de femmes
» BB écrit au Figaro Madame, l'article puant de Pure People !
» Pour poster un article de presse
» article : exclusif ou diversification

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Enfants Kidnappés :: Les enfants enlevés :: ACTUALITES / GENERAL-
Sauter vers: